Warner Bros. Actualités

Strictly Criminal : Johnny Depp dans la mafia

Publié

Strictly Criminal : Johnny Depp dans la mafia

Acteur multifacettes par excellence, Johnny Depp a dévoilé de nombreux visages au cours de sa foisonnante filmographie ; le plus souvent grâce à la complicité de Tim Burton – son réalisateur fétiche – qui l’a dirigé à 8 reprises. Tour à tour, homme-ciseaux (Edward aux mains d’argent), cinéaste incompris (Ed Wood), propriétaire d’usine à rêves (Charlie et la chocolaterie), chapelier fou (Alice au pays des merveilles) et vampire babacool (Dark Shadows), il a cristallisé toute l’imagination de Burton à travers des rôles hauts en couleurs. Avec Black Mass (7 octobre) c’est un changement total de registre qui attend le comédien, puisque cette adaptation du livre éponyme de Dick Lehr se profile comme un thriller mafieux sur fond de relations troubles avec le FBI. Un polar ancré dans le réel et porté par un Johnny Depp qui a déjà flirté avec ce genre avec Donnie Brasco (1997), en campant un flic sous couverture qui infiltre la mafia, et avec Public Enemies (2009), où il prêtait ses traits au célèbre braqueur John Dillinger. Prévu pour le mois d’octobre sur nos écrans, Black Mass impressionne déjà avec son casting cinq étoiles. À six mois de sa sortie, le point sur les premiers noms confirmés.

Boston, dans les années 1970. Avec l’agent du FBI John Connolly (Joel Edgerton) l’adage « l'ennemi de mon ennemi est mon ami » prend tout son sens. Approchant le parrain irlandais Whitey Bulger (Johnny Depp) pour lui proposer une alliance contre-nature, il va tenter de le convaincre de faire front commun face à leur ennemi suprême : la mafia italienne. Espérant coincer les Italiens en usant de la rivalité qui oppose leur clan à celui des Irlandais, Connolly joue avec le feu… Pacte avec le Diable ou vraie solution contre le crime organisé ? C’est la question à laquelle répondra Black Mass, en déroulant le fil d’une intrigue sous haute tension, aussi prégnante qu’authentique.

Si le titre complet de l’ouvrage de Lehr rappelle l’angle de cette intrigue – Messe noire : l'histoire vraie d'une alliance contre-nature entre le FBI et la mafia irlandaise – le nom du réalisateur en charge de la mise en scène apporte un éclairage supplémentaire. Encore peu connu du grand public, Scott Cooper est déjà dans les petits papiers de la critique, comme on lui doit l’émouvant Crazy Heart (2009) et le drame intimiste Les Brasiers de la Colère (2013). Une carte de visite qui présage d’un nouveau film choc pour ce jeune réalisateur à suivre de près. Fort de sa belle entame de parcours derrière la caméra, Cooper est parvenu à réunir une belle brochette d’acteurs.

Aux côtés de Johnny Depp (Pirates des Caraïbes) et Joel Edgerton (Gatsby le Magnifique), on retrouvera ainsi Benedict Cumberbatch (saga du Hobbit), Jesse Plemons (Friday Night Lights), Dakota Johnson (Cinquante nuances de Grey), Rory Cochrane (Argo), Julianne Nicholson (Un été à Osage County) et Adam Scott (Parks and Recreation). Autres noms à figurer au générique, David Harbour (End of Watch), Jeremy Strong (Zero Dark Thirty), Brad Carter (True Detective), W. Earl Brown (Draft Day) et Corey Stoll (Jason Bourne : l’héritage) complètent l’affiche avec panache.

Côté coulisses enfin, l’équipe réunie autour de Scott Cooper possède également de beaux atouts. On note la présence de Brian Oliver, Tyler Thompson, John Lesher, Patrick McCormick à la production, tandis que le scénario est coécrit par Dick Lehr – l’auteur de l’œuvre originale – et Gerard O’Neill. Ayant déjà collaboré avec Copper sur son précédent projet, Masanobu Takayanagi reprend la direction de la photographie, tout comme David Rosenbloom le montage. Stefania Cella (La Grande Bellezza) rejoint quant à elle l’équipe à la création des décors.

Pour découvrir Black Mass, rendez-vous en salles le 7 octobre. À vos agendas !

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier