Warner Bros. Actualités L'Actu Cinéma

Ça chapitre 2 : connaissez-vous vraiment Jessica Chastain, la flamboyante ?

Publié

En cette fin d’été, Jessica Chastain revient sur grand écran pour nous glacer le sang, dans Ça : Chapitre 2. Aux côtés de James McAvoy, Bill Skarsgârd ou encore Bill Hader, la Californienne de 42 ans crève une fois encore l’écran, volant parfois presque la vedette au clown démoniaque. Un phénomène qui survient dès qu’elle se retrouve en haut de l’affiche, tant son talent et son charme fascinent les foules. De ses débuts timides à sa révélation en 2011, en passant par ses engagements : lumière sur Jessica Chastain, une artiste interstellaire.

Jessica Chastain, dans Interstellar

L’enfance et le choix du Parrain

Née à Sacramento en 1977, Jessica Chastain n’évoque que très rarement son enfance. Issue de parents qui étaient adolescents lorsqu’ils l’ont mis au monde, elle a fait face à la pauvreté. “Nous avons été parfois expulsés quand j'étais enfant. J'ai décidé de devenir actrice [...] je savais que je pouvais vivre sans argent. Mais j'ai toujours eu peur de ces choses-là, comme ne pas être capable de payer mon loyer”, confiait-elle à ce sujet au USA Today, en 2013. Solitaire, elle développe son goût du jeu à l’âge de 7 ans et lutte sur le plan scolaire. Elle intègre la prestigieuse Juilliard School en 1999, gagne une bourse financée par Robin Williams, obtient son diplôme, et surtout se fait remarquer par... Al Pacino. Sitôt ses études terminées, le Parrain prend sa protégée sous son aile et la dépose sur les planches, dans Salomé, d’Oscar Wilde. Des débuts au théâtre qui, dans la pure tradition des grandes actrices, lui permettent de se hisser sur les écrans. Les petits tout d’abord - entre 2004 et 2007, avec de très discrètes apparitions dans des séries comme Urgences, Veronica Mars, ou New York, cour de justice -, avant de briller sur le grand.

Jessica Chastain, dans Ça : Chapitre 2

L’ascension d’une étoile

2011 sonne l’année de la révélation pour Jessica Chastain. En mai, la sublime rousse monte les marches de Cannes aux bras de Brad Pitt et Sean Penn, ses partenaires dans le très remarqué The Tree of Life de Terrence Malick. L’effet Chastain ne tarde pas à se manifester, si bien que l’Américaine tourne dans pas moins de dix films en seulement deux ans. Parmi eux, ses prestations remarquées dans La Couleur des Sentiments et Zero Dark Thirty la propulsent dans le paysage des stars mondiales, et surtout reconnues par le milieu. Les nominations et récompenses aux plus illustres cérémonies se suivent, et la comédienne se voit offrir des rôles aussi éblouissants qu’éclectiques. Aussi à l’aise dans les blockbusters que dans le cinéma d’auteur, elle tourne pour Christopher Nolan (Interstellar), Ridley Scott (Seul sur Mars), Guillermo Del Toro (Crimson Peak), John Madden (Miss Sloane), ou encore J.C Chandor, dans A Most Violent Year. Fan absolue d’Isabelle Huppert, celle qui possède des origines françaises et irlandaises donne la réplique à son idole dans le méconnu The Disappearance of Eleanor Rigby. Une palette de jeu toute en nuances, que Jessica Chastain réussit à développer en sachant dire “non”, et en créant même sa propre société de production consacrée à des questions sociales : Freckle Films.

Jessica Chastain et le Club des Râtés, dans Ça : Chapitre 2.

Le talent au service de l’engagement

Consacrée en 2012 par le magazine Times comme étant l’une des personnalités les plus influentes du monde, Jessica Chastain est autant acclamée pour son talent que pour ses prises de position. Classée parmi les meilleures actrices de sa génération par le critique Richard Roeper, elle n’hésite pas à sortir de ses personnages afin de lutter pour la cause animale (elle est vegan et ne porte que de la fausse fourrure), l’égalité femmes-hommes, contre le harcèlement ou encore le gouvernement actuel. Nulle surprise donc, de voir la quadragénaire émue par la scène d’ouverture de Ça : Chapitre 2. Force féminine du long-métrage réalisé par Andy Muschietti, l’actrice apparaît sous les traits d’une Beverly, membre du Club des Ratés - campée par la jeune Sophia Lillis dans le premier volet - devenue adulte. Dans un entretien à Variety, la comédienne a évoqué son rôle, mais s’est aussi étendue sur le crime homophobe sordide qui rythme les premières minutes du film. Un véritable fait divers - le meurtre de Charlie Howard, en 1984 - dont s’est inspiré Stephen King. “Stephen King a écrit le roman Ça parce qu’un crime a été commis dans sa ville natale. Il voulait explorer ce sombre épisode, et c’est la première scène de notre film… Ça va être dur de parler de ça sans pleurer, a-t-elle déclaré au magazine. Cette scène traite de la crasse qui est coincée sous les ongles de ces petites villes, ou bien de l’humanité. C’est ça que ça représente. La noirceur du comportement humain.” Une profondeur à l’écran comme à la ville, qui prédisent à Jessica Chastain un avenir aussi grandiose que son talent.

Ça : Chapitre 2, d’Andy Muschietti avec Jessica Chastain, sort le 11 septembre au cinéma.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier