TOUT WARNER BROS.

DC Comics : Quand les BD prennent un tour politique

Tandis que les Américains viennent d’élire leur 45e président, les comics nous rappellent que la conquête du pouvoir se joue aussi dans les vignettes. À petite ou grande échelle, de manière fortuite ou savamment orchestrée, l’accession à de hautes responsabilités ne va pas sans conséquences. Panorama sélectif de ces hommes et femmes de pouvoir .

« Wonder Woman for President »

C’est avec ce slogan que le magazine féministe Ms a rendu un vibrant hommage à son égérie, à l’occasion d’un numéro spécial. Icone des droits des femmes, la super-héroïne née de l’imagination de Charles Moulton remporte tous les suffrages auprès des puristes. Récemment, elle a même été symboliquement hissée au rang d’Ambassadrice des Nations Unies par Ban Ki-moon . Une manière de souligner que « Wonder Woman a été conçue (…) dans le but de promouvoir au sein de la jeunesse un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes », comme stipulé dans le communiqué très officiel.

DcComics292

À présent qu’elle souffle sa 75e bougie, Wonder Woman fait figure de grande dame de la pop culture. Pour autant, la guerrière n’a pas toujours privilégié la diplomatie, comme le montrera le film que Patty Jenkins lui dédiera le 7 juin 2017 avec Gal Gadot dans le rôle-titre. Car il ne faut pas oublier qu’avant de fendre le ciel de Metropolis, la reine des Amazones dirigeait son clan avec poigne. Le règne des monarques ne connaît pas de limites. Sur terre, comme notre pugnace Diana Prince , sous les océans à l’instar du roi d'Atlantis Aquaman , ou dans les airs avec la princesse Amethyst , juchée sur son destrier volant. Dans les grandes villes, la démocratie a fait son chemin.

Le pouvoir à tout prix

Dans le monde des BD, la frontière entre figure politique et figue divine est ténue. On le sait, les dictateurs aiment particulièrement se prendre pour le Tout-puissant et la version de Joseph Staline par Mark Millar (scénario) et Dave Johnson (dessin) n’échappe pas à la règle. On découvre un être aux vastes ambitions, qui partage paradoxalement l’alias 'Man of Steel' avec Superman ; Staline signifiant littéralement 'homme d'acier'. On ne s’étonne ainsi pas de voir le Chevalier noir (Batman) s’inquiéter du sort de ses concitoyens quand son homologue kryptonien est érigé au rang de Dieu , dans Batman V Superman : L’Aube de la Justice (disponible en version longue en cliquant ici ).

DcComics293

Faire l’équilibre entre l’éthique de la fonction de dirigeant et ses aspirations personnelles n’est pas simple. Ainsi, certains cultivent l’ambivalence. C’est le cas de l’intransigeante Amanda Waller , directrice de la Suicide Squad, dont les démêlés avec Washington laissent planer le doute quant à ses véritables intentions. Chargée d’être la Reine Blanche de Checkmate par les Nations Unies , elle préférera l’ombre des coulisses à la lumière de la gloire. Pour Harvey Dent , c’est l’inverse. À grand renfort de conférences de presse et de coups d’éclats, le procureur de Gotham ne fait pas dans la demi-mesure. 'Déjà au maquillage', comme on dit dans la profession pour évoquer un habitué des plateaux télé, le futur Double-Face verra ses efforts récompensés par l’investiture au poste de maire . Un siège qu’il briguait de longue date et qu’on aussi occupé Theodore Cobblepot (le grand-père du Pingouin), Aubrey James de la série Gotham , Anthony Garcia (Nestor Carbonell) qui connaîtra un funeste destin dans The Dark Knight Rises , ou encore Bruce Wayne himself.

Procureur, sénateur, maire et président

Marion Grange a suivi la même voie que Dent, en passant de procureure à maire. À la différence de son ex-confrère, elle est toutefois restée intègre aux valeurs humanistes qui l’ont toujours animée. Prenant la succession d'Armand Krol , elle fait un discours plein d’émotion : « Ma ville a été frappée par des épidémies, des super-méchants, un tremblement de terre (…) et je m’aperçois qu’elle est bien seule ». Heureusement, Gotham peut compter sur ses fidèles justiciers, Batman en tête. Côté rouages du pouvoir, la stratégie prime et, du Congrès aux agences secrètes, les jeux d’influence sont légion. Grâce à d’habiles manigances, Lex Luthor devient Président . Derrière ses airs de jeune prodige de la Silicon Valley, le redoutable entrepreneur dissimulait à peine les visées empiriques qu’il peut ainsi concrétiser.

DcComics294

L’antagoniste de Superman n’est pas le seul dans l’entourage de Kal-El à se lancer en politique. Martha Kent , sa mère adoptive, est elle-même passée du statut de femme au foyer à celui de sénatrice . Une fonction que June Finch a aussi exercée dans l’état du Kentucky. Dans l’Arrowverse, Oliver Queen (alias Green Arrow) tient l’une de ses plus belles revanches sur son passé de playboy le jour où il entre à la mairie de Starling City et qu’on lui remet les clés de la ville. Que les politiciens soient présentés sous leur meilleure facette ( Stephen Trevor ) ou à l’aune de sombres desseins ( Wesley Fermin ), ils occupent une place de choix dans les bandes dessinées. De tous temps, les auteurs et illustrateurs n’ont pas hésité à égratigner cet univers fait de promesses de campagne et de manipulation, en montrant l’envers d’un décor corrompu, particulièrement dans le Batverse.

Pour l’anecdote, en 1993 le couple Clinton a eu droit à sa version illustrée dans le Superman: Man of Steel #20 . Hillary Clinton était alors Première Dame aux côtés de son président de mari. Une preuve de plus que comics et politique sont deux arts qui se répondent l’un l’autre.

Vous aimerez aussi

Attention