TOUT WARNER BROS.

#DCSuperBattle : Lois Lane vs. Superwoman

Chez DC les femmes de poigne ne manquent pas. Avec son caractère bien trempé et l’indépendance qui sied à sa profession de journaliste, la jolie Lois Lane en est une, au même titre que la redoutable Superwoman , qui en dépit de son nom n’a rien de super… Coup de projecteur sur deux personnages féminins qui fascinent les dévoreurs de comics depuis des années.

Lois Lane, reporter de choc et de charme

Alias : Le nom complet de Lois est Lois Joanne Lane-Kent : un second prénom en référence à la femme de Joe Shuster et un nom d’épouse qu’elle tient de son héros de mari, Clark Kent.

Origines et avatars : Imaginée dès l’Action Comics #1 de 1938 par les créateurs de Superman, Lois Lane est bien plus que la future amoureuse du protecteur de Metropolis. Lorsqu’ils façonnent ses contours, Jerry Siegel et Joe Shuster la dotent d’un tempérament de feu, faisant d’elle un personnage féministe avant l’heure, surtout avant que Wonder Woman n’emporte ce titre à son arrivée dans l’univers DC trois ans plus tard. Ayant les deux pieds ancrés sur terre, Lois ne possède a priori aucun point commun avec l’extraterrestre qui lui volera son cœur. Si ce n’est sa farouche volonté de défendre la justice et la vérité. Un combat qu’elle ne tarde pas à déceler chez son confrère du Daily Planet … le mystérieux Clark .

DcComics315

Que ça soit en BD, dessins animés, comédies musicales, jeux vidéo, en séries – sous les traits de la desperate housewife Teri Hatcher dans Loïs et Clark : Les Nouvelles Aventures de Superman ou d’Erica Durance dans Smallville – Lois Lane est omniprésente. Au cinéma, Margot Kidder joue la dulcinée de Christopher Reeve dans la tétralogie originelle des années 1980, tandis que l’incandescente Amy Adams reboote le personnage en endossant son rôle chez Zack Snyder, avec une première apparition dans Man of Steel (2013), une seconde avec Batman V Superman : L’Aube de la Justice (2016) et une troisième à découvrir dans Justice League le 15 novembre 2017.

Mode opératoire : La meilleure arme de Lois est sa ténacité. Une persévérance à toutes épreuves qui fait d’elle une reporter hors pair, connue pour aller au bout de ses sujets quoi qu’il lui en coûte. Menant ses investigations au péril de sa carrière et souvent de sa vie, la jeune femme a coutume de ne pas se démonter face au danger. Dénuée de superpouvoirs , elle maîtrise les arts martiaux et prouvera à plusieurs reprises qu’elle est en mesure de se défendre. Bien qu’on ne puisse pas exactement parler d’alias, les identités qu’elle a revêtues au cours de son histoire lui ont permis de posséder des aptitudes super-héroïques. Dans le monde parallèle d’Earth 2 #17 Lois a ainsi été « téléchargée » sous la forme robotique de Red Tornado . Une métamorphose qu’elle doit à son père, Sam Lane, et qui qui vaut de contrôler le souffle du vent.

Superwoman, diabolique alter ego

Alias : On dénombre 6 alias principaux : Luma Lynai, Kristin Wells, Dana Dearden, Lucy Lane, Lana Lang et… Lois Lane.

Origines et avatars : Le paradoxe de Superwoman est que Lois Lane a elle-même endossé cette identité à plusieurs reprises. Un changement qui survient dès l’Action Comics #60 du printemps 1943, sous forme de rêve, avant que la transformation ne soit rendue effective quelques albums plus tard, quand la jeune femme acquiert des superpouvoirs au contact d’une plante spatiale . La décision de montrer Lois sous une facette super-héroïque émane de ses créateurs. Créée par Jerry Siegel et Joe Shuster , Superwoman s’en écartera toutefois en embrassant peu à peu la voie du mal. La seconde Superwoman s’appelle Luma Lynai et est originaire de la planète Staryl. Son seul motif de distinction dans la galaxie DC est d’avoir partagé une courte idylle avec Superman. Les choses se corsent à compter de l’album Justice League of America #29 de l’été 1964. À présent résolument mauvaise, Superwoman y est présentée comme un membre actif du Syndicat du Crime . Portant un costume sombre et affichant l’expression crispée de la vengeance sur son visage, elle ne laisse aucune place au doute quant à ses intentions.

DcComics316

Amazone au même titre que Wonder Woman, elle est en totale opposition avec les desseins pacifiques de la princesse de Themyscira. Devenant son antagoniste n°1, elle redouble de cruauté à chaque nouvelle aventure. Jimmy Olsen est le seul 'civil' à connaître son identité secrète, ce qui crée une certaine complicité entre eux. Revisitée par les artistes du New 52 , Superwoman fait forte impression en live. À la télévision, elle s’affiche dans une version Lois Lane faisant écho à la genèse du personnage, quand Superman , privé de ses pouvoirs par la kryptonite rouge, transfère ceux-ci à sa fiancée. Pour l’anecdote, c’est sa belle-mère Martha Kent qui coud son costume ! Dans Smallville c’est un caméo en abyme qui apparaît dans une émission télévisée que regardent les personnages. Enfin, on notera que l’influence de Superwoman est telle qu’elle a eu droit à son film pornographique et, dans un registre plus adapté au jeune public, à une version animée doublée par Christina Hendricks dans le All-Star Superman de 2011.

Mode opératoire : Pour exprimer sa véhémence, Superwoman a plus d’un tour dans sa manche. Possédant tantôt des pouvoirs semblables à ceux de Wonder Woman, tantôt à ceux de Superman – en fonction des versions – elle est une ennemie de taille. Dotée d’un super-souffle et une vision laser , elle possède un lasso magique et des bracelets de force calqués sur les accessoires de son homologue grecque. À la fois douée d’une puissance surhumaine, d’une rapidité hors norme et de la capacité à manipuler la matière elle est, par ailleurs, invulnérable. Autant d’atouts qui expliquent qu’elle soit si dure à combattre pour les défenseurs du bien.

La battle identitaire

Selon les versions, Lois Lane et Superwoman ne forment qu’une seule et même entité . Toutefois, lorsqu’elles sont dissociées, elles ne sauraient être plus différentes l’une de l’autre. N’ayant pas son pareil pour déstabiliser ceux qui tombent sous le joug de ses questions embarrassantes, Lois Lane est l’archétype de la journaliste de terrain. Une séquence particulièrement amusante du film d’animation DC Super Hero Girls : Héroïne de l'année (disponible en DVD en cliquant ici ) montre le colossal Gorilla Grodd fuir ses questions en courant.

DcComics317

Néanmoins, Superwoman a une indéniable longueur d’avance sur l’intrépide reporter : ses superpouvoirs . Ayant donné bien du fil à retordre à la plus pugnace de toutes les Amazones, la super-méchante renvoie l’image d’une criminelle particulièrement difficile à contrer. On imagine ainsi que Lois Lane aurait du mal à prendre le dessus sur elle, malgré le soutien de Superman. Nous déclarons donc Superwoman gagnante de la DCSuperBattle !

Et, pour retrouver Batman V Superman : L’Aube de la Justice en version longue, cliquez ici .

Attention