Warner Bros. Actualités

Plongez dans les coulisses d’Annabelle 2

Publié

Plongez dans les coulisses d’Annabelle 2

En 2014, Annabelle faisait trembler 1.6 million de spectateurs en France. Fidèle à l’esprit de ce modèle, Annabelle 2 promet un déluge de frissons, d’autant que la presse a déjà fait part de ses 100% de satisfaction sur Rotten Tomatoes . Avant sa sortie le 9 août , découvrez l’envers du décor.

Annabelle24

Retour aux sources

Comme le savent les fans de la saga Conjuring , la poupée Annabelle existe vraiment. Exposée dans le musée personnel du couple Warren, elle a fait vivre un cauchemar aux familles qui ont eu le malheur de croiser sa route. Si son visage de porcelaine a glacé le sang du grand public, la véritable Annabelle est une poupée de chiffon. Mais il ne faut pas se fier à ses airs de jouet pour enfant, comme Lorraine Warren l’a rappelé en tant que conseillère du premier film. Après John R. Leonetti , c’est David F. Sandberg ( Dans le noir ) qui tient les rênes de la réalisation d’Annabelle 2 . Prenant la forme d’un prequel, ce thriller horrifique met en scène un groupe de jeunes orphelines prises pour cible par la poupée. Inspirée du musée d’Heritage Square de Los Angeles, la maison de style gothique des Mullins donne le ton. Ancrer le film dans les années 1940-1950 a demandé rigueur et minutie aux équipes de confection des costumes, accessoires, ainsi qu’au département des décors.

Annabelle25

« J’ai envisagé ce film un peu comme un western » (David F. Sandberg)

Inquiétant passé

Tourné au sein des studios Warner Bros., ce huis clos permet à David F. Sandberg de rester dans un registre qu’il maîtrise. « On avait tout un jeu de murs et de plafonds amovibles , on pouvait placer des caméras et des grues où on voulait », explique Sandberg. Désignant Conjuring comme « un film qui se démarque vraiment du cinéma d'horreur contemporain », le protégé de Wan explique : « Je me souviens avoir été très intrigué par cet univers et impatient de m’approprier ce registre en proposant un vrai classique du genre ». « Il sait parfaitement jouer avec nos peurs et construire la psychologie des personnages », souligne le producteur Peter Safran . Anthony LaPaglia ( FBI : Portés disparus ) salue aussi le talent du jeune cinéaste en précisant : « J’étais ravi qu’il soit prêt à prendre des risques dans sa mise en scène ». Tradition oblige, un prêtre a béni le plateau au premier jour de tournage et le moins que l’on puisse dire est que l’atmosphère était particulière dès que la poupée entrait en scène.

« Même les acteurs s’en méfiaient un peu », confie le prodige suédois.

Pour découvrir Annabelle 2 , rendez-vous au cinéma le 9 août . Âmes sensibles s’abstenir…

Attention