Warner Bros. Actualités

WB95 : 5 choses à savoir sur 2001 : l’Odyssée de l’espace

Publié

WB95 : 5 choses à savoir sur 2001 : l’Odyssée de l’espace

Pour fêter ses 95 ans, Warner Bros. revient sur les œuvres inoubliables du catalogue et leurs petits secrets. Cette semaine, découvrez 5 choses à savoir sur 2001, l’Odyssée de l’espace

Il y a 50 ans, Stanley Kubrick offrait au monde 2001 : l’Odyssée de l’espace, véritable chef-d’œuvre de science-fiction dans le monde du cinéma. Pour célébrer cet anniversaire, une copie neuve en 70mm du film sera projetée et présentée par Christopher Nolan au 71e Festival de Cannes le samedi 12 mai 2018. L’occasion pour les festivaliers de (re)découvrir ce long-métrage incontournable retraçant l’évolution de l’humanité à travers une expédition spatiale.

1. Plus qu’une adaptation, une collaboration

Ce projet cinématographique d’envergure est l’œuvre d’une étroite collaboration entre Stanley Kubrick et l’écrivain britannique Arthur C. Clarke, suite à leur rencontre en 1964 dans un restaurant new-yorkais. Basée sur les nouvelles La Sentinelle et Les Enfants d’Icare de Clarke, 2001 : l’Odyssée de l’espace est à la fois un roman et un film écrits et développés conjointement par les deux hommes. Après le succès du film, Arthur C. Clarke a écrit trois suites au roman.

Même si des différences sont à noter dans les deux versions, elles se sont aussi nourries l’une de l’autre. Certains passages du livre sont inspirés par le visionnage des rushs du film et des extraits du long-métrage proviennent d’idées apparues plus tard dans l’écriture du roman. En collaborant avec Arthur C. Clarke, Stanley Kubrick souhaitait réaliser « le film de science-fiction de référence ». Cinquante ans après, le pari semble plus que réussi.

2. Hal 9000 chante la première chanson de l'histoire apprise à un ordinateur

2001 : l'Odyssée de l'espace 2001 : l’Odyssée de l’espace, découpé en quatre actes, est un film qui questionne l’évolution humaine de la préhistoire à nos jours à travers la technologie, le progrès et l’intelligence artificielle. Le fil rouge de cette quête existentielle est un monolithe noir qui survit à travers les millénaires et c’est cet objet que l'équipage d’un vaisseau spatial en route pour Jupiter va tenter de décrypter. Les astronautes comptent pour cela sur l’aide d’HAL 9000, une intelligence artificielle consciencieuse.

Plus humain que ses maîtres, HAL 9000 remet en question la mission confiée par le Dr Floyd et n’hésite pas à détruire ceux qui se retournent contre lui. Mais l’astronaute David Bowman réussit à déconnecter l’intelligence artificielle qui chantonne « Daisy Bell » de Harry Dacre dans ses derniers instants, rendant la scène très touchante. Il s’agit de la première chanson apprise à un ordinateur IBM en 1961. D’ailleurs, certains cinéphiles pensent que le nom de HAL correspond aux lettres décalées de la marque IBM, coproductrice du film, mais Arthur C. Clarke a affirmé qu’il s’agissait d’une coïncidence.

3. Une bande sonore culte

2001 : l'Odyssée de l'espace Récompensé par le BAFTA de la meilleure bande originale, 2001 : l’Odyssée de l’espace bénéficie d’une musique transcendante et reconnaissable entre mille. Les effets sonores et la mélodie sont très importants et participent à la construction narrative du film, rendant les liens entre musique et image plus forts que jamais. C’est une petite révolution dans le cinéma de science-fiction contemporain qui va inspirer de nombreux autres longs-métrages de ce genre prolifique dans les décennies qui suivent la sortie de 2001 : l’Odyssée de l’espace.

Alors que le compositeur Alex North avait été choisi par les producteurs pour écrire la musique du film, Stanley Kubrick en a décidé autrement en faisant appel à plusieurs orchestres philharmoniques, de Berlin et de Leningrad notamment, pour jouer des œuvres classiques cultes. Ainsi, dans la bande originale, on peut écouter « Le Beau Danube bleu » de Johann Strauss, « Adagio de Gayaneh » d’Aram Khatchatourian, et bien sûr la plus célèbre et le thème principal du film « Ainsi parlait Zarathoustra » de Richard Strauss, en parfaite symbiose avec l’œuvre éponyme de Nietzsche et le film de Kubrick.

4. La magie des effets spéciaux et des techniques pionnières

2001 : l'Odyssée de l'espace Le rendu spectaculaire du film a nécessité un travail titanesque. Kubrick a réuni 130 techniciens pour le tournage de 2001 : l’Odyssée de l’espace qui débuta le 29 décembre 1965 et se termina sept mois plus tard. La postproduction, quant à elle, dura deux ans pour rendre crédibles les images dans l’espace et mettre en œuvre des effets spéciaux réalistes dans 205 plans du film. Il n’est donc pas étonnant que le budget initialement prévu de 6 millions de dollars ait explosé pour atteindre les 10 millions.

Pour créer des décors fondés sur des représentations crédibles du futur, Stanley Kubrick s’est aussi entouré de scientifiques qualifiés. Par ailleurs, le réalisateur américain a exploré plusieurs techniques révolutionnaires en matière d’effets spéciaux, notamment les prémisses du motion control, utilisé plus tard par George Lucas pour Star Wars. L’une des scènes les plus représentatives de ce travail colossal de montage est celle de l’ellipse entre le moment où le singe lance un os qui se « transforme » en satellite dans l’espace sans fondu ni rupture de mouvement. Rien d’étonnant à ce que 2001 : l’Odyssée de l’espace ait été récompensé de l’Oscar des meilleurs effets spéciaux en 1969.

5. L’hommage de la NASA au film

2001 : l'Odyssée de l'espace Avant-gardiste, Stanley Kubrick envoie l’homme sur la Lune puis sur la planète Jupiter pour une conquête spatiale dans 2001 : l’Odyssée de l’Espace en 1968. Le réalisateur a travaillé de longues années sur ce projet avec Arthur C. Clarke pour écrire le scénario et ce dernier s’est documenté des mois et des mois auprès de la NASA pour rendre le film réaliste. Dans le long-métrage, les voyages interplanétaires sont représentés avec une grande justesse, notamment sur l’absence de son dans l’espace, la lenteur des manœuvres et les outils technologiques des astronautes.

De nombreux spectateurs se passionnent par la suite pour l’exploration de l’univers et un an plus tard, l’américain Neil Armstrong pose le pied sur la Lune. En 1970, la NASA envoie une mission lunaire, Apollo 13, dans l’espace. L’organisation américaine décide de rendre hommage au chef-d’œuvre de Stanley Kubrick en baptisant le vaisseau spatial qui transporte les astronautes du nom Odyssey, le film s’intitulant 2001 : Space Odyssey en version originale.

2001 : L’Odyssée de l’espace est disponible en DVD et Blu-ray. Découvrez-le également dans le Coffret de l’espace.

Retrouvez la collection anniversaire des 95 ans de Warner ici.

Rendez-vous sur le site 95answarner.fr pour découvrir tous les évènements entourant cet anniversaire !

Attention

 
 
 
Produit ajouté au panier