TOUT WARNER BROS.

Le Rat-Pack de Sinatra vs. les papys braqueurs de Going in Style

La tradition des gentlemen escrocs ne date pas d’hier. En 1960, cinq ans après les « tueurs de dames » de Mackendrick, L’Inconnu de Las Vegas de Lewis Milestone prouve que les bandes crapuleuses ont de beaux jours au cinéma. Campant l’inconnu du titre, Frank Sinatra et son légendaire charisme donneraient presque envie de basculer du mauvais côté de la justice. Un pas que les braqueurs de Going in Style ont sauté en 1979 dans le film original de Martin Brest et qui le franchiront à nouveau dans le remake de Zach Braff sur les écrans le 3 mai . L’occasion de confronter ces deux gangs de braqueurs qui tiennent le cœur des cinéphiles en otage.

Le Rat-Pack de L’Inconnu de Las Vegas (1960)

Membres : Emmené par Frank Sinatra, les crooners des sixties Dean Martin, Sammy Davis Jr., Joey Bishop et Peter Lawford forment le Rat-Pack, « le club des rats ». Avec sa réputation de séducteur aux accointances avec la mafia, Sinatra pose sa patte sur la joyeuse bande, bâtie sur les cendres de la précédente, dont Judy Garland et Lauren Bacall faisaient partie en 1950. Dix ans plus tard, Sinatra rebat les cartes et s’entoure des vedettes masculines de l’époque. Ce second Rat-Pack est celui qui marquera les esprits, popularisé par les films de Milestone, Minnelli et Sturges , et que Sinatra tentera de faire renaître dans un dernier sursaut avec une troisième mouture à la fin des années 1980.

LInconnuDeLasVegas1

Plan d’action : Dans le Las Vegas des années 1960 , une escouade de onze acolytes monte le braquage du siècle. Leur point commun ? Ce sont tous des vétérans de la Seconde Guerre mondiale qui ne craignent pas d’aller jusqu’au bout. Danny a une motivation supplémentaire car il veut reconquérir sa femme ( Angie Dickinson ). En une nuit, ils vont dérober le colossal butin qui dort dans les coffres des cinq plus grands casinos de la ville (le Sahara, le Sands, le Desert Inn, le Riviera et l'Hotel Flamingo). La Cité du Vice n’aura jamais aussi bien porté son nom. Mais si le mode opératoire s’annonce efficace, on n’est jamais à l’abri d’un imprévu, comme Danny Ocean et ses hommes vont s’en apercevoir.

L’envers du braquage : Adepte des films de groupe, Lewis Milestone joue sur la dynamique du nombre comme moteur de l’intrigue. Shirley MacLaine , mascotte du Rat-Pack, fait l’amitié d’un caméo à ses amis en campant une cliente un peu trop alcoolisée, au même titre que le co-fondateur de l’Hotel Flamingo, George Raft , qui apparaît dans un petit rôle clin d’œil aux prémices de la légende des casinos.

Oceans112

Successeurs : L’Inconnu de Las Vegas possède de beaux atouts dans son jeu. Drôle et captivante, l’intrigue n’est pas sans rappeler L’Ultime Razzia de Kubrick, sorti quatre ans auparavant. La scène d’ouverture, dans laquelle Danny et les siens marchent d’un pas assuré, trouvera un écho chez les Reservoir Dogs de Tarantino et porte la marque de Saul Bass , à qui on doit les génériques des thrillers hitchcockiens. Modèle de comédie de gangsters au titre VO éloquent ( Ocean’s 11 ), L’Inconnu de Las Vegas a inspiré à Soderbergh sa trilogie au casting 5 étoiles : Ocean’s Eleven (2001), Twelve (2004) et 13 (2007), avec George Clooney, Brad Pitt et Matt Damon en tête d’affiche. Dix ans après la fin de la saga, me spin-off girly Ocean’s Eight (été 2018) prolongera l’aventure avec Sandra Bullock dans le rôle de la sœur de Danny.

Les retraités de Going in Style (1979)

Membres : Moins emblématique que le Rat-Pack, le gang aux tempes grisonnantes de Going in Style a fait sourire les spectateurs de la fin des années 1970. Composé d’un tailleur, d’un barman et d’un chauffeur de taxi rangés du monde professionnel, il montre que le troisième âge a de la ressource. Initiateur de la fameuse méthode enseignée à l’Actors Studio, Lee Strasberg campe Willie dans l’une de ses rares apparitions face caméra. Pour lui donner la réplique, les oscarisés® George Burns et Art Carney incarnent Joe et Al avec l’humour des vieux briscards de la comédie US.

GoingInStyle

Plan d’action : Trois papys qui portent bretelles et cardigans tout en s’improvisant braqueurs de banque, ce n’est pas courant. Mais, bien que l’âge soit un handicap, il offre la meilleure des couvertures. S’ils ont une génération de plus que Sinatra et ses pairs, Willie, Joe et Al ambitionnent aussi de mettre la main sur un pactole en s’attaquant à l’établissement qui gèle leur fonds de pension . Une idée germée dans le parc où ils ont leurs habitudes et qu’ils souhaitent concrétiser avec style. Pour ces tocards du braquage à main armé qui préparent leurs munitions autour d’une tasse de thé, la tâche s’annonce ardue. Qu’à cela ne tienne, le moral est au beau fixe. « Tu as l’air fringant », lance d’ailleurs Willie à Joe au moment de l’essayage de leurs tenues de hold-up.

L’envers du braquage : N’ayant pas leur langue dans leur poche et ne s’embarrassant pas de scrupules, les trois complices de Going in Style multiplient mots d’esprits et répliques bien senties. Il leur est reproché de commettre un crime « au premier degré » (c'est-à-dire avec préméditation, en droit criminel américain), mais c’est surtout l'humour au premier degré qui emporte le public. Avec Martin Brest ( Rencontre avec Joe Black ) en chef d’orchestre du hold-up le plus délicieusement approximatif du genre, on ne s’ennuie pas. Dotée de 89 % de satisfaction sur Rotten Tomatoes , cette comédie stylée offre « un rare équilibre entre rire et compassion » ( Time Out ).

BraquageALAncienne5

Successeurs : Pour dissimuler leurs traits, les trois retraités revêtent des lunettes ridicules, dont on ne sait si elles nous font plus penser à Woody Allen dans Prends l’oseille et tire-toi ou aux Marx Brothers. Zach Braff avait quatre ans quand Going in Style est sorti sur les écrans. Il conserve le titre VO (qui devient Braquage à l’ancienne en VF) et les prénoms des protagonistes, tout en dépoussiérant le film original grâce à sa touche personnelle et un nouveau trio oscarisé® : Morgan Freeman, Michael Caine et Alan Arkin . Cerise sur le gâteau, sa jeune muse Joey King, Matt Dillon et Christopher Lloyd font partie de l’équipe.

Pour rappel, Braquage à l’ancienne est à découvrir le 3 mai au cinéma.

D’ici-là, revoyez l’intégrale de la saga Ocean’s en Blu-ray™ en cliquant là .

L’Inconnu de Las Vegas en cliquant ici .

Attention