Warner Bros. Actualités #DCSuperBattle : Ambush Bug vs. Queen Bee

#DCSuperBattle : Ambush Bug vs. Queen Bee

Publié

#DCSuperBattle : Ambush Bug vs. Queen Bee

Déjà bas dans la chaîne alimentaire, les insectes le sont aussi sur l’échelle d’appréciation des estivants, qui n’hésitent pas se munir d’une tapette à mouche pour des vacances sereines. Chez DC, ce ne sont pas les mouches qui posent problème, mais les abeilles, et une abeille en particulier : Queen Bee . Ne piquant pas comme elle, Ambush Bug fait plutôt figure de super-héros miniature non-conventionnel. Qui l’emporterait dans un duel ? Pour le savoir, place à la #DCSuperBattle !

Ambush Bug, l’outsider

Alias : Si son nom héroïque est éloquent (l’insecte en embuscade), le véritable nom d’Ambush Bug, Irwin Schwab , est empreint de mystère. Au point qu’on ne sache pas s’il s’agit d’un patronyme ou d’une double identité imaginaire née de son esprit malade.

Origines et avatars : Bien que se battant du bon côté de la justice, Ambush Bug souffre de troubles mentaux , qui font de lui un personnage anti-manichéen. Créé à l’initiative de Keith Giffen (au scénario et au dessin), puis modernisé par Robert Loren Fleming , qui prendra plus tard les manettes de la trame narrative, il fait partie des personnages récurrents qu’on adore voir. C’est dans le DC Comics Presents #52 de la fin de l’année 1982 qu’il pointe le bout de ses antennes pour la première fois. Depuis, il a jalonné des histoires plus ou moins importantes de la mythologie DC, en y insufflant une note discordante pas désagréable. Tout de vert vêtu – ou plutôt dévêtu, tant sa combinaison a des airs de seconde peau – Ambush Bug est à la croisée de la punaise et de la mante religieuse .

DcComics200

Caractérisé par son attitude nonchalante, il entretient une certaine désinvolture , au gré de plaisanteries distillées çà et là et, bien souvent, comprises de lui seul. Après avoir été, un temps, l’antagoniste de Superman , l’insecte s’est repenti pour embrasser la voie super-héroïque. Le revirement est tel qu’Ambush se prend d’amitié pour Kal-El, bien que celle-ci ne soit pas réciproque et qu’elle incommode grandement le protecteur de Metropolis. Selon les versions, la silhouette d’Ambush Bug diffère, de sorte qu’il peut être représenté comme un personnage tantôt athlétique, bedonnant ou fluet. Son regard cerclé de jaune demeure néanmoins inchangé et c’est cette signature qu’on retrouve dans son avatar Lego.

Mode Opératoire : Affilié à la Doom Patrol, l’Uh-oh Squad, la Justice League ou à la plus confidentielle Amber Butane Corps , Ambush Bug a papillonné d’escouade en escouade, sans jamais entièrement s’intégrer à aucune d’entre elles, en raison de son tempérament aliéné. Tirant l’essentiel de ses pouvoirs de ses antennes creuses, il y transporte de minuscules insectes robotisés qui lui donnent la possibilité de se téléporter partout où il le souhaite. Un pouvoir plutôt hors-norme qui, associé à la barrière protectrice que lui offre son imperceptible combinaison, permet à Ambush Bug d’échapper aux assauts d’ennemis éventuels. Sa force de frappe est néanmoins limitée et il faut lui reconnaître une certaine chance pour être passé entre les mailles du filet si longtemps. Depuis sa création, l’insecte s’est illustré à travers des BD, des séries et animés, ainsi qu’en figurines, très prisées des fans assidus. Pour l’anecdote, l’éditeur de comics Julius Schwartz a même fait une apparition dessinée dans la série de BD d’Ambush Bug.

Queen Bee, la reine des abeilles

Alias : Connue des puristes sous le pseudonyme de Zazzala , Queen Bee n’a rien d’une Beyoncé, ni de la Blair Waldorf de Gossip Girl, avec qui elle ne partage que le pseudonyme. Au gré de son évolution, elle se fera aussi appeler Tazzala et Beatriz .

Origines et avatars : Qu’on ne s’y trompe pas, malgré sa taille de guêpe et ses dards létaux, Queen Bee est bien une abeille . A contrario de ses congénères du monde animal, elle ne butine pas paisiblement les fleurs pour faire du miel. Son crédo est celui du mal, froid et sans scrupule. Dévastatrice et pétrie de haine, elle a été imaginée par Gardner Fox (scénario) et Mike Sekowsky (illustration), qui ont dessiné les grands traits de la super-méchante dans le Justice League of America #23 de 1963 . En plus d’un demi-siècle d’existence, elle a eu l’occasion de faire état de toute la cruauté qui la caractérise. À la tête d’une ruche comptant des millions de sujets, elle a la folie des grandeurs et un ego au moins aussi grand.

DcComics201

Abeille tueuse mégalomane, Queen Bee entend annihiler toute vie humaine, au profit de son espèce . Un sombre dessein, qui naît au cœur de son essaim, avant de s’étendre à de plus vastes horizons, le plus souvent en confrontation directe avec la Justice League . Des sixties au seuil des années 2000, elle a été plus présente à certains moments, connaissant quelques périodes en creux, mais finissant toujours par revenir, à la manière des abeilles qui retrouvent inexorablement le chemin de la ruche . De sorte qu’elle se décline à travers des séries live (Smallville) ou animées (Justice League Unlimited), ainsi qu’en jeux vidéo. Faisant partie des personnages rebootés par le New 52, Queen Bee renaît encore une fois de sa chrysalide.

Mode Opératoire : Au fil des ans, les aptitudes de la souveraine ailée ont évolué. Doté de plusieurs dards venimeux dans ses versions les plus récentes, la super-méchante ne fait pas dans la demi-mesure. Piquant ses victimes à la manière d’un scorpion, elle est hautement létale. Pouvant voler à très grande vitesse, elle est aussi douée d’une force surhumaine et n’hésite pas à embrumer l’esprit de ses adversaires en leur soufflant au visage de la poudre de pollen hypnotisante . Autant de superpouvoirs qui la rendent particulièrement coriace et qui rappellent qu’il faut bien plus qu’une tapette à mouche pour venir à bout de la redoutable Queen Bee. Membre de l’Anti-Justice League , de l’Injustice Gang , de la Secret Society of Super Villains de Lex Luthor, ainsi que de l’H.I.V.E , elle est allée jusqu’à contraindre les New-Yorkais à se lancer dans la fabrication d’une matrice en forme d’œuf destinée à servir de couveuse aux millions d’abeilles sous ses ordres. Une armée docile et potentiellement très dangereuse…

La Battle : Au royaume des insectes, les prédateurs sont rois

Tandis qu'Ambush Bug ne semble pas doté de moyens d’attaque très efficaces, il y a fort à parier que la punaise verte ruserait pour tenter d’avoir le dessus sur l’abeille tueuse, dans le cas où tous deux seraient amenés à se battre. Comme son nom l’indique, ce super-héros à l’esprit fantaisiste est adepte de l’embuscade . Mais, ne dit-on pas justement que la meilleure défense, c’est l’attaque ?

DcComics202

Un art que Queen Bee maîtrise jusqu’au bout du dard et qui fait d’elle un parasite difficile à mettre hors d’état de nuire. Elle possède toutefois un talon d’Achille : son incapacité totale à voir la couleur rouge . Si cela peut sembler anecdotique, ce handicap qui la rend presque daltonienne a permis à Wonder Woman et Big Barda d’avoir le dessus sur elle au cours d’un affrontement épique. Pour autant, on ne donnerait pas cher de la peau d’Ambush Bug dans un duel, comme il ne joue pas à armes égales avec la reine des abeilles et que celle-ci se caractérise, de surcroit, par une détermination sans faille. Notre gagnante est donc Queen Bee !

Pour rappel, l’univers DC Comics sera à l’honneur de Suicide Squad le 3 août au cinéma

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier