Warner Bros. Actualités

Westerns : Randolph Scott, le roi du Western

Publié

Westerns : Randolph Scott, le roi du Western

Avec une filmographie largement dédiée au Western et riche de plus d’une centaine de titres, Randolph Scott a longtemps véhiculé l’image du 'lonesome cowboy', en faisant battre le cœur du public féminin de l’époque et en servant de modèle aux petits garçons. Si l’attitude nonchalante qu’il a coutume d’insuffler à ses personnages révèle un jeu « poker face » qui n’est pas sans rappeler celui de Buster Keaton, Randolph Scott préfère sans nul doute le film d’aventure à la comédie.

Faisant partie des pionniers de l’ère du parlant, il a collaboré avec certains des plus grands réalisateurs de l’Âge d’Or hollywoodien et peut se prévaloir de figurer parmi les acteurs-vedettes du Western, un genre dont il admirait les valeurs patriotique et dont il a porté le flambeau durant trente ans, avant de mettre fin à sa carrière – au sommet de sa gloire – voyant que le Western Spaghetti prenait le pas et qu’il était en âge de passer le relai à la jeune génération. L’un de ses derniers films, Le Courrier de l’or (1959), retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse en étant sélectionné dans la Collection Westerns des Trésors Warner ; l’occasion de revenir sur le parcours que cet acteur mythique.

Né en 1898 à Orange County, en Virginie, Randolph Scott grandit dans l’État voisin de Caroline du Nord, à Charlotte, dans un environnement encore marqué par le passé sudiste d’une population au patriotisme affirmé. De descendance écossaise, Randolph – qui s’appelle en réalité George, mais qui préfèrera opter pour son second prénom à l’âge adulte – reçoit une confortable éducation et fréquente de prestigieux établissements privés dès l’école primaire. Le milieu bourgeois dont il est issu lui permet de pratiquer de nombreuses activités sportives et de se forger une carrure athlétique, qui sera l’atout incontestable de ses débuts d’acteur.

Toutefois, le cours de l’histoire l’oblige à mettre ses rêves de cinéma à plus tard et, tandis que la Première Guerre mondiale éclate, c’est d’abord sur les champs de bataille que sa bonne condition physique va lui servir. En 1917, Randolph n’a pas vingt ans mais s’enrôle sans sourciller dans l’artillerie américaine pour combattre l’ennemi qui gangrène alors l’Europe. Au-delà de la maturité et du sentiment d’indépendance que lui apporte cette expérience, sa maîtrise du maniement des armes facilitera son immersion dans les rôles de fines gâchettes, son leitmotiv.

Pour faire son entrée dans le monde du cinéma, Randolph s’installe à Los Angeles et passe des essais, mais n’aura pas à attendre longtemps car son père lui donne un coup de pouce. En faisant jouer ses relations, ce dernier réussit à le présenter à Howard Hughes, qui s’occupe de lui trouver un petit rôle ; nous sommes en 1928 et sa carrière est lancée ! Dès lors, Randolph Scott enchaînera les rôles au sein de films d’aventures efficaces, dont le point d’orgue reste Le Courrier de l’or (1959), Western méconnu signé Budd Boetticher, avec qui Scott collaborera au total à sept reprises.

Grâce à la Collection Westerns des Trésors Warner, découvrez la panacée des films rares ou méconnus qui constituent l’essence de ce genre fondamental du cinéma américain !

Pour rappel, l’ensemble des films de la collection Westerns est disponible sur le portail officiel Warner.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier