Warner Bros. Actualités

Westerns : Angie Dickinson, la reine de l’Ouest

Publié

Westerns : Angie Dickinson, la reine de l’Ouest

De ses modestes débuts dans les plaines du Dakota du Sud, à son accession aux hautes sphères hollywoodiennes, Angie Dickinson a toujours défendu sa vocation d’actrice authentique. Cristallisant toutes les qualités que les américaines voyaient en son modèle, au même titre que le charisme qui faisait chavirer les spectateurs masculins, la comédienne est restée chère au cœur du public.

Forte d’une carrière de légende, comptant une belle proportion de Westerns, Angie Dickinson s’est imposée comme la reine du genre en se distinguant, à la fin des années 1960, dans Le Pistolero de la rivière rouge ; une pépite signée Richard Thorpe, que vous pouvez (re)découvrir dès à présent dans le formidable écrin de la Collection Westerns des Trésors Warner. À cette occasion : retour sur les dates-clé qui ont marqué le parcours d’Angie Dickinson.

Née dans la minuscule ville de Kulm, la jeune Angeline Brown – que ses proches surnomment déjà Angie – connaît une enfance épanouie loin de l’agitation des grandes villes, bien qu’elle aspire à un plus grand avenir. À dix ans, c’est avec enthousiasme mais non sans une certaine appréhension qu’elle part vivre en périphérie de Los Angeles, à Burbank. La proximité des studios de cinéma a tôt fait d’éveiller ses rêves de gloire, qu’Angie souhaite déjà se lancer dans une carrière d’actrice. Hésitant toutefois encore à devenir journaliste comme son père, la jeune femme tranche finalement en faveur d’une voie artistique, encouragée par son élection à un concours de reine de beauté qui se révèle décisif.

C’est la télévision qui lui offre une première opportunité, avec un petit rôle dans la série I led 3 lives, en 1954. Désormais, Angie Dickinson a un pied dans cet univers qui la fascine et qu’elle apprivoise en multipliant les projets et les registres. Faisant, parallèlement, une première incursion réussie au cinéma grâce à Mademoiselle Porte-bonheur, elle comprend qu’une carrière prometteuse lui tend les bras et s’oriente vers une filmographie populaire, destinée à toucher un large public.

Au-delà des rôles marquants qu’elle incarnera par la suite, la figure dominante d’Angie Dickinson reste celle de la femme à la fois forte et fragile, qui donne son intensité à l’intrigue. Sous la direction de Richard Thorpe, elle crève l’écran en tenancière de saloon réunissant des trésors de diplomatie pour éviter au Shérif Dan Blaine d’être rattrapé par un passé de gâchette facile dans Le Pistolero de la rivière rouge (1967). Formant un attachant duo avec Glenn Ford, la comédienne explore la veine sentimentale du Western avec le talent et le charme qui ont fait son succès.

Grâce à la Collection Westerns des Trésors Warner, découvrez la panacée des films rares ou méconnus qui constituent l’essence de ce genre fondamental du cinéma américain !

Pour rappel, l’ensemble des films de la collection Westerns est disponible sur le portail officiel Warner.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier