Warner Bros. Actualités

King Kong : Ce que vous ne saviez pas sur le chef d'œuvre original

Publié

King Kong : Ce que vous ne saviez pas sur le chef d'œuvre original

Roi des Singes dans la culture populaire, King Kong n’a jamais fléchi depuis sa première apparition, en noir et blanc, dans le film éponyme d' Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper . Réalisée à quatre mains et avec des moyens artisanaux qui font tout son charme, cette version initiale s’empare des salles obscures le 7 mars 1933 , en faisant trembler les Newyorkais avec sa célèbre séquence au sommet de l’Empire State Building. Un tandem, qui s’apparente davantage à des illusionnistes qu’à des cinéastes, au vu des méthodes employées pour donner vie au gigantesque Gorille, et qui rappelle qu’une quarantaine d’années après Méliès, le père des trucages cinématographiques reste un modèle d’inspiration. Dans Un Homme de têtes (1898), déjà, le prestidigitateur devenu réalisateur multipliait les jeux de perceptions. Une technique que Schoedsack et Cooper mettent à profit de leur créature, à l’aide de maquettes et de beaucoup d’ingéniosité. Plus de 80 ans après sa sortie au cinéma, le premier King Kong fascine toujours autant. Mais connaissez-vous vraiment vos classiques ?

La naissance d’un mythe

États-Unis, 1933. Alors que l’ère du parlant est encore à ses balbutiements et que le Technicolor est en passe d’être popularisé par les Masques de cire de Michael Curtiz – une dizaine d’années avant qu’il ne décroche l’Oscar pour Casablanca – le cinéma est à un tournant de son histoire. Initiée deux ans plus tôt par Frankenstein et son savant mélange de peur ressentie et de peur qu’on devine par le hors-champ, la mode du film de monstre gagne du terrain en ce début d’années 1930 ; marquées par la crise économique de 1929 et la famine qui s’en est suivie. Cristallisant les peurs d’une nation en reconstruction, le film de monstres fait aussi la part belle à l’exotisme , à l’instar de Godzilla , deux décennies plus tard. Pour autant, c’est le décor urbain de villes que le spectateur peut reconnaitre qui le terrifie le plus.

KingKong3

Dans les pas de James Whale, Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper vont ainsi mettre en images une situation fantastique de la façon la plus réaliste qui soit. De tous temps, le cinéma a cherché à brouiller les pistes entre rêve et réalité, en usant d’artifices plus ou moins visibles à l’écran. Dans le cas de King Kong , le procédé est celui de la stop-motion , aussi appelé animation en volume. Une technique qui consiste à créer du mouvement en faisant se succéder une série d’image fixes, où une figurine à échelle miniature est animée manuellement image par image. Procédé auquel le cinéma d’animation, au sens propre du terme, est rompu et qui a permis à King Kong de prendre vie devant la caméra du duo. Pour les besoins du film et en raison des changements de décor que suppose l’histoire, trois figurines ont été utilisées : une de 6 mètres, une de 7 mètres et une de 20 mètres pour le final en apothéose de la skyline newyorkaise. Au total, si on tient compte de la surimpression et de la composition des plans, les effets spéciaux occupent plus de la moitié du long métrage.

Le Roi et son royaume

Couronné par le succès de sa première version cinématographique, King Kong était au début d’une aventure qui allait s’étendre du grand écran aux comics, en passant par les romans, les dessins animés, les jeux vidéo et même les parcs à thème. Un règne qui n’est pas prêt de s’achever et qui a pris sa source dans l’imagination de Merian C. Cooper et d' Edgar Wallace . Scénariste de 215 films – de son vivant puis à titre posthume – ce dernier meurt en février 1932, un an presque jour pour jour avant la sortie de King Kong . Un oublié d’Hollywood qui ne verra jamais le gorille né de son imagination sauter de building en building, avec l’envoûtante Fay Wray ( Ann Darrow ) dans sa main. Également romancier, Wallace fait la connaissance de Rudyard Kipling au début de sa carrière de journaliste au Daily Mail . Une rencontre déterminante, comme King Kong possède de nombreuses ressemblances avec Le Livre de la jungle ; qu’Andy Serkis s’apprête à revisiter pour l’horizon 2017. Si Le Monde perdu d' Arthur Conan Doyle – qu’Edgar Wallace avait aussi rencontré – a inspiré l’idée originale, le sciprt co-signé par James Ashmore Creelman et Ruth Rose est un scénario original.

KingKong4

Canonisé dans le discordianisme, une religion dérivée de la théorie du Chaos, King Kong n’est ni bon ni mauvais. Doué d’émotions qu’il est rare de percevoir chez une créature de son acabit, il a su toucher le public en plein cœur dès 1933. Géant aux pieds d’argile, King Kong fascine. Ayant façonné son mythe en s’investissant corps et âme dans la conception du film, Cooper et Schoedsack sont allés jusqu’à faire un caméo en revêtant l’uniforme des deux pilotes qu’on aperçoit brièvement. Autre anecdote, le film a failli s’appeler ' La Bête de la Jungle ' mais cette idée a été abandonnée au profit d’un nom que Cooper a pioché dans une montagne de Côte d’Ivoire. Si les réalisateurs n’ont pas vécu assez longtemps pour voir leur bijou fantastique figurer au National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès , nul doute que leur monstre est intemporel. Près d’un siècle après avoir conquis le public, le personnage originel a échappé à ses créateurs, mais perpétue sa légende. Récemment à l’honneur du Festival Lumière de Lyon et avec pas moins de trois films en préparation d’ici 2020 , le Roi des Singes n’est pas près de céder son trône, bien que l’affrontement avec Godzilla – surnommé le Roi des Monstres – s’annonce spectaculaire !

D'ici-là, retrouvez le premier King Kong dans un coffret Blu-ray inédit, en version restaurée et remasterisée, disponible dès à présent dans les bacs ou en ligne en cliquant ici.

KingKong2

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier