Warner Bros. Actualités

Les coulisses de tournage de La Nonne

Publié

Les coulisses de tournage de La Nonne

Au cinéma dès le 19 septembre 2018, La Nonne est le nouveau film de la saga Conjuring. Ce spin-off revient sur les origines du démon Valak, qui apparaissait sous les traits d’une bonne sœur dans Conjuring 2 : Le Cas Enfield. Découvrez les conditions de tournage de ce film terrifiant.

Un décor plus vrai que nature

La Nonne a entièrement été filmé en Roumanie. De nombreuses scènes ont été tournées en Transylvanie, notamment celles dans l’abbaye roumaine où se déroule principalement le long-métrage. Pour construire le décor de ce lieu dans lequel Sœur Irene (Taïssa Farmiga) et le père Burke (Demián Bichir) enquêtent, les prises filmées ont été rassemblées dans trois endroits différents : deux châteaux du XIVème siècle et un fort médiéval à l’abandon.

Le réalisateur de La Nonne avec Taïssa Farmiga et Demian Bichir

Les deux premiers lieux de tournage ont nécessité beaucoup de travail de la part des équipes. Pour le château des Corvin, la chef-décoratrice Jennifer Spence a dû créer un nouveau point d’accès au bâtiment. Pour le second, elle a engagé des ouvriers originaires des environs pour réaménager la bâtisse et remplacer les fenêtres. "C'était non seulement utile pour le film, mais c'était sympa de savoir qu'on contribuait à rénover l'endroit où l’on tournait", raconte Jennifer Spence.

Une fois les prises de vues terminées, le directeur de la photo Maxime Alexandre a effectué un travail colossal pour harmoniser les différents sites ensemble, tout en veillant à garder les mêmes éclairages. "C'était un vrai casse-tête car nous partions de lieux différents qu'il a fallu intégrer aux images tournées en studio" à Budapest, explique-t-il.

Des personnages parfaitement ficelés

Visuellement, rien n’a été laissé au hasard. La Nonne se démarque des autres films d’horreur en utilisant différents styles de prise de vue en fonction de ce que ressentent les personnages. Le chef opérateur du film explique ce procédé qui sert à distinguer la trajectoire du père Burke de celle de Sœur Irene.

"Son point de vue à elle est plus intime, plus intériorisé, et ses visions sont plus douces. Du coup, pour elle, nous avons eu recours à la Steadicam car ce dispositif permet au spectateur de faire la distinction entre la réalité et le fantasme. Au contraire, quand on épouse le regard du père Burke, on a privilégié le tournage à l'épaule car il est constamment dans l'intensité du moment et qu'il a le sentiment que tout lui arrive en temps réel".

L'effrayante Valak dans La Nonne

Côté costumes, Sharon Gilham s'est rendue au musée du Paysan roumain pour créer les vêtements les plus proches de la réalité de l’époque. Pour sœur Irene, la chef-costumière a cherché à insister sur "sa jeunesse, son innocence et sa vulnérabilité" en choisissant des habits clairs. Au contraire, le père Burke a un style aussi sombre que sa personnalité. Enfin, la chef-maquilleuse Eleanor Sabaduquia a réalisé un travail de titan pour le maquillage de la nonne, entièrement fait à la main. En utilisant très peu de prothèses et aucun effet spécial, elle a réussi à créer un personnage spectaculairement effrayant !

Rendez-vous en salles le 19 septembre 2018 pour découvrir La Nonne. Le film est disponible en ScreenX dans les salles équipées.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier