Warner Bros. Actualités

Marlon Brando, un acteur en or

Publié

Marlon Brando, un acteur en or

Comédien fétiche d’Elia Kazan et modèle de James Dean, Marlon Brando est un mythe inégalable. Impossible de résumer sa personnalité sans en éluder certaines facettes. Pourtant, quand on pense à Brando, l’image qui s’impose est celle qu’un monstre sacré aux airs de rebelle mélancolique . Un colosse aux pieds d’argile, qui ne se remettra jamais d’une enfance mouvementée passée à désespérément vouloir briller aux yeux de sa mère. C’est finalement auprès des foules qu’il trouvera la reconnaissance, avec une carrière sertie de l’or de deux Oscars® et du bien nommé Reflets dans un œil d’or (1967) . Disponible en cliquant ici.

De la bohème à Hollywood

Pour comprendre le sentiment de rébellion qui gronde en Marlon Brando, il faut remonter à ses origines modestes, quand il n’était encore qu’un kid du Nebraska élevé par des parents alcooliques . Censée le canaliser, l’école militaire dans laquelle il est envoyé à cause de son échec scolaire lui ouvre la voie en éveillant sa vocation théâtrale . Ce n’est toutefois pas suffisant pour contenir son tempérament de feu car le jeune homme multiplie les actes d’insubordination. Il prend alors lui-même les devants en quittant l’école avant d’en être exclu et trace sa route en solo avec le théâtre en ligne de mire.

RefletsDansUnOeilDOr2

Installé à New York au début des années 1940, il suit les préceptes de Stella Adler et de Constantin Stanislavski . En dépit de son approche distanciée du métier d’acteur et de son apprentissage en dilettante, cette période est particulièrement formatrice. En effet, à rebours des dogmes hollywoodiens de l’époque, Brando privilégie l’improvisation , en se détachant du texte pour s’approprier pleinement ses rôles. Un style instinctif et authentique qui sera sa patte. Passé par l’Actors Studio et Broadway , il crève l’écran en 1951, quand il s’affiche en marcel blanc dans l’adaptation cinématographique de la pièce de Tennessee Williams par Kazan, Un Tramway nommé désir .

Insaisissable séducteur

Le sulfureux rôle de Stanley Kowalski le consacre au rang de sex symbol mais, a contrario de son homologue féminine Marilyn Monroe qui peinera toute sa carrière à décrocher un rôle sérieux, Marlon Brando suscite la confiance des cinéastes pour des projets exigeants . Le succès académique ne se fait pas attendre et, après une triple citation, il obtient l’Oscar® du meilleur acteur pour Sur les quais (1954), le hisse définitivement au rang d’acteur reconnu. Première récompense de ce type et dernière collaboration avec Kazan . Engagé sur le plan politique et civique, il se détournera de son mentor au moment de l’affaire des dénonciations de la commission McCarthy. Les rôles s’enchaînent, les registres aussi et Brando poursuit son parcours sur les cimes du cinéma américain.

RefletsDansUnOeilDOr3

En 1961, il tourne son unique réalisationLa Vengeance aux deux visages / One-Eyed Jacks – mais revient face-caméra l’année suivante. Réputé ingérable, Marlon Brando est parfois comme un lion en cage sur les plateaux de tournage. Ses coups d’éclats sont tels qu’il ferait presque passer la mutinerie des Révoltés du Bounty (1962) pour une tranquille croisière. Contrastant avec le décor paradisiaque polynésien, il fait vivre l’enfer à Lewis Milestone et Carol Reed , les réalisateurs du film. Il a beau camper le second du capitaine dans un uniforme qui rehausse sa stature Brando, presque quarantenaire, sait qu’il a franchi un cap. Avant de devenir le Don Corleone de Francis Ford Coppola en s’affichant au sommet de la trilogie du Parrain, il connaît une période en creux rythmée par des films en deçà de son talent. En 1967 toutefois, le comédien livre une saisissante performance pour John Huston (autre monstre sacré) avec Reflets dans un œil d’or. Il y donne la réplique à une Elizabeth Taylor qui vient de se distinguer dans un rôle du même acabit dans Qui a peur de Virginia Woolf ? et rappelle, s’il en était vraiment besoin, toute l’ampleur de sa maestria.

Retrouvez Reflets dans un œil d’or au sein du coffret Blu-ray™ DVD John Huston. Disponible en cliquant ici.

Il comprend :

  • Le Faucon maltais
  • Key Largo
  • Le Trésor de la Sierra Madre
  • Reflets dans un œil d’or

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier