TOUT WARNER BROS.

Il y a 55 ans, Kubrick nous présentait Lolita

Monstre sacré, Stanley Kubrick avait justement une prédilection pour les personnages monstrueux. Si le locataire de Lolita semble bien sous tous rapports, les largesses qu’il s’autorise avec la moralité font de lui un anti-héros typiquement kubrickien. Lors de sa parution, le roman de Nabokov avait déjà suscité l’indignation d’un lectorat puritain. Toute en sous-entendus, la relation taboue d’une nymphette et d’un homme mûr est pourtant un matériau cinématographique dont le maestro s’empare avec talent. La preuve, à l’occasion du 55e anniversaire de son chef-d’œuvre.

Éternelle Sue Lyon

Derrière ses lunettes en forme de cœur, Dolorès Haze (alias Lolita) dissimule le spleen de l’adolescence. Élevée par une mère célibataire dans le New Hampshire des années 1950, elle cherche à tromper l’ennui estival en faisant du hula hoop dans le jardin. Une activité qui ne déplaît pas au nouvel occupant de la chambre que sa mère a mise en location. Dévorant Lolita des yeux derrière le journal qui lui donne une allure respectable, le professeur va basculer vers l’immoralité en entraînant la jeune fille avec lui.

Lolita1

La performance de James Mason ( Une Étoile et née ) est bluffante et celle de sa partenaire débutante l’est plus encore, au point que Sue Lyon remporte le Golden Globe® de la Révélation féminine. Cité aux Oscars® et à quatre Golden Globes® supplémentaires, le long métrage demeure culte. Évoqué chez les frères Coen dans The Big Lebowski , il a marqué des générations de spectateurs. Plus d’un demi-siècle après sa sortie, Lolita n’a pas été éclipsé par le remake des années 1990 dont Jeremy Irons et Dominique Swain partagent l’affiche.

Du livre au film

Qualifié « d’immonde » par une partie de la critique, le livre original est écrit à la première personne et retranscrit la confession fictive d’un homme se présentant comme nympholepte , c’est-à-dire attiré sexuellement par les très jeunes filles. Si la légende veut que l’épouse de Vladimir Nabokov ait sauvé le manuscrit de l’incinérateur, le tollé provoqué par la version cinématographique a aussi fait date. On observe toutefois des différences. Ainsi, l’héroïne gagne 4 ans au cinéma puisqu’elle a 12 ans chez Nabokov et 16 chez Kubrick.

Lolita2

Sue Lyon et ses « sweet sixteen » sont recadrés par la censure , qui impose au cinéaste de couper plusieurs scènes. Au-delà du sujet sulfureux, Lolita marque un tournant dans la carrière de Kubrick. Réalisé durant sa période britannique, il est son dernier film en noir et blanc avec Le Docteur Folamour Peter Sellers tient trois rôles en prolongeant sa collaboration avec le réalisateur. En amont du tournage de Lolita , Nabokov a été associé au projet d’adaptation mais Kubrick, toujours enclin à se détacher de l’œuvre première, ne conserve qu’une partie de son script . Malgré les regrets du principal intéressé qui aurait dit : « Si j’avais su à quoi je m’exposais, je n’aurais pas réalisé Lolita », le résultat est magistral.

À revoir en Steelbook Blu-ray™ ici .

Attention