Warner Bros. Actualités

Quand les clowns DC Comics entrent en piste

Publié

Quand les clowns DC Comics entrent en piste

À peine sorti aux États-Unis, Ça bat déjà des records en se hissant au 5e rang des films d’horreur les plus rentables de tous les temps outre-Atlantique. Attendu dans les salles françaises le 20 septembre , il est l’occasion de rappeler que la coulrophobie (la peur des clowns) n’est pas l’apanage du septième art et qu’elle s’applique aussi au neuvième. Focus sur ces super-méchants qui ont sévi sous le chapiteau DC Comics .

Les précurseurs

Les vignettes DC sont jalonnées de clowns plus ou moins emblématiques. On pense par exemple à Black Clown et à son python dressé pour l’aider à braquer des banques, en s'attaquant au guichetier. Un personnage qui frappe avec son gang et qui n’est pas sans rappeler la bande de braqueurs aux masques de clowns tristes du Dark Knight de Christopher Nolan. De Lyle Corley (sobrement surnommé Clown) on ne sait pas grand-chose, à ceci près qu’il tue ses adversaires avec du gaz hilarant et qu’il a pour habitude de s’enfuir en bondissant à l’aide d’une canne à ressort. Si Crime Clown a un alias qui parle de lui-même, c’est aussi le cas de The Clown , dont l’antagoniste est paradoxalement baptisé Bozo The Iron Man . Une chose est sûre : on ne risque pas de croiser l’inoffensif Bozo le clown dans les albums DC…

dc-comics-clowns-le-joker

Le Joker – rire du chaos

Ennemi juré de l’Homme chauve-souris, le Joker est loin de se résumer à une carte qu’on abat pour remporter la partie. Pétri de cruauté et résolument enclin au chaos, il cherche à semer la discorde au sein de la population de Gotham et est prêt à tout pour y parvenir. Créé parallèlement au Chevalier noir , dans le Batman #1 du printemps 1940, il est né du trait de crayon du duo Bob Kane / Bill Finger . Super-méchant iconique de l’âge d’or, il ressemble d’avantage à un bouffon qu’à un clown mais se caractérise par un signe qui ne trompe pas : l’humour. Bien entendu, les blagues (explosives) que le Joker lance ne font rire que lui… Personne ne veut croiser son visage bariolé semblant tout droit sorti du cirque de Freaks . Batman s’est pourtant donné pour mission de le combattre quoi qu’il lui en coûte.

dc-comics-clowns-duela-dent

Duela Dent – tel père, telle fille

Le grand public a récemment découvert la veine « romantique » du Joker, à travers sa relation passionnelle avec Harley Quinn ; respectivement campés par Jared Leto et Margot Robbie dans Suicide Squad . Tandis qu’un long métrage centré sur les deux personnages pourrait développer cette idylle, c’est au fruit d’une autre relation qu’on s’intéresse : Duela Dent , la fille qu’il a eue avec Evelyn Dent . Imaginée par Bob Rozakis dans le Batman Family #6 de 1976, elle fait partie d'une génération de personnages pensés comme la relève de modèles cultes mais vieillissants. Quand on fait sa connaissance, Duela s’invente des filiations saugrenues ( Catwoman, Riddler, le Penguin , etc.) pour dissimuler sa véritable origine. On pourrait croire que cette graine de criminelle a hérité sa chevelure verte du Joker, mais précisons qu’elle est naturellement brune et qu’il s’agit d’une teinture. Son sourire de l'ange, lui, porte bien l’empreinte paternelle et glace le sang de ceux à qui elle a le malheur de décocher un rictus.

Pour rappel, Wonder Woman (au top 5 des films de super-héros les plus lucratifs de tous les temps) est toujours à l’affiche !

Attention

 
 
 
Produit ajouté au panier