Warner Bros. Actualités

Gunga Din : Focus sur Cary Grant

Publié

Gunga Din : Focus sur Cary Grant

Acteur fétiche d’Hitchcock et visage éternel de l’Âge d’Or hollywoodien, Cary Grant a laissé son empreinte dans l’histoire du cinéma, en s’imposant comme l’un des comédiens les plus appréciés de sa génération. Autant plébiscité par le grand public que par la critique, il a su développer un style bien à lui, mêlant charme so british et décontraction à l’américaine. Avec son menton si reconnaissable et son regard plein de malice, Cary Grant a incarné près de 80 rôles au cours de sa carrière. Doublement cité aux Oscars – pour La Chanson du passé et Rien qu'un cœur solitaire – il reste célèbre pour son tandem avec Audrey Hepburn dans le mystérieux Paris de Charade , ou la fameuse séquence de La Mort aux trousses du champ de maïs. Bien que Gunga Din (1939) ne soit pas son film le plus connu, le comédien y livre une interprétation pleine de tendresse, à (re)découvrir en DVD au sein de la Collection Patrimoine .

Une enfance mouvementée

À la veille des années 1940, lorsque Cary Grant tourne Gunga Din, il est sur le point d’être nommé aux Oscars et d’entamer sa collaboration avec Alfred Hitchcock grâce à Soupçons (1941), le film qui allait initier leurs quatre projets communs. Avant de devenir l’alter-ego du maître du suspense, le comédien a été celui d’un autre cinéaste de renom : Howard Hawks , qui le dirige dès 1938 en lui confiant le rôle-titre de L'Impossible Monsieur Bébé . Une comédie au ton loufoque, qui sied parfaitement à son humour. De son vrai nom Archibald Alexander Leach , ce britannique originaire de Bristol embrasse la voie artistique comme un exutoire à une jeunesse agitée.

GungaDin2

Le drame de son enfance est d’avoir été séparé de sa mère , qu’il croyait disparue et qui avait, en réalité, été internée en hôpital psychiatrique pour dépression. Ce n’est qu’une fois adulte, à l’âge de 30 ans, que Cary Grant découvrira cette vérité que son père avait tenté de dissimuler derrière un piètre mensonge, prétendant qu’elle avait pris de longues vacances. Une tragédie familiale qui n’est pas sans rappeler l’intrigue d’À l’Est d’Eden , où James Dean découvre, lui aussi, que sa mère n’est pas morte et qu’on lui a menti. Après une scolarité en dents de scie, Cary Grant rejoint une troupe itinérante qui lui fait découvrir l’univers du music-hall, en l’entraînant dans une tournée de deux ans à travers le pays. Une vocation est née, bientôt remplacée par l’appel du cinéma.

De Broadway aux plateaux de tournage

Grâce à cette entame de carrière sur les planches, Cary Grant se sent prêt à tenter sa chance à Hollywood et s’installe à Los Angeles dès le début des années 1930. La légende veut que son nom d’artiste soit un clin d’œil à Clark Gable et à ses initiales 'C. G.', pour autant c’est via des collaborations avec ses partenaires féminines qu’il forge son style. Face à Marlene Dietrich, d’abord, puis à Mae West , en enchaînant Blonde Venus et Lady Lou . Sorti quelques mois plus tard, Je ne suis pas un ange vient confirmer la notoriété naissante de l’acteur. Devenu indépendant à partir de la seconde moitié des années 1930, Cary Grant prend le cours de sa filmographie en main et peut se féliciter de cette décision judicieuse qui fait décoller sa carrière.

GungaDin4

Après une première période dédiée aux screwball comedies , le comédien amorce un virage épique à l’aube des années 1940, en tenant le haut de l’affiche de Gunga Din aux côtés de Douglas Fairbanks Jr., Victor McLaglen et la belle Joan Fontaine . Incarnant le combattif Cutter, il montre que les rôles physiques sont aussi à sa portée et profite de ce film de guerre signée George Stevens (Géant) pour jouer sur la corde sensible et osciller entre aventure et émotion. Ancrée dans le décor de l’Inde du XIXe siècle, l’histoire de Gunga Din s’inspire du poème éponyme de Kipling et retrace l’acte de bravoure d’un jeune serviteur indien venant en aide à des soldats anglais. Un scénario empli de tolérance, qui prouve que la carrière de Cary Grant ne se résume pas à ses films les plus emblématiques, mais renferme également de belles pépites.

Gunga Din , à retrouver en DVD dans la Collection Patrimoine en cliquant ici.

GungaDin3

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier