Warner Bros. Actualités

Quand les héroïnes de films et séries nous donnent une leçon de mode

Publié

Quand les héroïnes de films et séries nous donnent une leçon de mode

Clôturée en grande pompe la semaine dernière, la Fashion Week de Paris a fait vivre la capitale au rythme de la mode, grâce aux défilés Haute Couture automne-hiver des créateurs les plus influents. Un évènement que les fashionistas néophytes ou confirmées ont été nombreuses à célébrer, en attendant de découvrir les collections Prêt-à-porter du mois de mars. Pour vous sentir au top et être lookée à la pointe de la mode, il n’est toutefois pas nécessaire de faire partie des invités ultra-select qui se disputent une place au front row des défilés. Il vous suffit de suivre les conseils avisés des modeuses de vos films et séries préférés. Une leçon de style aussi divertissante qu’inspirante : « juré sur Chanel ! », comme dirait Carrie de Sex and The City.

Papesse de la mode à la télévision, Carrie Bradshaw a fait souffler un vent de fraîcheur en débarquant à l’antenne d’HBO dès 1999. Perchée sur ses stilettos et accompagnée de ses trois meilleures copines, elle a rhabillé la fiction télé, en imposant son style newyorkais audacieux et résolument tendance. Portant une tenue éblouissante dans chacun des 94 épisodes qui composent le show, elle a cultivé une image oscillant entre working girl et héroïne romantique. La recette du succès au vu de la pléthore de trophées – dont l’Emmy des Milleurs costumes – remportés par Pat Field, la styliste du show.

Mes futures nouvelles chaussures ne peuvent pas être punies juste parce que je ne sais pas gérer mon argent. (Carrie Bradshaw, Sex and The City)

Souvent présentée comme la petite sœur borderline de Sex and the City, Girls partage de nombreuses similitudes avec le show de Darren Star : quatuor d’amies tentant de trouver leur voie parmi les infinies possibilités qu’offre New York, partagées entre démêlés sentimentaux et une forte propension à vouloir refaire le monde façon girl power, le tout marqué du 'sceau HBO'. Pour autant, Hannah est l’anti-Carrie d’un point de vue vestimentaire, comme elle entretient un style normcore plus proche d’une hipster de la génération Y que de la passionnée de mode un brin hype qu’incarnait Sarah Jessica Parker avant que la tornade Lena Dunham ne redéfinisse le dress code télévisuel à tenir.

Une absence de style de façade, bien plus réfléchie qu’il n’y paraît, qui poussera néanmoins Adam (Adam Driver) à demander à Hannah de mettre un pantalon en la croisant, un jour, en baskets et t-shirt long dans la rue. À l’inverse, les séries pour adolescents n’hésitent pas à jouer la carte d’un look preppy de petite poupée, en mettant leurs héroïnes en valeur grâce à des tenues qui ne laissent aucune chance à l’imprécision. Si c’était déjà le cas de Marissa Cooper (Mischa Barton) dans Newport Beach, à la télévision, la reine du lycée se doit de ne commettre aucun 'fashion faux-pas', sans quoi une concurrente pourrait lui voler sa couronne ; à l’image du duel stylistique que se livrent tacitement Blair (Leighton Meester) et Serena (Blake Lively) dans Gossip Girl, un autre teen show signé Josh Schwartz.

Celui qui a dit que l’argent ne fait pas le bonheur, ne savait pas où faire les boutiques. (Blair Waldorf, Gossip Girl)

Régnant sans partage sur le monde de la mode adolescente, Gossip Girl est suivie de près par une autre série aux manettes de laquelle on retrouve Schwartz : Hart of Dixie, où le look casual chic du Dr. Zoe Hart (Rachel Bilson) se distingue. Une protagoniste toujours tendance en dépit du cadre rural de la série, mais talonnée par les jolies petites menteuses de Pretty Little Liars. Portant la robe de deuil avec style – en n’omettant ni d’accessoiriser leur tenue ni de se maquiller – Aria, Hanna, Emily et Spencer sont l’illustration du fameux adage qui veut que les apparences soient parfois trompeuses… Emprunte d’un suspense haletant, attisé par les rebondissements qui entourent l’identité de la mystérieuse A., Pretty Little Liars déroule le fil de son intrigue en faisant la part belle à la mode, sans toutefois que cela ne prenne le pas sur l’histoire.

Côté grand écran, les leçons de mode diffèrent selon les profils et les époques mais, comme l’a souligné Coco Chanel : « La mode passe, le style reste ». Un principe qui sied parfaitement à Gatsby le Magnifique, gentleman éternel, né sous la plume d’F. Scott Fitzgerald et remis au goût du jour en 2013 par Leonardo DiCaprio et le dandy d’Hollywood, Baz Luhrmann. Un film qui concentre tout le glamour et la frénésie des Roaring Twenties, en dépoussiérant ces codes vieux de près d’un siècle afin de les moderniser. Robes griffées Prada sur le dos, boa mauve à plumes autour du cou et headband de chez Tiffany’s sur la tête : Daisy (Carey Mulligan) est éblouissante et pas seulement aux yeux du non moins chic Jay Gatsby. Avec ces arguments et la mise en scène punchy du réalisateur de Moulin Rouge ! (2001), ce bijou mélodramatique s’impose comme le film référence de la mode des années 1920. Doublement primé aux Oscars dans les catégories Meilleurs décors et Meilleurs costumes, il a été décrit comme « le film qui affole la planète mode » par le magazine Elle.

Une pléiade d’héroïnes plus lookées les unes que les autres, qui ne doivent toutefois pas faire oublier que la mode est aussi une affaire d’hommes, en témoigne Jacob (Ryan Gosling), le coach en séduction tiré à quatre épingles de Crazy, Stupid, Love (2011) !

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier