Warner Bros. Actualités

Écrivains à Hollywood : Ernest Borgnine, le charisme au service du Septième Art

Publié

Avec son sourire laissant entrevoir les 'dents du bonheur', Ernest Borgnine donnait l’impression de croquer la vie. Une allure débonnaire, accentuée par les traits poupins de son visage et un regard toujours pétillant, qui a valu à ce passionné de cinéma de s’illustrer au registre de la comédie d’aventure. Fort d’une foisonnante filmographie, regorgeant de plus de 200 apparitions sur petit et grand écrans, l’acteur s’est consacré corps et âme au Septième Art. Disparu il y a trois ans, à l’âge de 95 ans, il laisse derrière lui une impressionnante carrière, qui continue de bercer les cinéphiles les plus nostalgiques. Tandis que La Horde Sauvage (1969) – l’un de ses chefs-d’œuvre – retrouve ses lettres de noblesses grâce à une projection exceptionnelle au Festival du Film de Locarno, Ernest Borgnine se redécouvre également à travers un autre de ses films, moins connu mais tout aussi important, Le Repas de Noces (1956). Figurant dans la collection Écrivains à Hollywood des Trésors Warner, ce film de Richard Brooks lui fait honneur.

La Navy comme fil conducteur

Si Ernest Borgnine n’imaginait pas devenir acteur étant enfant, et que son physique ne l’aidait pas non plus à se projeter dans une carrière hollywoodienne, c’est par un chemin détourné que sa vocation va se manifester. Originaire du Connecticut , il rejoint les rangs de l’armée dès l’âge de 18 ans, en s’engageant dans la Navy américaine . Nous sommes alors en 1935 et, tandis que la Seconde Guerre mondiale menace les Européens outre-Atlantique, le jeune homme profite de cette expérience de la vie militaire pour faire ses classes de soldat en herbe.

Pas pressé de retourner dans le civil, il poursuit cette première carrière professionnelle avec abnégation, soutenant l’effort de guerre jusqu’à son dénouement en 1945. Alors âgé de 28 ans, Borgnine prend conscience de sa cinéphilie au milieu des années 1940, alors que les films de guerre envahissent les écrans et qu’Hollywood connaît son Âge d’Or. Une période propice à déclencher des vocations, qui pousse l’aspirant comédien à se lancer dans le Septième Art. Presque trentenaire, c’est sur le tard qu’il entame sa carrière. Ce qui ne l’empêchera pas de rattraper ce retard en s’imposant, par la suite, comme l’un des acteurs les plus prolifiques de sa génération

Des débuts sur le tard

Installé à Los Angeles , à quelques encablures des studios qui le font rêver, Ernest Borgnine devra encore attendre plusieurs années avant de décrocher un premier rôle. C’est avec China Corsair (1951) qu’il fait ses premiers pas sur un plateau de tournage et, dès lors, le cinéma d’aventure aura ses faveurs. À compter de cet instant, la machine est lancée et c’est avec une moyenne de quatre projets par an que Borgnine enchaînera les tournages. Sa force tient à la fois à son éclectisme qu’à sa qualité d’acteur inimitable. Se spécialisant dans les seconds rôles dès les prémices de son parcours, il prouvera que ce choix était le bon en devenant un visage familier de plusieurs générations de spectateurs ; mais aussi grâce à l’Oscar qu’il remporte en 1956 pour Marty , drame romantique dans lequel il incarne le rôle-titre.

Parmi ses films les plus prégnants, on peut citer Sur le pont la marine (1962), Les Douze Salopards (1967) ou encore le thriller futuriste New York 1997 , que John Carpenter signe en 1981. Pour autant, c’est dans un film plus ancien qu’il livre l’une de ses interprétations les plus savoureuses, en se glissant dans la peau du père de la mariée ( Debbie Reynolds ) du Repas de Noces (1956). Une comédie douce-amère, qui lui vaut de partager l’affiche avec Bette Davis , sous la direction de Richard Brooks. Lorsque sort ce long métrage, Borgnine est seulement dans le métier depuis cinq ans, mais a déjà acquis une belle expérience. Le Repas de Noces concentre ainsi le style unique et efficace qu’on lui connaît, à travers une intrigue satirique riche en rebondissements !

Pour revoir ce film en DVD, rendez-vous sur la boutique officielle des Trésors Warner avec la collection Écrivains à Hollywood, en cliquant ici.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier