TOUT WARNER BROS.

Ça : Critiques dithyrambiques et records en série

On n’aimerait pas croiser le diabolique clown Ça (alias Pennywise) au détour d’un soupirail, mais force est de constater que le public se presse pour le voir sur grand écran. Portée à la télévision dans les années 1990, la créature de Stephen King bénéficie enfin d’une adaptation à sa mesure avec Ça , en France le 20 septembre . En plus des milliers d’Américains à avoir découvert le film dès sa sortie US (avec un démarrage record à plus de 117 millions de dollars ), la presse internationale est conquise. Tour d’horizon des meilleurs retours.

Meilleur démarrage pour un film d’horreur

Aussi attendue que redoutée, la version cinématographique de Ça dépasse les attentes en s’offrant un premier weekend d’exploitation au sommet. Les séances spéciales se sont succédé : caméra cachée à la sortie d’un cinéma avec clown sortant d’un égout, ou en la présence d’un invité surprise, Stephen King himself , qui a salué le travail d’adaptation de Chase Palmer, Cary Fukunaga et Gary Dauberman , les coscénaristes du film. Un autre fan de taille est le cinéaste Xavier Dolan qui a indiqué sur Twitter que Ça était ni plus ni moins « [son] film du siècle ».

ca-it-critiques-positives-record-box-office

« Ce nouveau Ça a plus d’esprit et donne plus de corps aux idées de King sur les angoisses de l'enfance et le pouvoir corrosif de la peur » (Vulture)

Au palmarès du long métrage, on liste d’ores et déjà plusieurs records : meilleur démarrage pour un mois de septembre et pour l'automne plus globalement (devant les 55 M$ de Gravity ), meilleur démarrage pour un film d'horreur et second meilleur démarrage pour un film classé « R » (interdit aux moins de 17 ans non accompagnés d'un adulte). Surtout, Ça s’impose comme le cinquième film d'horreur le plus lucratif de tous les temps aux États-Unis , derrière L'Exorciste (232 M$) ou Conjuring (137 M$). Nul doute que le clown a de quoi sourire…

À Deauville hors-compétition

Doté de 87% de critiques positives sur Rotten Tomatoes , le bijou d’Andy Muschietti mêle à la perfection drame, horreur et suspense pour un film référentiel teinté d’une nostalgie eighties. « Pennywise a beau être à l’affiche, ce sont les enfants qui sont au centre du film », souligne le Detroit News , dans la veine du Toronto Star , qui loue « l’équilibre entre les aspects cauchemardesques et de tendres histoires d’avenir ».

ca-it-critiques-positives-festival-deauville

« Une symphonie de la méta-horreur orchestrale, un cauchemar éveillé » (The Washington Post)

Pendant que le film battait des records sur ses terres, l’actualité de ce weekend était aussi chargée à Deauville , où il était projeté dans le cadre des avant-premières du Festival du Film américain. Une projection événement d’autant plus glaçante qu’elle s’est accompagnée de figurants déguisés en petits Georgie , avec ciré jaune et ballon rouge à la main. Applaudissant « un pari réussi », LCI explique que Ça « a fait disjoncter le trouillomètre » de la cité balnéaire normande.

Tandis qu’IGN France évoque déjà les rumeurs de suite, faites connaissance avec le monstre clownesque le 20 septembre au cinéma !

Et, si vous ne craignez pas de vous confronter à Pennywise, rendez-vous dès à présent sur les réseaux sociaux. À vous de jouer !

Vous aimerez aussi

Attention