Warner Bros. Actualités

Strictly Criminal : Whitey Bulger, parrain de la culture US

Publié

Strictly Criminal : Whitey Bulger, parrain de la culture US

Sélectionné dans les plus grands festivals internationaux – Mostra, TIFF, BFI London – Strictly Criminal (25 novembre) attise la curiosité. Retraçant le parcours hors du commun de l’un des criminels les plus recherchés des États-Unis, ce film est l’occasion pour Scott Cooper , le réalisateur des Brasiers de la Colère, de porter un regard inédit sur une figure incontournable du grand banditisme : Whitey Bulger, incarné par Johnny Depp à l’écran. Un caïd au regard d’acier qui, après avoir dirigé la pègre bostonienne d’une main de fer pendant 10 ans, est parvenu à passer entre les mailles de la justice, grâce à sa collaboration secrète avec le FBI et à son ami d’enfance, l’agent Connolly ( Joel Edgerton , lauréat de l’HFA du Meilleur second rôle masculin). Un scénario qui semble si improbable qu’Hollywood n’aurait pas pu l’inventer, mais qui est pourtant bien réel, comme le véritable Whitey Bulger purge actuellement sa peine au pénitencier de Sumterville (Floride). Aussi glaçant que fascinant, ce parrain irlandais a inspiré nombre d’œuvres de fiction et continue de nourrir l’imaginaire collectif, bien qu’il reste peu connu du public international. Avant de découvrir son surprenant destin dans Strictly Criminal, focus sur les multiples influences du caïd de la culture populaire.

Winter Hill Gang et mafia irlandaise

Impossible de penser « parrain irlandais » sans que ne se profile l’image de Nucky Thompson, emblématique gangster en col blanc de la série HBO Boardwalk Empire . Dès 1910, il s’est imposé comme le fer de lance du crime organisé sur le sol américain, en développant une entreprise criminelle axée sur le trafic d’alcool – profitant des restrictions liées à la Prohibition – tout en jetant son dévolu sur la politique, organe de pouvoir par excellence. Davantage adepte des braquages, meurtres et autres larcins autrement plus violents, Whitey Bulger marche dans ses pas en devenant le chef du Winter Hill Gang au milieu des années 1970 et fait de Southie (South Boston) son fief. Deux parrains qui rappellent, chacun à leur manière, que la pègre irlandaise n’a rien à envier à l’archétypale mafia italienne dont Hollywood raffole ; à l’instar des Affranchis (1990) de Scorsese , également producteur de Boardwalk Empire.

StrictlyCriminal5

Popularisé par l’ère du film noir, le crime organisé fascine. En 1931, tandis que la mafia italo-américaine achève sa période de rodage sur l’arrestation d’Al Capone , mythique parrain de Chicago ironiquement tombé pour fraude fiscale, James Cagney incarne, lui aussi, l’ennemi public N°1 dans le film éponyme de William A. Wellman. Loi des studios oblige, la fin ne peut se conclure que d’une seule manière : la chute du caïd , seul, dans la déchéance la plus totale. Le leitmotiv éternel de l’ascension et de la descente aux enfers des gangsters a souvent été porté à l’écran, comme c’est le cas avec Strictly Criminal, dont le scénario est tiré du livre de Dick Lehr et Gerard O'Neill , Black Mass : Whitey Bulger, the FBI, and a Devil's Deal .

Le règne de Whitey Bulger

Avec un parcours qui concentre les thèmes de prédilection du Septième Art – drame, suspense, action et retournements de situation – rien d’étonnant à ce que la vie de Bulger ait souvent inspiré le cinéma . En plus d’avoir régné sur son clan du temps où il était le parrain de Boston, Whitey Bulger règne ainsi, à son échelle, sur la fiction mafieuse. Exit Camorra,'Ndrangheta et autres Cosa Nostra, la mafia irlandaise offre un cadre prégnant et sans concession qui sied aux habitués du genre, à l’instar de Martin Scorsese – encore lui – qui s’est fortement imprégné du modèle de Bulger pour imaginer le personnage qu’incarne Jack Nicholson dans Les Infiltrés (2006) , avec la complicité de William Monahan aux manettes du scénario. Plusieurs ressemblances sautent aux yeux : Boston, le tempérament à la fois tranchant et charismatique de Frank Costello (Nicholson) et, surtout, sa collaboration secrète avec le FBI. Tous les ingrédients sont réunis dans ce film aux 4 Oscars – dont Meilleur film et Meilleur réalisateur – lui-même inspiré d’Internal Affairs, thriller hongkongais que Scorsese a retranscrit à travers le prisme de la personnalité de Whitey Bulger.

StrictlyCriminal12

Si la rumeur veut que Ben Affleck et Matt Damon se soient intéressés à un projet de transposition cinématographique de la carrière mafieuse de Bulger, Strictly Criminal est le premier long métrage à être entièrement centré sur le mythique parrain. Avant cela un documentaire, uniquement diffusé sur le territoire américain, avait révélé une partie du mystère de son incroyable épopée criminelle et de ses années de cavale, Whitey : United States of America v. James J. Bulger (2014). Le petit écran, non plus, n’est pas en reste. Mentionné dans New York - Police judiciaire et dans un épisode d’Homeland, Whitey Bulger est librement représenté sous les traits du père biologique de Maura dans Rizzoli & Isles : autopsie d'un meurtre . Un personnage ambivalent, qui apporte une belle intensité à l’intrigue principale de la série, tout en ancrant le récit dans une dimension plus authentique.

Enfin, en marge de la carrière solo de Bulger, c’est aussi sa relation antagoniste avec son frère qui captive. En totale opposition avec lui, Bill Bulger , son cadet, a choisi de rester du bon côté de la barrière en devenant sénateur du Massachussetts. Des frères ennemis qui ont inspiré la trame narrative de Brotherhood , sur Showtime. Dans Strictly Criminal c’est Benedict Cumberbatch qui incarne le frère exemplaire, donnant la réplique à un Johnny Depp qui prouve – s’il en était encore besoin – qu’il est un véritable acteur-caméléon. Un face-à-face à découvrir sur grand écran le 25 novembre !

D’ici-là, découvrez l’homme derrière le mythe

[embed][800][//www.thinglink.com/card/717419718289391616]

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier