Warner Bros. Actualités

DC Comics : Super-héroïnes vs. super-vilaines

Publié

DC Comics : Super-héroïnes vs. super-vilaines

Dans les vignettes de comics comme dans la vie, l’égalité homme-femme n’est pas toujours évidente. À l’instar de l’ancestrale bataille pour la justice que mènent les héros de Gotham, Metropolis, Starling City et Central City, la défense de la parité est un combat de longue haleine. Pour autant, chez DC , super-héroïnes et super-vilaines portent le costume aussi bien que leurs homologues masculins et n’ont pas à rougir des faits d’armes réalisés depuis que Wonder Woman a ouvert la voie, au début des années 1940. Forte d’une ouverture qu’elle prône en valorisant les minorités, la firme DC offre une tribune aux personnages échappant aux archétypes du comics, à travers des aventures audacieuses, foisonnantes de codes et de références. De sa naissance, il y a plus de 80 ans, à aujourd’hui, DC a ainsi contribué à faire bouger les lignes. En cette Journée internationale de la femme , honneur à la gente féminine !

DcComics42

Les figures emblématiques

Créée en 1941 par le tandem William Moulton Marston / H. G. Peter, Wonder Woman a déboulé dans l’univers du comics à la manière d’une tornade. Si la transformation de Diana Prince en super-héroïne s’exerce en tournoyant sur elle-même pour revêtir, comme par magie, son body étoilé, les pouvoirs de la jeune femme sont loin de se limiter à ce pas de danse de ballerine. Pionnière de la féminisation des comics , elle incarne la femme parfaite. Une déesse, à la fois forte et séduisante ; deux qualités que possède également Superman, son alter ego. Tandis que Wonder Woman est née de la double volonté d’offrir un modèle au lectorat féminin et de flatter le lectorat masculin, ses héritières sont parvenues à dépasser ce dogme pour imposer leur style. Marchant dans ses pas, Supergirl , la cousine de Superman, l’incandescente Batgirl , ainsi que Zatanna se sont affranchies, à leur manière, de la virilité dominante qui avait cours jusque-là. Moins connues que ses copines, cette dernière maîtrise l’art de la magie jusqu’à avoir – brièvement – volé le cœur de Bruce Wayne. Ayant également enseigné certains tours de passe-passe à Batman, Zatanna rappelle que les femmes n’ont pas fini de donner des leçons aux hommes.

DcComics43

Les girls de l’Arrowverse

Doté de nombreux personnages féminins particulièrement prégnants, l’Arrowverse déroule le tapis rouge aux héroïnes DC. Se déclinant sous le signe du girl power , les aventures qui se déroulent entre Starling City et Central City font la part belle aux femmes de poigne, à l’instar de Black Canary , oiseau de nuit qui défend les faibles et les opprimés dans sa combinaison de skaï, en usant de sa botte secrète : le cri du canari. White Canary , la sœur cadette de Laurel, est quant à elle experte du combat au corps-à-corps. Non moins efficients, les pouvoirs d’Hawkgirl ont aussi permis à 'la femme-faucon' de laisser sa marque. Capable de voler, de contrôler les lois de la gravité ou d’user de ses pouvoirs de guérisseuse, elle n’a d’angélique que l’apparence et reste une redoutable adversaire pour tous les ennemis de la justice. Dans la veine de Robin pour Batman, Speedy défend les intérêts des citoyens en faisant front aux côtés de Green Arrow, tandis que Vixen se sert de l’amulette qu’elle porte autour du cou pour s’allouer la puissance des animaux de la savane.

DcComics44

Les independent women de Gotham

Navigant dans les eaux troubles qui séparent le bien du mal, Catwoman, Poison Ivy et Harley Quinn n’appartiennent, quant à elles, ni tout-à-fait au groupe des héroïnes, ni à celui des vilaines. Inclassables, elles gravitent de l’un à l’autre en traçant leur propre route, libres et n’agissant le plus souvent que dans leur intérêt personnel . A contrario de leurs pairs, elles ne sont pas guidées par un idéal de justice ou un désir vengeur, mais se laissent plutôt portées par le courant, au gré des opportunités qui se présentent à elles. Batman en fera les frais au contact de Catwoman , qui n’hésite pas à sortir les griffes quand elle sent le vent tourner ; à mille lieues de l’image de petit chaton qu’elle peut renvoyer pour manipuler son monde. Hautement vénéneuse, Poison Ivy – surnommée L’Empoisonneuse pour son aptitude à user de plantes toxiques – entretient le mythe selon lequel l’arme létale privilégiée des femmes est le poison. Enfin, Harley Quinn (alias Dr Harleen Frances Quinzel) puise son tempérament ambivalent dans la schizophrénie qu’on lui prête, en raison 'des voix' qu’elle entend. De quoi donner lieu à des situations cocasses, comme dans une séquence issue de la bande annonce de Suicide Squad (en salles le 3 août) , où la plus lunatique des jeunes femmes jamais imaginées par les auteurs DC dit : « Quoi je dois tous les tuer ? Ces voix… Non je rigole, elles n’ont pas vraiment dit ça ».

Margot Robbie, qui l’incarne à l’écran, a récemment mis les points sur les 'i' en déclarant dans la presse : « Harley Quinn sera plus drôle, plus folle et plus forte que les hommes ». Messieurs, tenez-vous-le pour dit !

DcComics45

La vilenie au féminin

Avec Silver Banshee, Killer Frost, Cupide et Circé, le doute n’a pas sa place, puisque toutes sont bien des super-vilaines. Sans scrupule, chacune d’elle use de son aptitude à faire le mal autour d’elle, pour semer le chaos et empêcher les justiciers de maintenir l’ordre. Légendaire opposante de Superman, Silver Banshee et sa crinière blanche ont fait régner un climat explosif dans les numéros où la super-vilaine gaélique affrontait L’Homme d’acier. Donnant l’impression d’avoir le même coiffeur qu’elle, Killer Frost est glaciale à souhait, tandis que Cupide se profile comme une femme vénale, qui utilise ses charmes – et accessoirement de la drogue – pour faire succomber ses victimes et attirer les membres du sexe opposé dans ses filets. Tandis que sa chevelure rouge et son costume vert ajusté pourrait faire écho à Poison Ivy, cette tenue émeraude est davantage destinée à séduire Green Arrow. Une super-vilaine au nom de péché capital, dont il s’agit de se méfier, au même titre que Circé , la sorcière aux pouvoirs illimités qui se crêpera le chignon avec Wonder Woman à maintes occasions. Enfin, prouvant que les liens du sang ne font pas tout et que les super-vilains se cachent aussi dans le cercle familial, Superwoman , la sœur de Lois Lane, ferme la marche en ayant pour principale caractéristique de calquer ses pouvoirs sur ceux de Superman.

DcComics46

Froides et déshumanisées, les super-vilaines DC ont souvent un background qui explique leur basculement du mauvais côté de la barrière, toutefois ce lourd passif qu’elles ont en commun n’excuse pas leur comportement dévastateur. Pour les contrer, des personnages féminins secondaires ont aussi leur carte à jouer, à l’instar de Starfire , l’une des fondatrices des New Teen Titans, de Starling , une proche de Dinah Lance, d’Huntress alias La Chasseuse, ou de Powergirl , une jeune femme créée en miroir de Supergirl et dont la tenue blanche tranche avec les costumes de ses consœurs.

Pour rappel, la plus emblématique de toutes les super-héroïnes DC vous attend sous les traits de Gal Gadot, Wonder Woman, dans Batman v Superman : L’Aube de la Justice, au cinéma le 23 mars .

Réservez dès à présent vos places pour le combat du siècle en cliquant ici

BatmanVSuperman10

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier