Warner Bros. Actualités

Laraine Day, la muse de Wallace pour Taïkoun

Publié

Laraine Day, la muse de Wallace pour Taïkoun

En 1947 sortait Taïkoun, chef d’œuvre méconnu de Richard Wallace, cinéaste américain connu pour avoir signé Sinbad le marin ou encore Nid d'espions. Le long métrage aux accents de romance et d'aventure met en scène Anthony Quinn et Judith Anderson. Sans oublier le roi du western John Wayne dans la peau d'un ingénieur chargé de construire une voie ferrée en Amérique du Sud, épris de la sublime fille de son patron, interprétée par Laraine Day. L'occasion de revenir sur la belle et fructueuse carrière de l'actrice américaine qui a tourné avec les plus grands, décédée en 2007 et auréolée d'une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard.

Infirmière au grand coeur

laraine-day-taikoun

Née en 1920 dans l'Utah sous le nom de Laraine Johnson au cœur d'une famille mormone, la comédienne débute sa carrière en 1937 dans le film Stella Dallas. Très vite, l'actrice enchaîne les longs métrages et accède à la célébrité chez Alfred Hitchcock en 1939, dans Correspondant 17, mais aussi en interprétant l'un des rôles-titre de la série de films sur le Docteur Kildare, dans lesquels elle endosse la blouse de l'infirmière Mary Lamont sept fois entre 1939 et 1942, au côté de Lew Ayres. La belle Laraine, désormais créditée Day, se voit maintenant proposer des films par et avec les plus grands. Elle donne la réplique à Cary Grant dans Pile ou face en 1943, à Gary Cooper dans L'Odyssée du docteur Wassell l'année suivante, dirigée ici par le grand Cecil B. DeMille, avant de croiser le regard de Robert Mitchum dans le film à suspense Le Médaillon en 1946.

taikoun1

Dans Taïkoun, en 1947, elle tombe dans les bras virils de John Wayne, dans la peau de la fille de son patron. Une histoire d'amour forte mais contestée par le paternel, qui fera son possible pour stopper l'idylle et causer du tort à son gendre non désiré. Ce rôle emblématique dans la carrière de Laraine Day a pourtant failli ne pas lui être attribué. En effet, la production lui préférait initialement Maureen O'Hara, finalement choisie comme rôle féminin dans Sinbad le marin du même réalisateur. Le long métrage Taïkoun, Tycoon de son titre original signifiant "magnat" en anglais, fut à l'époque, du haut de ses trois millions de dollars, le plus gros budget jamais investi par la RKO, le mythique studio qui se cache derrière Citizen Kane et King Kong.

Pour (re)découvrir Taïkoun et tous les chefs-d’œuvre de John Wayne dans un coffret exclusif, cliquez ici.

Attention

 
 
 
Produit ajouté au panier