TOUT WARNER BROS.

Bonnie and Clyde : Le classique d’Arthur Penn a 50 ans

Bonnie and Clyde (1967) . Derrière les noms de ce couple de criminels en cavale qui a vraiment existé, Penn explore l’Amérique désabusée de l’après crise de 1929. Présenté en version restaurée au Festival Lumière de Lyon en 2014, son film avait fait l’ouverture de la 6e édition avec une invitée de marque : Faye Dunaway . Formant avec Warren Beatty le mythique duo, elle a contribué à véhiculer une fascinante image de la femme fatale de la Grande Dépression. Alors que Ben Affleck fait de cette période le décor de Live By Night (actuellement en salles), l’un des films qui restitue le mieux son essence souffle sa 50e bougie cette année. L’occasion de se pencher sur un chef-d’œuvre intemporel, disponible en Blu-ray™ en cliquant ici .

« Nous dévalisons des banques »

Inspiré d’une histoire vraie , l’intrigue du film captive : États-Unis, dans les années 1930. Bonnie Parker et Clyde Barrow s’aiment envers et contre tout et, même, contre la loi. Menant une vie de gangsters, ils parcourent les routes américaines en multipliant les braquages… n’hésitant pas à tuer quiconque tenterait de stopper leur course folle. Accompagnés de complices aussi déterminés qu’eux, les amants maudits vivent leur histoire d’amour à pleine vitesse, mais surtout à leurs risques et périls.

BonnieAndClyde1

Marginaux à la gâchette facile, têtes brûlées, bandits de grands chemins : les qualificatifs ne manquent pas pour évoquer Bonnie et Clyde, tandem de personnages éternels, immortalisés par la fameuse réplique : « Nous dévalisons des banques ». Comptant parmi les plus célèbres criminels du XXe siècle , ils ont largement nourri la culture populaire, à l’instar du tube que Gainsbourg a composé pour Brigitte Bardot en 1968, ou du film que Fritz Lang signait dès 1937, J'ai le droit de vivre, première adaptation de leur histoire sur grand écran. Même les rois du hip-hop Beyoncé et Jay-Z leur ont rendu hommage avec une chanson éponyme.

BonnieAndClyde2

Critiques dithyrambiques

Doublement oscarisé® (meilleure photo et meilleure actrice secondaire pour Estelle Parsons), Bonnie and Clyde joue sur les zones d’ombres d’un duo d’anti-héros aussi condamnables que charismatiques. Des films de gangsters d’Hawks et Walsh aux séries mafieuses dans la veine de Boardwalk Empire , l’archétype du truand qui sent son cœur se serrer lorsque l’étau de la justice se resserre est un leitmotiv éprouvé mais toujours efficace. « Pour envoûter ainsi le public, il faut le talent des auteurs, mais aussi la séduction des interprètes », note France Soir à l’époque de la sortie du film d’Arthur Penn.

BonnieAndClyde3

Même enthousiasme dans les colonnes de Positif : « Arthur Penn (…) a réalisé avec son meilleur film, l'œuvre la plus publique, la plus efficace de sa carrière ». Dans les petits papiers de la presse, le long métrage reçoit aussi les louanges du Monde qui observe que « la fantaisie, l'humour, le charme, une sorte d'extravagance savoureuse ne cessent d'avoir pour contrepoints immédiats dans son récit la gravité, la violence, l'horreur, le désespoir ». Portant la marque des grands, la funeste et marginale romance mise en scène par Penn rappelle la part d’humanité qui anime les personnages les plus sulfureux. Souvent copié, mais jamais égalé, Bonnie and Clyde reste intemporel du haut de son cinquantenaire .

Redécouvrez-le en édition Blu-ray™ en cliquant ici et digitale en cliquant là

Attention