Warner Bros. Actualités

Irene Dunne, la favorite de Cary Grant

Publié

Irene Dunne, la favorite de Cary Grant

Réputée austère, Irene Dunne a mené une carrière exemplaire pour les critiques sans toutefois décrocher l’adhésion du public, comme les Ginger Rogers ou Esther Williams qu’elle a eu l’occasion de côtoyer. Avec son port de tête altier et sa mise en beauté toujours impeccable, elle laisse une image peut-être un peu trop lisse sur la pellicule de l’âge d’or hollywoodien. La comédienne n’en demeure pas moins brillante au casting de Mon épouse favorite (1940) , film dont elle partage l’affiche avec Cary Grant , la seconde de leurs trois collaborations. Un classique à retrouver en DVD, dans la collection Patrimoine – Romances et Comédies romantiques .

Sept ans de réflexion

Trois ans après Cette sacrée vérité (1937) et un an avant La Chanson du passé (1941), Irene Dunne donne la réplique à Cary Grant, un comédien qu’elle affectionne tout particulièrement et qui fait des infidélités à Katharine Hepburn , sa partenaire attitrée. Ensemble, le couple de cinéma transmet une belle alchimie, en portant cette romance aux accents de screwball comedy . L’actrice y campe Ellen Arden , une jeune femme qui revient chez elle après sept ans d’absence… Pour s’apercevoir que son mari s’est remarié avec une autre !

MonEpouseFavorite1

Originaire de Louisville , Irene Dunne a toujours aspiré à un avenir plus exaltant que celui que laissait envisager son Kentucky natal. A l’âge de 14 ans, la jeune Irene perd son père, avec qui elle aimait tant parcourir le Mississippi à bord des fameux bateaux à vapeur emblématiques de la région. Sensibilisée à l’art par sa mère, pianiste et professeure de musique, c’est d’abord vers la chanson qu’elle oriente ses rêves de gloire. Installée dans l’Indiana, la famille Dunne se reconstruit autour des mélodies qui bercent son quotidien. Apprenant le chant, Irene se produit pour la première fois devant un public au sein de la chorale de son église. Elle le sait désormais, c’est une vie d’artiste qui l’attend.

Cinq nominations aux Oscars®

N’ayant pas le niveau suffisant pour intégrer la Metropolitan Opera Company, la jeune femme décide de forcer son destin en se tournant vers le registre de la comédie musicale . Nous sommes au début des années 1920 et, tandis que ses débuts à Broadway paraissent porter leurs fruits, Irene Dunne accepte de mettre sa carrière théâtrale naissante entre parenthèses pour se plier à la volonté de l’homme qu’elle vient d’épouser, Francis Griffin. Elle se reconvertit ensuite au cinéma. Elle goûte aux joies du septième art notamment dans Présentez armes (1930), une comédie musicale sur grand écran cette fois.

Roberta3

Dès lors, l’actrice tournera sans discontinuer. Parmi ses longs métrages les plus emblématiques, on peut citer Ann Vickers de John Cromwell, mais aussi le virevoltant Roberta – où elle volerait presque la vedette au duo Fred Astaire-Ginger Rogers – ainsi qu’Un Nommé Joe , un film de guerre romantique et un brin fantastique, emmené par un Spencer Tracy au sommet. Dès La Ruée vers l'ouest (1931), les Oscars® la remarquent. Nommée à cinq reprises par l’Académie, Irene Dunne est néanmoins toujours repartie bredouille. Un manque de reconnaissance dont la comédienne souffrira, mais qui n’entache pas la formidable légende qu’elle laisse derrière elle.

Pour (re)découvrir Mon épouse favorite , rendez-vous avec la collection Patrimoine – Romances et Comédies romantiques , en cliquant ici.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier