Warner Bros. Actualités

Agents très spéciaux – Code U. N.C.L.E : Quand Jared Harris retrouve Guy Ritchie

Publié

Agents très spéciaux – Code U. N.C.L.E : Quand Jared Harris retrouve Guy Ritchie

À l’occasion de la sortie en salles, le 16 septembre prochain, d’ Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E , l’adaptation de la série culte des années 60 Des agents très spéciaux, retour sur le parcours de l’acteur britannique Jared Harris , qui tourne pour la seconde fois sous la direction de Guy Ritchie , le fin limier d’Hollywood, trois ans après le succès de Sherlock Holmes 2 : Jeu d’ombres .

Les Harris et le cinéma

Harris-Code-Uncle

Enfant de la balle, Jared Harris baigne depuis son enfance dans une famille qui a le cinéma dans la peau. Né le 24 août 1961 à Londres de l’acteur et réalisateur irlandais Richard Harris (Les Canons de Navarone, Les Révoltés du Bounty, Gladiator), davantage connu pour son rôle du professeur Albus Dumbledore dans la saga Harry Potter, et de l’actrice galloise Elizabeth Rees-Williams , célèbre dans les années 1940, c’est tout naturellement qu’il suit les traces de ses parents. Ses deux frères, Jamie Harris (Agents of S.H.I.E.L.D.) et Damian Harris (Gardens of the Night) emprunteront également la même voix, le premier comme acteur, le second comme réalisateur-scénariste.

Derrière la caméra

Avant de jouer l’acteur, Jared Harris commence par s’essayer à la réalisation, en 1983, sur les bancs de l’Université Duke, à Durham, en Caroline du Nord. Intitulé Darkmoor , le film de fin d’études en question est décrit par Harris comme un « thriller psychologique » mettant en scène un jeune orphelin croisant son père au mauvais moment. Tourné en collaboration avec un copain étudiant, Jeff Bennett (un futur doubleur très prolifique), le film requiert un budget de 60 000 dollars, une somme très élevée dans la mesure où l’acteur principal, diplômé au moment du tournage, n’a pas pu tourner l’intégralité des scènes. Malgré les contretemps et les couacs sur le tournage, Darkmoor n’empêche pas l’étudiant de décrocher son Bachelor of Fine Arts (BFA) en 1984.

À la conquête d'Hollywood

Harris-Downey Jr

Après ce premier passage derrière la caméra, Jared Harris court les castings dans le dessein de décrocher des rôles devant la caméra. C’est seulement en 1989 que son frère cadet, Damian, lui offre un rôle dans son premier film, Le Dossier Rachel , une romance 2.0 dans laquelle Charles, un adolescent de 19 ans, programme sa vie amoureuse par ordinateur. Jared y campe Geoffrey, son meilleur ami, avec qui il va organiser une méthode infaillible pour conquérir le plus de filles possibles. Sa carrière prend ensuite un virage à 180 degrés. Hollywood le sollicite et le propulse aux castings de films à gros budget et à fortes audiences. D’abord à l’affiche d’ Horizons lointains (1992) de Ron Howard (Au cœur de l’Océan), dans lequel il donne la réplique à Tom Cruise et Nicole Kidman, il campe ensuite un lieutenant anglais dans Le dernier des Mohicans (1992) de Michael Mann.

Une carrière en dents de scie

La suite de sa carrière est très inégale, oscillant entre des films alimentaires (Les aventures de Mister Deeds, Drôle de pères, Resident Evil : Apocalypse) et des rôles de faire-valoir aux côtés de pointures telles qu’ Harvey Keitel (Smoke, Brooklyn Boogie), Gary Oldman (Perdus dans l’espace), Kennett Branagh (Comment tuer le chien de son voisin), Adrien Brody et Milla Jovovich (Dummy), Gwyneth Paltrow et Daniel Craig (Sylvia). Cantonné à des seconds rôles voire des rôles de troisième plan, il tourne néanmoins sous la direction de réalisateurs de renom comme Oliver Stone , qui lui confie un rôle dans Tueurs nés (1994), Jim Jarmusch dans Dead Man (1995), Steven Soderbergh , qui lui octroie le rôle de l’assistant de Basher (Don Cheadle), l’expert en explosifs dans Ocean’s Twelve (2004), ou encore David Fincher pour L’étrange histoire de Benjamin Button (2008) dans lequel il campait le Capitaine Mike.

Harris-Benjamin-Button

La télévision lui ouvre ses portes

À l’instar d’un bon vin, plus Jared Harris avance en âge et plus l’acteur prend de la valeur. Depuis 2008, le Britannique a fait une belle incursion dans le petit écran , jouant deux rôles réguliers dans des séries à succès : le biochimiste au double-jeu David Robert Jones dans Fringe et le directeur financier fourbe Lane Pryce dans Mad Men . En 2011, Guy Ritchie fait appel à lui pour camper le très charismatique Professeur James Moriarty dans Sherlock Holmes 2 : Jeu d’ombres , aux côtés de Robert Downey Jr. et Jude Law. Si dans le premier volet des aventures mystérieuses du détective privé et de son fidèle acolyte Watson, le professeur était joué par l’acteur Ed Tolputt – que l’on ne voyait que de dos – pour sa suite, Guy Ritchie a recruté le cinquantenaire, machiavélique et sociopathe dans le rôle de l’ennemi juré du détective privé anglais.

Retrouvailles avec Guy Ritchie

Tournage-Sherlock

L’année 2015 sourit à l’acteur britannique de 53 ans, qui après avoir campé le 18ème président des Etats-Unis, Ulysses S. Grant, dans Lincoln (2012) de Steven Spielberg, sera à l’affiche de Poltergeist, le remake du film culte de 1982 réalisé à l’époque par Tobe Hooper et produit par Spielberg. Cette année marque également les retrouvailles avec Guy Ritchie , six ans après Sherlock Holmes 2, qui avait fait les beaux jours du box-office mondial (plus de 545 millions de dollars). Dans la comédie d’espionnage Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E., Jared Harris interprètera Sanders , le patron de la CIA qui charge l’agent Solo (Henry Cavill) de collaborer avec l’agent Russe Kuryakin (Armie Hammer) sur une mission commune pour déjouer un cataclysme planétaire.

Pour découvrir Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E , rendez-vous dans les salles obscures à partir du 16 septembre 2015.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier