TOUT WARNER BROS.

Tremblez avec les nouveaux classiques de l’horreur

S’inspirant de leurs prédécesseurs, les cinéastes actuels nourrissent la création d’aujourd’hui avec les références d’hier. Un hommage d’autant plus vibrant quand il est rendu au film d'horreur, genre codifié par essence. Dans la lignée des Romero ( La Nuit des morts-vivants ), Craven ( Les Griffes de la nuit ) et Friedkin ( L'Exorciste ), la nouvelle génération emmenée par James Wan rebat les cartes de l’épouvante avec maestria. Sueurs froides garanties.

Diptyque Conjuring

Fondu de films d’horreur depuis le premier Saw (2004) – opus qu’il a réalisé, avant de rester producteur exécutif de la saga – James Wan s’est imposé comme le maître de la peur depuis une dizaine d'annéees. Avec lui, mieux vaut s’accrocher à ses popcorns, comme en attestent ses nombreuses récompenses, dont un Fright Meter Award et une double distinction au Festival de Gérardmer . Pourtant, à l’entendre, on aurait presque l’impression que la recette est simple. « Je voulais (…) réaliser un film qui réunisse tout ce que j’aime à propos des maisons hantées et des films de fantômes », a-t-il confié à la sortie de Conjuring , en 2013.

Conjuring21

Lui qui a découvert Lorraine et Ed Warren à l’adolescence se dit « fasciné » par ce couple d’enquêteurs paranormaux, à qui il a déjà consacré deux films. En ouvrant les fameux dossiers Warren avec Vera Farmiga et Patrick Wilson dans les rôles-titres, James Wan a imaginé une boîte de Pandore pour les âmes sensibles. Les jump scares dont il a coutume de parsemer ses réalisations font plutôt penser à un diable dans la boîte. On sursaute, on frissonne, on retient sa respiration. Pas de doute, la presse a vu juste en le couvrant de louanges pour Conjuring 2 (2016) .

« Tout en délivrant une synthèse efficace des motifs de l'épouvante contemporaine - dont il est, à n'en pas douter, l'un des tout meilleurs artisans -, James Wan se joue avec brio des terreurs enfantines » (Les Fiches du Cinéma)

Si vous ne craignez pas de vous confronter à la nonne démoniaque d’Enfield, ni à la comptine de l’Homme Tordu , retrouvez Conjuring 2 en VOD et téléchargement en cliquant ici et en Steelbook Blu-ray précommandable ici .

Annabelle , spin-off habité

Dans la foulée du triomphe du premier volet des mésaventures des Warren ( 318M$ de recettes internationales ), James Wan a décliné Conjuring en un spin-off des plus glaçants : Annabelle (2014) . Mis en scène par John R. Leonetti , ce film conserve la patte Wan grâce à la présence de ce dernier à la production. Les deux hommes se connaissent bien puisque Leonetti est son directeur photo attitré. Là encore, le frisson qui parcourt le public a gagné les cimes du box-office, en allant jusqu’à battre le précédent record sur le sol français, avec 1.5 million d’entrées enregistrées contre 1.2 million pour Conjuring .

Annabelle2

En termes de chiffres, l’élève a dépassé le maître. Sur le plan narratif, c’est une histoire proche de celle de Conjuring qui frappe les esprits. La puissance maléfique ne prend cette fois pas ses quartiers entre quatre murs mais dans le corps d’une poupée . Annabelle, qui donne son titre au film. À la fois spin-off et prequel , le long métrage avait été introduit dans la séquence d’ouverture de Conjuring . Si le thème de la possession par un esprit malin est un leitmotiv éprouvé, il fait toujours ses preuves, d’autant que l’annonce d’une suite pour l’an prochain attise déjà toutes les frayeurs.

Sandberg, l’héritier de Wan avec Dans le noir

Préfigurant Annabelle 2, Dans le noir (2016) est le succès surprise de cet été, au rayon angoisse. Brillant huis-clos , qui s’appuie sur un nombre de personnages restreint, peu de dialogues et une tension constante, ce premier film d’un cinéaste prometteur a impressionné critique et spectateurs. On le doit au Suédois David F. Sandberg et à un producteur au nom familier : James Wan ! Tous deux ont un Fright Meter Award à leur palmarès et c’est justement en reportant le premier prix avec son court métrage éponyme que Sandberg a été repéré par Wan, qui a décidé de produire la version longue .

DansLeNoir7

Protégé de James Wan, David F. Sandberg fait figure de prodige de la mise en scène . « On n'attendait pas forcément beaucoup de ce long-métrage en forme d'exercice de style, mais il faut bien reconnaître que le résultat se hisse au panthéon du genre en atteignant son unique objectif : faire peur », salue L'Écran Fantastique , tandis que Le Parisien assure : « La promesse de cauchemars à venir est tenue ». Oscillant entre clins d’œil référentiels et audaces stylistiques, il donne une nouvelle définition au film de genre. Sandberg aura le loisir d’exprimer le talent dont il est doué aux manettes de son prochain projet, Annabelle 2 . Actuellement en post-production, ce film attendu pour le courant 2017 devrait confirmer que la jeune garde hollywoodienne a aussi ses classiques .

Disponible en Blu-ray et DVD en cliquant ici .

Vous aimerez aussi

Attention