Warner Bros. Actualités

Space Jam : Connaissez-vous vraiment vos classiques ?

Publié

Space Jam : Connaissez-vous vraiment vos classiques ?

Actuellement en préparation, Space Jam 2 mettra prochainement en scène le double champion olympique LeBron James , qui dribblera aux côtés des Looney Tunes , jamais à court d’idées. L’occasion de revenir sur les coulisses du tournage du premier volet, sorti dans nos salles en 1997. À l’époque, c’est le meilleur basketteur de tous les temps, l’américain Michael Jordan , alias Air Jordan, qui passait le ballon à Bugs Bunny, Daffy Duck et toute la clique des personnages historiques de l’écurie Warner, dans un stade envahit de martiens mutants. À l’instar de Qui veut la peau de Roger Rabbit ? , Space Jam faisait interagir le monde réel et l’animation, proposant ainsi une comédie inventive et une technique visuelle de haut-vol.

Des terrains de basket aux studios de cinéma

L’idée originale de Space Jam n’est pas tombée du ciel. Sorti dans les salles obscures en 1997, le concept du film a jailli bien plus tôt, au début des années 1990, lorsque les studios Warner Bros. tombent sur la publicité du Super Bowl pour la Air Jordan VII qui a été réalisé par Joe Pytka . Dans cette publicité datant de 1992, Michael Jordan joue au basketball avec Bugs Bunny , face à Marvin le martien et des dindes survoltées. Le fait d’inclure des personnages de cartoon dans des décors réels existaient déjà auparavant, le triple Oscarisé Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (1988), réalisé par Robert Zemeckis, en est le parfait exemple. Mais l’idée d’y mettre en scène une star bankable connue dans le monde entier , n’avait encore jamais été exploitée. Évoluant à l’époque sous le maillot des Bulls de Chicago, Michael Jordan, accepte l’offre de la Warner de jouer, pour la première fois, son propre rôle au cinéma.

Un match gagnant

BunnySpaceJam

Pour qu’il ne manque de rien, Warner Bros, qui disposait alors d’un budget de 80 millions de dollars, lui construit à l’époque son propre terrain de basket, le "Jordan Dome" , afin que le joueur puisse continuer à s’entraîner en parallèle du tournage. Truffé de références à la carrière de Michael Jordan (de son short de North Carolina à son saut de l’ange en passant par le maillot numéro 23), Space Jam devient à sa sortie le plus gros succès de tous les temps pour un film de basket-ball et explose littéralement le box-office mondial, engrangeant plus de 230 millions de dollars de recettes. Le succès est tel que la chanson du film, I Believe I Can Fly , interprété par R. Kelly, écrite spécialement pour la bande originale de Space Jam, remporte trois Grammy Awards. Au cinéma, Joe Dante (Gremlins) réalise six ans plus tard Les Looney Tunes passent à l’action (2003), une deuxième aventure en live action des Looney Tunes.

« Les Looney Tunes, avec leur tradition irrévérencieuse remontant aux années 1940, ont toujours été des personnages de dessins animés créés pour les adultes. Bien sûr les enfants adorent, mais leur humour a toujours été plus sauvage et plus branché que tout ce qui se fait dans ce domaine, donc les adultes réagissent face à eux sur un tout autre niveau. Je voulais retrouver cette tradition avec une histoire faite pour le public d'aujourd'hui. » (Ivan Reitman, l’un des producteurs du film)

De vrais acteurs s’invitent dans le monde des cartoons

MurrayJordan

Si Michael Jordan s’affiche comme la vedette du film, une brochette de caméos vient lui tenir compagnie, à commencer par les joueurs de NBA Larry Bird, Patrick Ewing, Charles Barkely, Muggsy Bogues, Larry Johnson et Shawn Bradley. Comment oublier ensuite Bill Murray , tourné en dérision dans le film. Il y incarne en effet un partenaire de golf de Michael Jordan qui aimerait percer en NBA. N’ayant ni le physique ni le talent pour intégrer la ligue de basket-ball, il finit par avoir sa minute de gloire lors du match final opposant Les Toons et Jordan aux Monstars . Ce rôle fait directement référence à une série de publicités du début des années 1990, dans laquelle Murray tentait en vain de devenir un joueur de basket-ball. Toujours au rayon caméos, les acteurs Patricia Heaton (Tout le monde aime Raymond) et Dan Castellaneta , la voix d’Homer dans Les Simpsons, font une petite apparition lorsque les Monstars s’emparent du talent des joueurs de la NBA. Enfin, Danny DeVito , que l’on connaît davantage comme acteur, a doublé la voix du sadique Swackhammer, le chef des martiens qui commande à ses serviteurs de kidnapper les Looney Tunes pour les ramener au parc d’attractions de Moron Mountain. That’s all folks.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier