Warner Bros. Actualités

Matrix et Cloud Atlas : Les chefs-d'oeuvre des Wachowski en Blu-ray

Publié

Matrix et Cloud Atlas : Les chefs-d'oeuvre des Wachowski en Blu-ray

Il y a seize ans les Wachowski révolutionnaient le monde des effets spéciaux en sortant Matrix , premier né d’une trilogie devenue culte pour les fans de science-fiction. Poussant encore plus loin la réflexion sur la relation entre les hommes et les machines, il sera suivi de deux autres volets ( Matrix Reloaded et Matrix Revolutions ), tout aussi inventifs sur le plan visuel et scénaristique. La trilogie Matrix ne sera pas le seul coup de maître des Wachowski Starship - comme la fratrie aime à se faire appeler – puisqu’ils réaliseront le patchwork Cloud Atlas , dix ans après la sortie du troisième volet. Retour sur les plus grands succès des Wachowski à l’occasion de la sortie vidéo de Jupiter : Le destin de l’univers.

Une technique fantastique

TrinityNeo

Pour tout aficionado de science-fiction qui se respecte, la trilogie Matrix est une référence en la matière. Pour ceux et celles qui n’auraient pas encore exploré l’univers du hacker informatique Néo (Keanu Reeves), l’élu choisi par Trinity (Carrie-Anne Moss) et Morpheus (Laurence Fishburne) pour libérer les humains des machines, petite séance de rattrapage. Œuvre riche et complexe, Matrix regorge de scènes marquantes. D’entrée de jeu, la scène d’ouverture du premier volet donne le ton pour la suite. Trinity, alors recherchée par les agents de la Matrice, tente de s’échapper et réalise un saut resté dans les annales du cinéma. Figée dans les airs, la caméra des Wachowski fait le tour de l’action de la jeune femme, défiant toute notion de vitesse et de temps. Ce n’est pas pour rien si le film a reçu quatre Oscars pour sa technique en 2000 (Oscar des meilleurs effets visuels, Oscar du meilleur montage, Oscar du meilleur montage de son et Oscar du meilleur mixage de son).

Clins d’œil et hommages

Matrix

Si l’on y regarde de plus près, la trilogie est truffée de références, en premier lieu au dessin-animé Alice au pays des merveilles. En effet, pour Thomas Anderson alias Néo à la nuit tombée, tout va débuter lorsqu’il va recevoir un message sur son ordinateur comportant le message suivant : « Suit le lapin blanc ». Comme Alice, en suivant ce lapin, Néo va entrer dans un nouveau monde, le pays de la Matrice. Un hommage est également rendu au réalisateur chinois John Woo (Une balle dans la tête, A toute épreuve, Volte-face) via le « bullet time » , autrement dit l’utilisation massive des ralentis pendant les scènes d’action. Le style graphique de la trilogie emprunte également au manga-live, notamment Matrix Revolutions (2003), et aux chorégraphies de films d’arts martiaux du cinéma asiatique à la sauce Yuen Woo-Ping. Les combats rythment frénétiquement et sans relâche l’ensemble de la trilogie et on ne compte plus les balles perdues au cours de ces derniers, notamment lors de la scène d’anthologie du premier volet, lorsqu’un agent de la Matrice tire sur Néo, qui pour la première fois parvient à esquiver les projectiles.

L’autoroute du succès

MatrixRevolutions

Ses tentatives d’esquive comme son don de lévitation sont des supers-pouvoirs issus de programmes informatiques. Une fois téléchargés, ces derniers lui donnent accès à toutes sortes de techniques pour se battre. Techniques bien utiles dans des scènes comme celle de l’autoroute de Matrix Reloaded (2003). Endroit jugé le plus dangereux car les agents peuvent y prendre le rôle de n’importe qui, l’autoroute accueille une lutte armée dans une voiture criblée de balles et voit même apparaître deux fantômes. Pour la petite anecdote, à l’époque les Wachowski n’ont pas filmé une autoroute déjà existante mais ont construit une boucle entière dans les studios Warner. Cumulant à eux trois plus de 13 millions d’entrées en France (4 737 941 pour le premier, 5 627 127 pour le second, 3 370 936 pour le dernier), les films de la trilogie Matrix ont tout aussi bien été accueillis outre-Atlantique, intégrant même les archives nationales du cinéma américain en 2012.

Cloud Atlas : six histoires en une

CloudAtlas

Après leur trilogie à succès, Andy et Lana Wachowski , accompagné de l’Allemand Tom Tykwer, ont entrepris un vaste film-fleuve complexe et exigeant. Adapté du best-seller éponyme publié par David Mitchell, Cloud Atlas (2013) joue avec le temps, situant ses six récits sur cinq siècles, entre le 19ème et le 24ème. Porté par un casting quatre étoiles (Tom Hanks, Halle Berry, Jim Broadbent, Hugh Grant ou encore Hugo Weaving (l’Agent Smith de Matrix), le film, expérimental dans sa forme comme dans son fond, s’est distingué par ses prouesses techniques et notamment sa maîtrise du maquillage. Tantôt rajeunis, tantôt vieillis, les acteurs travestis ont passé de nombreuses heures à se faire pomponner. Le résultat est bluffant, tout comme l’intrigue, métaphysique, qui entend que chaque âme n’est pas ni tout à fait bonne ni tout à fait mauvaise, et que les actes des hommes dans le présent ont une incidence dans le futur.

A l’occasion de la sortie en dvd de leur dernier film, le space-opéra Jupiter : Le destin de l’Univers , retrouvez les plus grands succès des Wachowski en Blu-ray steelbooks inédits au prix de 14,99€ en cliquant ici.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier