TOUT WARNER BROS.

#DCSuperBattle : Tom Strong vs. The Dealer

Une nouvelle année commence et la légende DC perdure. Traversant les années avec la force que suggère son patronyme, Tom Strong en défend fièrement les couleurs. À contre-courant, le super-méchant The Dealer doit son surnom au trafic qu’il pratique auprès des crapules de son espèce. Qui gagnerait dans le cas d’un duel ? Éléments de réponse.

Tom Strong – La force des convictions

Alias : Tom Strong se bat en son nom propre. Il est l’un des rares super-héros à ne pas utiliser d’alias.

Origines et avatars : C’est sous la bannière Wildstorm que Tom Strong a vu le jour en 1999, co-créé par Alan Moore ( V pour Vendetta ) et Chris Sprouse , lauréat de deux Eisner Awards pour son travail d’illustration. Grâce à ces lauriers critiques et aux deux cadors du comics qui façonnent ses aventures, le personnage n’a pas de mal à devenir le chouchou des fans. Sa mouture la plus courante est celle d’un quarantenaire dans la force de l’âge . À la croisée des pulps des premiers temps et du foisonnant multiverse DC, il fait s’entremêler les genres. Un coup de maître à destination des inconditionnels, qui explique le succès du roman graphique qui l’a vu naître.

DcComics346

Référentiel et dépaysant, le décor spatio-temporel dans lequel Tom Strong voyage transporte le lecteur aux confins de l’imagination de Moore. Le charisme du personnage est tel qu’il aura droit à son spin-off, signé Vertigo en 2013. La genèse de Tom Strong prend sa source sur l’île fictive d’Attabar Teru . Garçon hors-norme, il a été élevé dans une chambre gravitationnelle par des parents scientifiques qui lui transmettront la passion de leur métier à l’âge adulte. L’enfant de la balle devient à son tour un scientifique émérite, puis un justicier de haut rang.

DcComics347

Mode opératoire : Ce n’est pas seulement sur le terrain des muscles que Strong mène ses combats, mais sur celui de la science. Sa force légendaire proviendrait d’une racine aux étonnantes vertus, la Goloka , qui améliore la santé de celui qui l’ingère, son espérance de vie et, surtout, qui fait de lui un être aussi puissant physiquement que mentalement . Entouré des siens, il surmonte les enjeux qui se dressent sur sa route. En plus de sa femme Dhalua , sa fille Tesla , son robot à vapeur Pneuman et son ami gorille King Solomon , il peut compter sur un précieux allié : Tom Teen , sa version adolescente.

The Dealer – Faire parler la poudre

Alias : De son vrai nom Etienne Guiborg , The Dealer se fait aussi appeler Black Mirror . Selon Dick Grayson, il s’agirait plus précisément d’Étienne Guibourg, un prêtre français défroqué qui aurait orchestré des messes noires au XVIIe siècle.

Origines et avatars : La poudre dont The Dealer fait commerce n’est pas seulement de la drogue , il s’agit aussi de celle des pistolets qu’il fournit à ses clients. Issu du Batverse, il conduit ses activités de vendeur aux enchères peu scrupuleux dans un lieu prisé de la pègre de Gotham, appelé la Mirror House . Une maison des enchères aux funestes habitués. Si le reflet que Black Mirror renvoie est celui d’un homme au costume élégant, présentant bien, la réalité est toute autre. Un détail ne trompe pas : dans ses yeux vairons , on distingue la lueur de la cupidité. C’est en remontant la piste des armes de contrebande où il a laissé sa marque que Batman va faire sa connaissance…

DcComics348

Le masque à gaz qui dissimule le bas de son visage est indispensable pour respirer dans la Mirror House, afin de ne pas être intoxiqué par les vapeurs de drogues. Tous ceux qui y pénètrent doivent s’en munir. À l’image de cet accessoire, le super-méchant ne joue pas franc jeu. Dans la veine du cauchemardesque Épouvantail , il est en mesure de provoquer des hallucinations en diffusant sa drogue dans les particules d’air. L’Homme chauve-souris en fera les frais quand, cherchant à infiltrer les rangs des acheteurs, il s’aperçoit que son masque a été saboté : la signature du sournois Dealer.

Mode opératoire : Roi de la négociation et des stratagèmes, The Dealer dit aux gens ce qu’ils aiment entendre pour les mettre en confiance. Pas si éloigné d’un hypnotiseur, il maitrise bien les rouages de l’esprit humain et cultive l’appât du gain. Exaltant la compétitivité des acheteurs en faisant monter les enchères, il aime faire ressortir les facettes sombres de l’âme humaine. Sa cruauté n’a pas de limite comme il le prouve en allant jusqu’à s’injecter le monstrueux sérum de Man-Bat . De quoi acquérir une puissance d’autant plus dévastatrice.

La battle

Appartenant tous deux à des univers distincts, Tom Strong et The Dealer sont diamétralement opposés. Utilisant toute son énergie à rendre le monde meilleur, Tom Strong s’impose comme un modèle de droiture . En parcourant les albums qui lui sont dédiés, on comprend aussi que « le nombre fait la force » puisque malgré ses qualités innées, il est aidé de fidèles soutiens .

DcComics349

Pouvant justement compter sur l’aide d’un coéquipier qui n’est pas sans rappeler le Robin de Batman, il pourrait se retrouver démuni en étant seul face à un ennemi. Une faiblesse dont The Dealer ne risque pas de souffrir dans la mesure où fait cavalier seul depuis toujours et ne laisse aucun échappatoire à ses adversaires. Nous déclarons donc The Dealer vainqueur de la DCSuperBattle !

Pour rappel, la version longue de Suicide Squad vous attend en Steelbook en cliquant ici .

Attention