Warner Bros. Actualités

5 bonnes raisons de partir en mission avec les agents très spéciaux de Code U.N.C.L.E

Publié

5 bonnes raisons de partir en mission avec les agents très spéciaux de Code U.N.C.L.E

Berlin Est, début des années 1960. Contraints de faire équipe, pour défendre les intérêts de la future organisation internationale U.N.C.L.E, Napoleon Solo (un agent de la CIA) et Illya Kuryakin (un agent du KGB) vont devoir mettre leur animosité entre parenthèses le temps d’une mission à haut risque. Les conduisant d’Allemagne en Italie, cette mission les amène aussi à collaborer avec une nouvelle recrue de choc et de charme : l’envoûtante Gaby . Mais la fine équipe parviendra-t-elle à empêcher leurs ennemis communs d’armer une ogive nucléaire et, par conséquent, de mener le monde à sa perte ? Une chose est sûre, ces agents très spéciaux ont plus d’un tour dans leur manche.

Il y en a de nombreuses mais nous avons choisi 5 bonnes raisons d’aller voir Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E !

1.Pour la série d’origine

Inspiré du feuilleton culte des sixties Des Agents très spéciaux (1964-1968), le film de Guy Ritchie prolonge l’univers télévisuel de Norman Felton et Sam Rolfe sur grand écran, faisant le bonheur des fans de la première heure, comme des néophytes qui ne connaîtraient pas cette comédie d’espionnage de NBC. Marchant dans les pas de leurs prédécesseurs – Robert Vaughn et David McCallum – Henry Cavill et Armie Hammer reprennent le flambeau en donnant un bon coup de frais à l’univers d’origine. Frais et efficace, son film s’impose comme le digne héritier des 4 saisons et 105 épisodes qui ont vu se dérouler le fil du premier volet des aventures de Solo et Kuryakin.

2.Pour le duo Cavill / Hammer

N’ayant jamais partagé l’affiche d’un film jusqu’à aujourd’hui, Henry Cavill et Armie Hammer forment un duo détonant, dont l’alchimie insuffle une belle intensité à l’intrigue. Grâce à cet alléchant tandem de nouveaux interprètes, le film parvient à mêler glamour et sensations fortes en rappelant, au passage, que les années 1960 offrent un fabuleux décor pour une comédie d’espionnage, qui « est dans la juste note d'un cinoche à l'ancienne, sans l'obligatoire avalanche d'effets spéciaux », comme l’a souligné Le Nouvel Obs . Aussi drôles que prégnantes, ces deux têtes d’affiche prouvent, s’il en était besoin, que le leitmotiv du duo antagoniste n’est pas près de se tarir au cinéma. Également de la partie, Alicia Vikander (Gaby) ajoute une touche féminine, tout en se distinguant comme la révélation du film.

CodeUncle10

3.Pour la patte Guy Ritchie

Expert dans l’art de mettre en scène des comédies d’action au style léché et à l’intrigue pleine de suspense, Guy Ritchie confirme son statut de réalisateur chevronné avec cette « jolie réussite » ( Le Nouvel Obs ). Après le diptyque Sherlock Holmes et avant de dévoiler son Roi Arthur – actuellement en tournage et prévu dans les salles pour l’horizon 2016 – le cinéaste britannique profite d’Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E pour renouer avec l’écriture scénaristique. Un poste qu’il avait délaissé depuis 2008 et qui montre son implication toute personnelle dans ce projet. Revisitant, comme à son habitude, l’univers de départ avec une bonne dose de fun et d’irrévérence , il bouscule les codes du classicisme. Un savoureux cocktail dont il a le secret !

4.Pour le fun et l’action

À la fois divertissant et bourré d’action, Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E annonce la couleur dès la scène d’ouverture. Une séquence riche en rebondissements et en twists improbables, qui vaut son pesant de popcorns, à l’instar des nombreuses péripéties qui jalonnent le film de bout en bout. Captivé de la première à la dernière minute, le spectateur plonge au cœur des surprises et des déconvenues de la Guerre froide . Une époque trouble et peu représentée au cinéma, mais qui possède un charme vintage des plus appréciables. Foisonnant de gags et de répliques qui font mouche, le long métrage s’inscrit dans la lignée de Sherlock Holmes.

5.Pour l’enthousiasme de la presse

« Action, séduction, verve à tous les étages », résume Paris Match . Même son de cloche dans les colonnes de 20 Minutes , qui détaille : « Le fort réjouissant Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E s’inspire librement d’une série des années 1960 (...) Alors que le show était un brin bavard, Guy Ritchie multiplie poursuites et fusillades. Le réalisateur (...) s’amuse comme un gamin avec des jouets surdimensionnés ». Enfin, CinemaTeaser décerne sa Palme à l’alias de Kuryakin, en expliquant : « C'est Armie Hammer qui remporte l'adhésion tant son interprétation, drôle et humaine, emmène le film vers des sommets d'amusement ».

CodeUncle11

Pour rappel, Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E est actuellement à l’affiche. Pas une minute à perdre !

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier