Warner Bros. Actualités

Howard Hawks, le perfectionniste

Publié

Howard Hawks, le perfectionniste

En marge du cycle que La Cinémathèque française consacrait à Howard Hawks en 2007, Jean-François Rauger soulignait : « Le cinéma de Hawks n’en finira jamais de livrer ses secrets », évoquant « un art stoïcien (…) une filmographie impressionnante, riche en chefs-d’œuvre ». Si le talent de ce pilier de l’âge d’or hollywoodien s’est exprimé à travers plusieurs genres, on retiendra surtout la noirceur du Grand sommeil, l’aventure de Rio Bravo et l’humour de L’Impossible Monsieur Bébé, avec Cary Grant et Katharine Hepburn. Sorti en 1938, ce bijou de comédie romantique porte la patte hawksienne : des émotions nuancées, une intrigue accrocheuse et un double niveau de lecture. Édité en DVD au sein de la collection Patrimoine - Romances et Comédies romantiques, ce film est l’occasion de revenir sur les traits marquants du maestro .

Audace et classicisme

Malgré son appartenance à la branche classique du cinéma américain, Howard Hawks ne s’est jamais cantonné aux films convenus qu’ont pu réaliser ses pairs. Avec lui, cynisme et faux semblants s’accordent, de sorte qu’on ne sait jamais jusqu’où il va mener son public. À l’instar des dialogues riches en sous-entendus de L’Impossible Monsieur Bébé . Décrit comme « l’une des plus importantes screwball comedy d’Hollywood » par Critikat.com , ce film est aussi le premier qu’Hawks et Grant tournent ensemble. D’aucuns diront que la présence de Katharine Hepburn – alias 'box-office poison' – à ses côtés, a porté préjudice à L’Impossible Monsieur Bébé , qui n’a connu qu’un demi-succès à sa sortie en salles. Pourtant, la ferveur cinéphile qui entoure aujourd’hui ce long métrage montre qu’il était mésestimé à l’époque. Hawks profitera de sa liberté artistique pour glisser des touches de fraîcheur , dénotant avec sa réputation de perfectionniste ; décidant même parfois de la mise en scène en dernière minute, sur le tournage.

LImpossibleMonsieurBebe3

Perfectionniste, le cinéaste l’était pourtant, au regard des prodigieux accomplissements qu’on lui doit, tant sur la pellicule, que côté coulisses. Né dans une riche famille d’industriels du Midwest, le jeune Howard a d’abord été pilote de course , avant de s’engager dans l’aviation militaire pour combattre sur le front de la Première Guerre mondiale. Un goût pour la vitesse qui se lit en filigrane de sa prolifique filmographie, bien que, narrativement, Hawks préfère prendre son temps et dérouler l’arc de ses protagonistes de façon progressive. Brièvement introduit au cinéma comme acteur, au milieu des années 1920, il passe rapidement derrière la caméra et, au fil de sa carrière, exercera différents postes (réalisateur, producteur, scénariste, technicien, monteur).

Pygmalion

Si Cary Grant est lié à Hitchcock à travers les quatre thrillers dont il est tête d'affiche, de Soupçons à La Mort aux trousses , il n’est pas seulement le comédien fétiche du maître du suspense, mais aussi celui d’Howard Hawks, pour qui il a tourné à cinq reprises. Bien que ni l’un ni l’autre de ces réalisateurs n’ait permis à Grant d’être cité aux Golden Globes et aux Oscars®, ils sont ceux qui ont façonné le mythe . Un art dans lequel Hawks excelle, comme il le prouvera en 1944 avec Lauren Bacall . En faisant d’elle la star glaciale et envoûtante du Port de l'angoisse , le cinéaste ne cherchait pas seulement une actrice correspondant au rôle de Marie 'Slim' Browning, il voulait donner naissance à une star. Un diamant brut qu’il déniche par l’entremise de son épouse, la véritable chasseuse de têtes ayant décelé le potentiel de Bacall en une du Harper’s Bazaar .

LImpossibleMonsieurBebe4

À la manière d’Edward C. Judson, qui avait convaincu Rita Hayworth d’effectuer d’importants changements physiques et artistiques pour goûter au feu des projecteurs, Hawks modèle sa star en herbe. Sous son impulsion, la jeune femme change de nom, de style vestimentaire et de diction, à raison de cours spécifiques qu’elle est fortement encouragée à suivre. La transformation est totale , mais la timidité demeure ; une chance, puisque c’est cette timidité qui lui donne son surnom, ' The Look '. Sans Howard Hawks, la partenaire d’Humphrey Bogart n’aurait jamais été la Lauren Bacall qu’on connaît et qu’on admire. Fort de son instinct et de sa cinéphilie aiguisée, Hawks est parvenu à imposer sa vision , sans dénaturer son style . La marque des grands.

Pour (re)découvrir L’Impossible Monsieur Bébé , rendez-vous avec la collection Patrimoine – Romances et Comédies romantiques , en cliquant ici.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier