Warner Bros. Actualités

Il y a 45 ans, Bruce Lee réalisait La Fureur du dragon

Publié

Il y a 45 ans, Bruce Lee réalisait La Fureur du dragon

Alors que Lego® Ninjago®, Le Film (11 octobre) prépare un automne musclé aux shinobi des salles obscures, souvenons-nous que les films de kung-fu ne seraient pas ce qu’ils sont sans La Fureur du dragon (1972). Moins emblématique qu’Opération dragon (1973) – dernière apparition de Bruce Lee avant sa mort brutale – ce film fait honneur à « l’animal totem » de celui qu’on surnommait Le Petit Dragon. Scénariste, réalisateur, coproducteur et interprète principal, Lee est sur tous les fronts de ce long métrage à retrouver en coffret DVD ici.

Bruce Lee vs. Chuck Norris

Dans le parcours de Bruce Lee, La Fureur du dragon est une œuvre charnière. Après avoir campé Kato dans les séries Batman et Le Frelon vert , il fait tomber le masque et aborde la décennie suivante avec une jolie renommée internationale. Exit les films de ses prémices aux noms imprononçables, le maître des arts martiaux fait désormais des films hongkongais à la sauce hollywoodienne , dans le Rome des seventies. L’histoire de La Fureur du dragon se déroule au cœur de la capitale italienne, où des truands assaillent Tang (Bruce Lee) pour le racketter. Ils ne savent pas à quel risque ils s’exposent en s’en prenant à cet as des prises acrobatiques et des coups de pieds fulgurants…

LaFureurDuDragon1

Mais ça ne sera que le premier round de ce qui va se transformer en un duel avec un champion de kung-fu , à la solde des voyous. Comme décor, Lee préfère la splendeur du Colisée aux célèbres studios de la Cinecittà, en déclin depuis l’avènement du petit écran. Ce choix donne lieu à une séquence grandiose l’opposant à Chuck Norris , pour son premier rôle crédité : Colt . Dans cette ancienne arène de gladiateurs, tous deux réécrivent l’histoire jusqu’à ce que Lee arrache les poils du torse de Norris et souffle dessus triomphalement.

Occulté par la légende d’Opération dragon

Si on a plaisir à revoir La Fureur du dragon près d’un demi-siècle après sa sortie, ce n’est pas tant pour son intrigue sur fond rivalité de gangsters à nunchakus , mais pour la performance bluffante de Bruce Lee. Plein de rage et de maestria , son film regorge aussi des codes du genre dont se délectent les aficionados . À ce petit jeu-là, les effets de zoom concluant un coup savamment asséné à l’adversaire sont un régal. Comme de coutume, Lee prend les rênes de la chorégraphie des combats et spectaculaires figures qui font le sel de ce film. « Bruce Lee, le seul, l’unique, le vrai », indique l’accroche de l’édition DVD.

LaFureurDuDragon2

Au milieu des années 1950, James Dean (autre légende du septième art partie trop tôt) se faisait le porte-voix d’une jeunesse révoltée dans La Fureur de vivre de Nicholas Ray. Une quinzaine d’année plus tard, Bruce Lee fait de même pour Lo Wei avec La Fureur de vaincre (1972), avant son diptyque épitaphe non-officiel du dragon ; La Fureur du dragon et Opération dragon . Le second, son chant du cygne, brille dans la mémoire collective mais, quand se dissipe la charge émotionnelle liée à la mort soudaine de Lee, on comprend que La Fureur du dragon est injustement méconnu.

La Fureur du dragon , à retrouver en coffret DVD en cliquant ici.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier