Warner Bros. Actualités

À vos fourneaux avec Charlie et la chocolaterie

Publié

À vos fourneaux avec Charlie et la chocolaterie

Tandis que les dévoreurs de tablettes de chocolat et autres aficionados de la fève de cacao s’impatientent de voir le lapin de Pâques pointer le bout de son nez pour cette fête très appréciée des gourmands, il en est un qui n’a pas eu besoin de Pâques pour voguer sur des torrents de chocolat et manger des sucreries poussant aux arbres… Bien connu des lecteurs de Roald Dahl, Charlie Bucket est l’heureux privilégié qui vit ces savoureuses aventures dans l’adaptation cinématographique que Tim Burton consacre au fameux héros de la littérature enfantine, en 2005, dans un film éponyme Charlie et la chocolaterie. L’occasion de réaliser une recette inspirée de cet univers chocolaté, avec l’incontournable moelleux au chocolat !

Élevé au sein d’une famille pauvre mais très unie, le jeune Charlie (Freddie Highmore) fait tous les efforts du monde pour économiser chaque penny qu’il empoche et réserve sa maigre cagnotte à l’achat de friandises : son péché mignon. Alors que Willy Wonka (Johnny Depp), le propriétaire haut en couleurs de la chocolaterie du même nom, lance un concours pour gagner une vie de friandise, Charlie saute sur l’occasion et se met en quête des précieux billets dorés dissimulés dans cinq tablettes de chocolat. Quelle n’est pas sa surprise quand il découvre que la chance lui a souri ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

Flamboyante relecture du best-seller pour enfants culte de Roal Dahl, Charlie et la chocolaterie a rencontré un franc succès à sa sortie en salles. Avec Tim Burton aux manettes, cette comédie douce-amère offre un parfait mélange d’univers décalé et de répliques mordantes. Si le cinéaste retrouve son acteur fétiche pour la cinquième de leurs huit collaborations, ce dernier retrouve quant à le comédien en herbe avec qui il partageait l’affiche de Neverland l’année précédente. Cité à l’Oscar des Meilleurs costumes, Charlie et la chocolaterie fait preuve d’un onirisme et d’une fraîcheur qui ont conquis des millions de spectateurs et rendu un bel hommage à l’essence de l’œuvre originale.

« Oh, à propos, est-ce que vous saviez, que le chocolat a la propriété de déclencher la libération d’endorphine ? », demande Willy Wonka aux jeunes visiteurs de sa chocolaterie, au détour d’une conversation.

Entouré de nombreuses croyances – scientifiquement prouvées ou non – le chocolat aurait des vertus aphrodisiaques, serait bon pour la mémoire et le moral grâce au magnésium qu’il contient, pourrait mettre son consommateur dans un état second s’il est consommé à trop fortes doses en raison du taux de sucre atteint et renfermerait même la molécule un bonheur. Autant de raisons de devenir 'chocoholic', un concept qui nous vient des États-Unis qui qui désigne, par la contraction de chocolat et alcoolique, une personne qui aime tant le chocolat qu’une forme de dépendance s’instaure.

À contrario, au-delà de ses effets anti-stress et antioxydants, les bienfaits du chocolat sont avant tout gustatifs. Apparu au temps ancestraux des Mayas, le chocolat était initialement consommé sous la forme d’une boisson épicée appelée xocoatl et considéré comme un aliment divin. Désormais bannie des chocolats de grande consommation, l’amertume originelle à laquelle son étymologie fait écho a cédé sa place à une version sucrée en tablette, dont raffolent petits et grands et qui se décline dans une multitude de variantes, agrémentées de noisettes, raisins secs, de zestes d’orange et d’autant de possibilités que l’imagination le permet.

Une créativité qui a beaucoup inspirée le tandem Dahl / Burton et qu’on retrouve dans la pléthore de livres de cuisine dédiés au chocolat. Pour autant, une recette efficace est avant tout une recette simple, alors place à la star des goûters d’anniversaire et au remède ultime contre les coups de blues : le moelleux au chocolat.

Pour cette recette, il vous faut (pour 6 personnes) :

  • 125 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 250 g de sucre
  • 1 tablette de chocolat noir de 200 g
  • 4 œufs
  • 1/2 sachet de levure

1) Commencez par préchauffer votre four à 180°C (thermostat 6). Faites fondre votre chocolat au bain-marie ; c’est-à-dire en plaçant le chocolat – préalablement morcelé en petit carrés – dans un récipient pouvant être chauffé, lui-même placé au-dessus d’une casserole contenant un fond d’eau. Une fois le chocolat fondu, retirez-le du feu et ajoutez le beurre, la farine et la levure. Mélangez la préparation tant qu’elle est chaude de façon à obtenir une pâte la plus homogène qui soit.

2) Dans un second récipient, mélangez les jaunes d’œufs et le sucre jusqu’à obtenir une préparation mousseuse, que vous verserez dans la préparation chocolatée. Battez ensuite les blancs en neige à l’aide d’un fouet ou d’un appareil électrique jusqu’à ce qu’ils soient compacts. Alors seulement vous pourrez les incorporer au reste. Attention : cette opération est la plus délicate et demande de la minutie car il faut veiller à ne pas « casser » les blancs.

3) Enfin, versez la préparation finale dans un moule que vous aurez auparavant beurré pour éviter toute résistance au démoulage. Enfournez à 180°C et laissez cuire une trentaine de minutes en surveillant régulièrement.

C’est prêt !

Astuce. Pour décorer votre moelleux au chocolat, choisissez le saupoudrage au sucre-glace pour la simplicité ou un nappage au chocolat orné de quelques décorations alimentaires pour davantage d’audace et de saveurs. Comme il est dit dans le film : « Tout est possible Charlie ! ».

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier