Warner Bros. Actualités

Westworld : Chronique d’un succès

Publié

Westworld : Chronique d’un succès

Lancée au début du mois sur HBO , Westworld s’est offert un carton d’audience avec le pilote 'The Original' , en réunissant 3.3 millions de téléspectateurs devant le poste et les plateformes connectées. Un démarrage record (le meilleur depuis 3 ans) pour l’ouverture du parc d’attractions robotisé, qui confirme ce succès avec l’épisode 2 'Chestnut' . Co-signée par Jonathan Nolan et Lisa Joy , avec J.J. Abrams à la production, cette série remet au goût du jour le Mondwest de Michael Crichton, classique SF jusqu’alors essentiellement connu des initiés. Elle fait la part belle à un genre fascinant : le western futuriste. Décryptage d’un phénomène télévisuel, à suivre sur OCS City en US +24 en France.

L’héritière de Game of Thrones ?

Noirceur de ton, mondes fantastiques, décors léchés, casting de haut rang et violence assumée : Westworld ne fait pas dans la demi-mesure et ça fonctionne. Il n’en fallait pas moins pour que la presse ne l'inscrive dans la lignée de Game of Thrones , faisant d’elle l’héritière potentielle au trône de la chaîne câblée, tandis que le show de Weiss et Benioff prépare son final. De Westeros à Westworld il n’y aurait donc qu’un pas. Pour autant, les univers de ces deux fictions fantastiques ne sont pas les mêmes. Là où la série médiévale inspirée de la saga littéraire de George R. R. Martin faisait un bond dans le passé, c’est un avenir désenchanté qui sert de cadre à la dernière-née du créateur de Person of Interest . Particulièrement à l’aise pour imaginer des intrigues visionnaires, Nolan possède l’écriture d’un scénariste de cinéma et l’expérience d’un showrunner de télévision.

« Une adaptation somptueusement produite, profondément passionnante et effroyablement provocante » (TV Guide)

Westworld3

Westworld ne déçoit pas l’immense attente qu’avait générée l’officialisation du projet. La presse US est unanime : cette nouvelle superproduction HBO en 10 épisodes frappe fort. Jouant la carte de l’intelligence artificielle , l’histoire questionne notre rapport aux machines et, à travers lui, la part d’humanité qui nous anime. « Le season premiere de Westworld a établi les règles du jeu, les machinations des concepteurs et l’arc des hôtes. L’épisode 2 invite à adopter la perspective des clients », révèle Mashable . Comparant la série à « un très bon jeu vidéo » le site salue sa dimension immersive et rappelle que son anti-manichéisme est sa force. Même son de cloche du côté de TV Line :

« Vous devriez vous laisser emporter par la mythologie de la série, un puzzle impossible à résoudre (...). Entre les mains agiles des créateurs, le désastre qui est sur le point d'arriver est certain d'être magnifique à regarder »

Casting de rêve pour intrigue cauchemardesque

Dans la société déshumanisée mise en scène, où se situe le curseur de la morale ? Une interrogation à laquelle chacun des personnages apporte sa réponse. « Westworld donne à réfléchir, et vous plonge complètement et si intensément dans sa réalité manufacturée que vous n'êtes jamais distrait par les questions compliquées qui se posent », souligne The Wrap . Au casting, Westworld est portée par James Marsden, Evan Rachel Wood , Thandie Newton, Jeffrey Wright, Rodrigo Santoro, Ed Harris et l'oscarisé Anthony Hopkins dans le rôle du Dr. Robert Ford. Une pléthore de grands noms qui se bousculent au générique et qui expliquent l’accueil triomphal réservé par la critique et le grand public. « L'action est toujours bien mise en scène (...) et les performances des acteurs sont excellentes », précise Hitfix .

Westworld4

Tandis qu’une saison 2 se murmure déjà outre-Atlantique, les premiers épisodes galvanisent la presse : « Westword est incroyable visuellement; ses réalisateurs ont su admirablement tirer profit des décors de l'Ouest », observe Variety , tandis que pour Elle il s’agit de « la série qui va [nous] envoûter ». « Intrigante dans le fond et dans la forme » pour L’Obs , elle signe « un début prometteur » pour Le Journal de Montréal , et est « clairement sur une très bonne voie », selon Brain Damaged . « La série (…) est conçue avec amour, mariant à merveille son esthétique western aux éléments de science-fiction très froids », analyse pour sa part Collider . Le mot de la fin revient à Newsday , qui applaudit « des tas de grandes idées, des tas de références littéraires et cinématographiques très larges, et des tas de scènes de violence », résumant :

« Oui, Westworld est beaucoup de choses, mais elle est avant tout une réussite »

Westworld, tous les dimanches sur HBO et en US +24 sur OCS City !

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier