Warner Bros. Actualités

La Fureur de vivre, le destin tragique de James Dean

Publié

La Fureur de vivre, le destin tragique de James Dean

Sorti après la mort de James Dean, La Fureur de vivre (1955) a propulsé le jeune acteur américain au rang d’idole. Le film, qui a marqué des générations d’adolescents, compte aujourd’hui parmi les classiques du cinéma américain. Toujours d’actualité, il est à voir, et à revoir !

Le combat au couteau dans La Fureur de vivre

Portrait d’une adolescence rebelle

Jim Stark (James Dean) a 17 ans. Incompris par ses parents, il n’arrive plus à communiquer avec eux. Son père ne sait pas s’affirmer, et s’efface derrière sa mère. Afin de repartir sur de bonnes bases avec l’adolescent, la famille déménage à Los Angeles. Dans sa nouvelle école, Jim ne tarde pas à s’attirer les foudres d’une bande de copains casse-cou. Pour prouver que ce n’est pas un dégonflé, il accepte de défier Buzz, le rebelle de l’école, dans une course automobile suicidaire. Le challenge va avoir des conséquences terribles, qui entraînent Jim et ses amis dans la spirale infernale de la violence...

Réalisé par Nicholas Ray, La Fureur de vivre relate l’histoire d’un groupe d’adolescents en pleine construction. Déboussolés, notamment à cause de parents dépassés, ils sont prêts à tout pour casser le quotidien et vivre un semblant de passion, quitte à flirter avec le danger. Les jeunes adultes sont aussi habités par le désir, comme le montre le couple de Jim et Judy, qui se forme au cours de l’histoire. L’adolescente, interprétée par Natalie Wood, incarne avec talent l’innocence de l’âge. Quelques heures seulement après s’être rencontrés, amoureux comme on peut l’être fougueusement à 17 ans, les deux jeunes se lancent dans une déclaration passionnée très touchante.

James Dean et Natalie Wood dans La Fureur de vivre

La Fureur de vivre est évidemment porté par l’interprétation grandiose de James Dean, qui oscille entre puissance et fragilité. Titré originellement Rebel without a cause, le film est sorti le 27 octobre 1955 aux États-Unis, soit quasiment un mois après le décès de l’acteur, le 30 septembre 1955. En France, il est sorti le 28 mars 1956, alors que James Dean était déjà devenu une idole au destin tragique.

L’apogée de James Dean

C’est sur le tournage de La Fureur de vivre que l’acteur se passionne pour les courses automobiles, et acquiert sa première voiture de sport. Sans le savoir, James Dean court à sa perte. Son accident mortel aura lieu alors qu’il conduisait pour se rendre à une compétition automobile. Au volant d’une Porsche 550 Spyder, sur la route 446 en Californie, le comédien est percuté par une voiture à une intersection. Il meurt sur le coup, à l’âge de 24 ans.

La Fureur de vivre est le deuxième film du trio de long-métrages qu’il a pu tourner avant son décès brutal. Avec À l'est d'Eden et Géant, l’acteur est devenu une figure du cinéma américain. James Dean a d’ailleurs été nommé deux fois à titre posthume pour l'Oscar du meilleur acteur dans ces films. Il est ainsi le seul comédien à avoir été nommé deux fois après son décès. Mythifié par son rôle désinvolte et par sa mort prématurée, il est devenu le symbole d’une jeunesse qui avait besoin d’idoles.

Redécouvrez James Dean dans La Fureur de vivre en DVD et Blu-ray.

Attention