TOUT WARNER BROS.

#DCSuperBattle : Black Lightning vs. Massacre

Officiellement en développement, la série Black Lightning n’est encore qu’à l’état de projet mais concentre déjà les attentes des fans. Dédiée au héros éponyme DC et signée Greg Berlanti (créateur de Supergirl ainsi que d’Arrow et ses spin-off), elle devrait être diffusée sur la CW à la rentrée 2017/2018. Et si L’Éclair Noir avait croisé la route du méchant Massacre , connu pour s’en être pris à Metropolis ? Réponse en battle !

Black Lightning, éclair électrisant

Alias : Né Jefferson Pierce , Black Lightning apparaît parfois sous le pseudonyme de l'Éclair Noir .

Origines et avatars : C’est à Tony Isabella et Trevor Von Eeden qu’on doit sa création. Moins connu que les Weisinger, Kane et autres Siegel qui se taillent la part du lion chez DC, le tandem a brillé avec ce héros électrisant, introduit dans le Black Lightning #1 du printemps 1977 . Bâti sur les cendres de Luke Cage , premier personnage afro-américain à avoir eu sa propre série, Black Lightning est porteur d’un message politique qui va au-delà des vignettes de BD. Deux ans après la fin de la Guerre du Vietnam et tandis que les acquis civiques restent fragiles, les artistes avaient aussi pour mission d’être le porte-voix de leur génération.

DcComics385

On retrouve ce postulat engagé dans la genèse de Black Lightning : initialement baptisé Black Bomber, il a d’abord été imaginé comme un homme blanc raciste, devenu justicier après s’être transformé en homme noir. Jugée inappropriée, cette première mouture ne verra jamais le jour, Isabella et Von Eeden lui préférant la version que l’on connaît, un médaillé d’or olympique champion de décathlon. L’athlétique Jefferson Pierce n’est pas sans rappeler Tommie Smith et John Carlos et leur poing levé sur le podium des jeux de 1968. Ayant grandi dans le bidonville de Suicide Slum , le coureur émérite n’oubliera pas ses origines modestes, même après son sacre sportif, et reviendra dans son ancien quartier pour se reconvertir en principal du lycée Garfield .

Mode opératoire : Oscillant entre le Batverse , les Outsiders et la Justice League , Black Lightning est un méta-humain qui tire sa force de caractère de son enfance. Confronté à la violence des gangs et au meurtre de son père, il a rapidement compris qu’il lui fallait savoir se défendre. Muni d’une ceinture pouvant générer un champ électrique, il se bat principalement en envoyant des faisceaux d’énergie à ses opposants. Capable de manipuler l’électricité comme bon lui semble, il a su faire de cette aptitude sa botte secrète. De manière plus surprenante mais toute aussi efficace, elle lui a aussi permis de ranimer Superman lorsque son cœur a cessé de battre.

Massacre, méchant à l’alias éloquent

Alias : À ne pas confondre avec Isaac Zavimbe , antagoniste de Batwing qui porte le même alias, Massacre n’a pas d’autre identité connue.

Origines et avatars : Avec sa carrure de titan et ses yeux fous, Massacre est un super-méchant terrifiant. Introduit dans l’Adventures of Superman #509 de 1994 , il est l’œuvre d’un trio de créateurs, Karl Kesel, Barry Kitson et Jackson Guice , qui font de lui un personnage suscitant la peur au premier regard. Massif extraterrestre à la peau rouge, il officie dans l’univers parallèle New Earth en tant que mercenaire de l’espace . Ayant coutume de parcourir la galaxie en quête de victime à tuer sans raison, il ne tarde pas à se forger une réputation de tueur en série qu’il ne vaut mieux ne jamais rencontrer. En épargnant un compatriote spatial du nom de Skimmer , il fait de lui un allié, qui le suit dans sa funeste épopée. Ça sera la seule de ses proies à laquelle il laisse la vie sauve…

DcComics386

Ennemi de Superman, il sème la mort partout où il passe mais est suivi à la trace par le valeureux Kryptonien. Parmi ses coups d’éclat les plus marquants, on ne peut s’empêcher de penser à sa tentative de destruction de Metropolis . Pas la ville où Kal-El s’est installé et où on trouve les bureaux du Daily Planet , mais la véritable Metropolis, située dans l’Illinois et qui s’est autoproclamée « ville natale de Superman » dans les années 1970. Un fait d’arme consécutif à la Chute de Metropolis et qui renforce la légende de Massacre. À l’image de la désolation qu’il a causée autour de lui, le méchant connaîtra une fin violente , en étant battu à mort après avoir été capturé.

Mode opératoire : Pour arracher la vie à tous ceux qui ont le malheur d’être sur sa route, Massacre ne fait pas dans la dentelle. Portant une armure renforcée qui le protège contre les attaques de ses assaillants, l’extraterrestre lance ses coups avec une puissance surhumaine . Ses muscles saillants ne laissent aucune place au doute : son principal atout est sa force physique. Sa grande taille et son absence de scrupules jouent aussi en sa faveur.

La battle

Pétri de méchanceté, Massacre est un ennemi du bien qui fait froid dans le dos quand il se dresse de toute sa hauteur. Sa réputation le précède dans ses voyages galactiques, si bien qu’au cours de son histoire, il n’a eu que des héros de la trempe de Superman et Green Lantern pour se mesurer à lui. Pour autant, la force n’est pas tout. Sa sournoiserie n’est plus à prouver, toutefois on l’imagine mal en fin stratège.

DcComics387

Doué de la persévérance et de l’endurance des athlètes de haut niveau, Black Lightning paraît bien plus redoutable. Combinant le physique au mental , il n’est pas homme à se laisser décontenancer par des obstacles. Son éclair de génie n’aurait pas de mal à mettre Massacre hors-jeu et nous déclarons donc le courageux Black Lightning vainqueur de la DC Super Battle !

Pour rappel, la version longue de Suicide Squad est à retrouver en Steelbook en cliquant ici et en édition digitale en cliquant là .

Vous aimerez aussi

Attention