TOUT WARNER BROS.

Person of Interest : Retour sur le bijou de Jonathan Nolan

Aussi réaliste que captivante, Person of Interest a conquis des millions de téléspectateurs, au rendez-vous à chaque épisode pour savoir ce qu’il adviendrait de Finch, Reese et, surtout, de la machine … Cinq saisons riches en suspense et en action, pour une série solidement ancrée dans les enjeux d’une Amérique post-11 septembre, un brin futuriste. Un angle qu’on doit à Jonathan Nolan , puisque le frère de Christopher Nolan signe ici sa première création originale. Alors que le season finale a définitivement clos l’aventure le mois dernier, sur un cinquième chapitre en apothéose , retour sur ce show haletant, à (re)découvrir en DVD en cliquant ici .

« Vous êtes surveillés »

C’est par cette mise en garde que commence le générique de Person of Interest. Ces « personnes dignes d’intérêt », qui donnent son titre à la série, concernent tout individu susceptible d’être impliqué dans un crime . Une indication donnée par une mystérieuse machine, grâce à des algorithmes ultra-sophistiqués, qui ne livre toutefois qu’un numéro de sécurité sociale, correspondant à une identité . L’enjeu est alors autant de déterminer le degré d’implication de la person of interest concernée, que de parvenir à empêcher le crime d’être commis, sur la seule base d’un nom…

PersonOfInterest4

Une mission qu’Harold Finch (Michael Emerson) prend très à cœur, lui qui est à la fois le concepteur de la machine et l’unique personne au fait de l’existence d’un engin d’une telle puissance. Employant sa vie de milliardaire reclus à faire le bien, en toute discrétion, il a besoin de l’aide d’un homme d’action sur le terrain et c’est ce qui va le pousser à entrer en contact avec le taciturne et très efficace John Reese (Jim Caviezel) . Faisant de cet ancien agent paramilitaire de la CIA son homme de main, il le met dans la confidence et, ensemble, ces deux hommes que tout oppose vont former un tandem à la surprenante alchimie.

Double niveau de lecture

Au fil des saisons, certains protagonistes ont tiré leur révérence – à l’instar de l’inoubliable Carter (Taraji P. Henson) – et d’autres ont rejoint la fine équipe, comme Shaw et Root . Au-delà de la tension, les téléspectateurs raffolent des touches d’humour qui jalonnent les répliques. Les inconditionnels se souviendront notamment de la scène du donut de Bear ( Balou en VF), ou de celle dans laquelle Fusco fait équipe avec un mannequin. Pour autant, le double niveau de lecture est permanant et les arcs narratifs questionnent des thèmes essentiels : dans quelle mesure les machines peuvent-elles influencer les actions humaines ? À quel point la sécurité est-elle sacrificielle ? Autant d’interrogations chères à Jonathan Nolan, comme on le lisait déjà en filigrane de ses scénarios cinématographiques.

PersonOfInterest5

Créateur, showrunner, scénariste et producteur , il est le chef d’orchestre de Person of Interest. Nolan a même fait un caméo plein de malice dans l’épisode 513, en campant un passant sur Time Square. Série policière et sociétale, Person Of Interest distille de nombreuses bribes réflexives, par la voix de ses personnages : « Le meilleur endroit pour se cacher M. Reese, comme vous le savez bien, est à la vue de tous », dira ainsi un Harold Finch qui, par certains aspects, n’est pas sans rappeler l’emblématique Benjamin Linus de Lost . Si Caviezel a, quant à lui, fait forte impression dans La Ligne rouge de Terrence Malick, c’est un uniforme de soldat plus discret qu’il revêt à la télévision. Adoptant un jeu empreint de poker face et de dialogues lapidaires, il livre une performance toute en retenue qui fait la force de son personnage, comme de la série.

Cet automne, Jonathan Nolan sera sur HBO , avec l’alléchante Westworld, cosignée avec J.J. Abrams et le regretté Jerry Weintraub. Avant de plonger dans cette nouvelle fiction, (re)découvrez sa pépite précédente, grâce aux coffrets DVD de Person of Interest , en cliquant ici .

Vous aimerez aussi

Attention