Warner Bros. Actualités

DC Comics : Malcolm Wheeler-Nicholson, fondateur au profil atypique

Publié

DC Comics : Malcolm Wheeler-Nicholson, fondateur au profil atypique

La genèse d’un mythe éclaire son histoire. À l’origine de DC Comics, les artistes des années 1940 sont entrés dans la postérité mais on ignore tout ou presque de celui sans qui rien n’aurait été possible. Portrait d’un anticonformiste dont l’œuvre continue de nourrir l’imagination de millions de fans.

Au commandement, il y avait le major

À la fois officier militaire, entrepreneur, écrivain , et éditeur , Malcolm Wheeler-Nicholson donne l’impression d’avoir vécu mille vies en une. Connu des initiés, il reste un anonyme aux yeux du grand public. Seule trace de son accomplissement : l’hommage au temple de la renommée Will Eisner, distinguant les artistes BD les plus emblématiques. Originaire du Tennessee , il a connu une enfance teintée de drames avec la mort successive de son père et de sa sœur. Après un crochet par New York, la famille s’établit à Portland, où la mère du jeune Malcolm exerce le métier alors encore très masculin de journaliste. Si celle-ci a pu lui donner le goût de l’écriture, elle lui a aussi transmis la fibre des précurseurs. Remariée à un enseignant, cette intellectuelle cultivait les bonnes relations, de sorte qu’il n’était pas rare d’avoir des invités comme Theodore Roosevelt et Kipling à dîner.

DcComics468

En marge de cette vie culturelle, Malcolm Wheeler-Nicholson passe son temps libre au ranch . Scolarisé dans un établissement militaire, il se forge des aspirations sous le drapeau et, sans perdre de temps, rejoint la cavalerie en devenant le plus jeune major de l’armée américaine . Envoyé sur des théâtres d’opérations au Mexique, aux Philippines, en Serbie, au Japon ou en Angleterre, il passe aussi par les bancs de la française Saint-Cyr. De retour au pays à l’issue de la Première Guerre mondiale, blessé par balle et en désaccord avec sa hiérarchie, le gradé décide de déposer les armes pour se tourner vers l’écriture ; un domaine qu’il avait déjà exploré via des essais militaires.

Chef de file du comics

Aux prémices du comics, ce sont les pulps qui permettaient aux kids de s’évader en parcourant des vignettes illustrées pleines de péripéties. Malcolm Wheeler-Nicholson y a fait ses gammes mais a vite compris qu’une autre fréquence de parution était l’avenir. Il fut l’un des rares à croire au succès des histoires sous forme de séries , car fidéliser le lectorat autour de personnages récurrents s’apparentait à un coup de poker à l’époque. En fondant National Allied Publications en 1934, le major pose la première pierre de la maison d’édition que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de DC Comics.

DcComics469

Possédant une vision globale, il fédère autour de lui des plumes au talent certain. On lui doit plusieurs fondamentaux du comics : un contenu entièrement original, le format des BD et les notes d’humour qui jalonnent les scénarios. En 1935, il commence à collaborer avec Jerry Siegel et Joe Shuster et, quatre ans plus tard, le tandem donne naissance à Superman dans l’Action Comics #1 . Tandis qu’on célébrera prochainement le Superman Day (le 12 juin), souvenons-nous que l’Homme d’acier n’aurait peut-être jamais vu le jour sans son homme de l’ombre, Malcolm Wheeler-Nicholson.

Pour rappel, Wonder Woman portera les couleurs DC Comics au cinéma le 7 juin !

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier