Warner Bros. Actualités

Décollage au sommet pour Sully

Publié

Décollage au sommet pour Sully

« Si Sully est d'abord un excellent film d'action, il propose aussi une réflexion qui fait écho à celle de Mémoires de nos pères », peut-on lire dans la critique 5 étoiles de Positif . Aucun doute, la première collaboration de Clint Eastwood avec Tom Hanks fait des étincelles. N°1 du box-office américain à sa sortie outre-Atlantique, ce long métrage inspiré d’une histoire vraie conquiert à présent le public hexagonal en s’emparant de la deuxième marche du podium des sorties de la semaine avec 2.564 billets vendus à Paris à 14h.

Un héros pas si ordinaire

Ici, on connaît mal Chesley "Sully" Sullenberger , mais aux États-Unis le pilote d’US Airways est un véritable héros. Un statut qu’il doit à l’acte de bravoure qu’il a réalisé aux manettes de son Airbus A320 en janvier 2009, quand l’appareil se trouve subitement privé de ses deux réacteurs. Sully et son copilote Jeff Skiles (Aaron Eckhart) n’ont alors que 208 secondes pour réfléchir à une manière de sauver les 155 passagers à bord. Quelques minutes déterminantes, durant lesquelles le commandant comprend qu’il n’a d’autre choix que de transformer son atterrissage d’urgence en amerrissage sur l’Hudson

Sully17

« Méconnaissable, Tom Hanks fait preuve d’une remarquable sobriété pour montrer le désarroi d’un professionnel qui n’a désobéi aux ordres que pour sauver ses passagers, et va se battre pour défendre sa réputation » (Le Journal du Dimanche)

Cet événement aussi spectaculaire qu’inédit, Sully en a fait un livre : Highest Duty , coécrit avec l’éditorialiste du Wall Street Journal Jeffrey Zaslow. Une manière pour lui de revenir sur le déroulé des faits et de conjurer le procès qui a été mené à son encontre dans la foulée de l’amerrissage. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître, l’auteur du « miracle de l’Hudson », comme l’ont appelé les médias, a été accusé de négligence. Le revers d’une médaille que Clint Eastwood détaille dans Sully . Rompu à l’exercice du biopic de héros aux pieds d’argile, le cinéaste donne une nouvelle leçon de cinéma, du haut de ses 86 ans et de ses 4 Oscars.

« Maîtrise olympienne »

« Le film décolle, accomplit son trajet, atterrit sans encombre. On a peur. On enrage. On soupire de soulagement. Soudain, nous sommes tous des pilotes d'US Airways . Quel plaisir, de passer par toute la gamme des émotions », s’enthousiasme Le Figaro , soulignant : « C'est de la belle ouvrage, du garanti sur facture. La chose mérite d'être saluée ». En confiant le rôle-titre à Tom Hanks – l’un de ses premiers choix – le réalisateur de Gran Torino réalise le rêve de millions de cinéphiles : voir les noms de ces deux mastodontes du cinéma américain sur un même générique.

Sully18

Si, pour le spectateur, voir Hanks en héros ordinaire de ce drame eastwoodien sonne comme une évidence, c’était aussi le cas pour le comédien, convaincu par le scénario de Todd Komarnicki après en avoir seulement lu 5 pages. Côté coulisses, le chef opérateur Tom Stern a également volontiers accepté de signer la direction de la photo de ce nouveau projet, son 13e pour Clint Eastwood. Dans la presse, la mise en scène du vieux briscard d’Hollywood fait recette : « C'est une histoire qui se joue en moins de quatre minutes. Et Clint Eastwood en fait un film captivant d'une heure trente, sans donner le sentiment d'un quelconque remplissage », explique Télérama , tandis que Femme Actuelle précise : « Multipliant les points de vue, Clint Eastwood confronte le pilote à ses doutes et célèbre son héroïsme, celui d'un type ordinaire confronté à un événement extraordinaire. Une reconstitution haletante ».

« Un drame assourdi et sec, où l’orage gronde sous la surface d’une mise en scène à la maîtrise olympienne » (Les Cahiers du Cinéma)

Sully , actuellement à l’affiche et en IMAX dans les salles équipées !

Attention