TOUT WARNER BROS.

DC Comics : Des geôles pleines de méchants

DcComics323

Peuplé de personnages dont la cruelle réputation n’est plus à faire, l’univers DC est doté de nombreuses prisons . Du pénitencier de haute sécurité à l’asile pour pensionnaires ayant un grain de folie, les geôles qu’on découvre dans les comics font froid dans le dos. Panorama non-exhaustif des cachots où on n’aimerait pas faire un séjour…

Iron Heights

Les inconditionnels du Flashverse le savent, Barry Allen (alias Flash ) a contribué à mettre une légion de truands derrière les barreaux. Localisée à environ cinq kilomètres au nord de Keystone – en Pennsylvanie ou au Kansas selon les versions – la prison d’Iron Heights est apparue pour la première fois en 2001 et accueille aussi les bandits de la ville voisine de Central City . De quoi afficher complet, d’autant que les aventures de notre véloce justicier fourmillent d’ennemis à mettre hors d’état de nuire. Enclose de hauts murs d’acier, de barbelés et de quatre postes de surveillance, elle ne laisse quasiment aucune échappatoire à d’éventuels candidats à l’évasion. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque car, en dépit de son aspect extérieur, cette prison est loin d’être exemplaire. À l’intérieur, les mauvais traitements sont quotidiens. Dirigeant l’établissement d’une main de fer, le sadique Gregory Wolfe aime envoyer les détenus récalcitrants « au trou », appelé le Pipeline , un lieu de privation plongé dans le noir. Gorilla Grodd est l’un des rares à s’être échappé, à l'occasion d'une mutinerie de prisonniers.

Gotham7

Arkham

Si Blackgate Prison est située à quelques encablures de Gotham , c’est une autre prison du Batverse qui concentre toutes les attentions : l’asile d’Arkham . Destiné aux criminels comme aux fous, Arkham est l’un des lieux de détention le plus abouti de DC Comics. Inspiré de la ville d'Arkham imaginée par l’écrivain américain H.P. Lovecraft dès 1920, cet établissement s’est décliné en plusieurs nouvelles avant de faire son apparition dans les vignettes de BD à l’automne 1974. Parmi ses emblématiques pensionnaires, le Joker et Harley Quinn tiennent le haut de l’affiche. Au terme d’une idylle pour le moins chaotique, les rôles vont s’inverser entre la psychiatre et son patient : ce dernier s’échappe et l’ex-doctoresse est emprisonnée pour l’avoir aidé à se faire la belle. Un événement mis en scène dans Sucide Squad (à retrouver en version longue en cliquant ici ) avec Jared Leto et Margot Robbie en couple de têtes brûlées. Surtout, il n’aura pas échappé aux gamers qu’Arkham donne son nom à la saga virtuelle culte composée d’Asylum, City, Origins, Knight et désormais de la version VR.

SuicideSquad23

Belle Reve

Également passée par la case Belle Reve, la jokerette – comme d’aucuns surnomment Harley Quinn – a eu l’occasion d’y côtoyer ses futurs comparses de la Suicide Squad . Spécialement destinée aux métahumains, cette prison se trouve près de * * St. Roch * * en Louisiane, ce qui explique la sonorité française de son nom. Un nom ironique puisqu’y être incarcéré s’apparente à tout sauf à un doux songe. Belle Reve a en réalité été baptisée ainsi en hommage à Un Tramway nommé Désir , pièce de Tennessee Williams qu’Elia Kazan a adaptée en film et où il est fait mention d’une plantation éponyme. Dans Smallville , on découvre que la prison sert d’asile à ceux qui ont été exposés à une météorite verte mais, dans l’imaginaire collectif il s’agit d’abord du fief de la Suicide Squad. Théâtre de violentes attaques, le quartier général de la bande à Waller a notamment fait l’objet d’une tentative d’invasion conduite par Darkseid . Un comble : la logique voudrait qu’on veuille s’en évader et non l’inverse !

TheDarkKnightRises1

Peña Duro

Comme son nom le laisse supposer, Peña Duro (roc dur) inflige une sentence particulièrement douloureuse à ceux qui ont le malheur d’y être détenus. Dans l’ultime opus de la trilogie que Christopher Nolan consacre au Chevalier Noir, cette prison est essentielle à la fondation du mythe de Bane . Le super-méchant star de The Dark Knight Rises (2012) y est né et doit d’emblée purger la peine de son père. À l’instar d’Alcatraz , la prison est construite sur une île, Santa Prisca . Livrés à eux-mêmes, les prisonniers vivent dans des conditions moyenâgeuses et, désespérée, la mère de Bane se laisse mourir alors que son fils n’est encore qu’un enfant. Devenu adolescent après avoir été placé à l’isolement pendant dix ans , Bane aspire plus que jamais à quitter ces murs. Il y forme sa propre culture en lisant de nombreux ouvrages et développe par ailleurs une force surhumaine à la suite d’une expérience. Deux atouts indispensables pour se libérer de ses chaînes, ce qu’il parvient à faire au grand dam de Batman .

La Zone Fantôme

Les prisons DC ne sont pas uniquement terrestres. On en trouve dans d’autres galaxies, à l’instar du mythique Fort Rozz de Krypton . Gravitant non loin de là, dans le vide spatial, la Zone Fantôme est née il y a 55 ans et continue de fasciner le public d’aujourd’hui. Façonnée par Robert Bernstein et George Papp dans l’Adventure Comics #283 (1961), elle correspond à une dimension parallèle semblable au Purgatoire , où sont concentrés les hors-la-loi de Krypton qui attendent leur jugement. Elle a la particularité de réduire ces détenus dans l’expectative à l’état d’entités fantomatiques , d’où son nom de Zone Fantôme. Le temps n’a pas de prise sur les résidents de ce no man’s land , qui sont comme des morts-vivants ne sachant pas quel sort s’abattra sur eux. On doit la découverte de cette zone transitoire à Jor-El , le père de Kal-El (Superman), qui n’a pas que des découvertes scientifiques à son palmarès. Au-delà de la série éponyme de Steve Gerber et Gene Colan, on ne compte plus les clins d’œil à la Zone Fantôme, que ce soit avec un épisode de South Park ou en toile de fond du jeu Mortal Kombat vs. DC Universe .

Pour retrouver les prisonniers les plus iconiques de DC Comics, rendez-vous avec la version longue de Suicide Squad en cliquant ici .

Vous aimerez aussi

Attention