Warner Bros. Actualités L'Actu Cinéma

Brooklyn Affairs : connaissez-vous vraiment Alec Baldwin ?

Publié

Après plus de dix ans de travail acharné, Edward Norton va enfin lever le voile sur sa deuxième réalisation : Brooklyn Affairs, le 4 décembre 2019. Dans ce thriller, l’acteur donne notamment la réplique à Alec Baldwin, un comédien né pour être une star.

A star is born

De son véritable nom Alexander Rae Baldwin III, Alec Baldwin a vu le jour à New York, le 3 avril 1958. Il est le deuxième né d’une famille de six enfants, tous devenus comédiens, notamment William Baldwin que l’on a pu voir dans Gossip Girl. Habité par l’envie d’être avocat, il suit des études en sciences politiques à l’Université George-Washington, mais se réoriente rapidement vers des cours d’art dramatique, avant d’être formé à l’Actor’s Studio par le célèbre Lee Strasberg. 1980 sonne l’heure des premiers pas à la télévision pour l’Américain, qui décroche un rôle récurrent dans la série The Doctors. Dans le même temps que l’arrêt du show, les portes du cinéma s’ouvrent pour l’acteur avec Forever, Lulu, d’Amos Kollek, en 1982.

Alec Baldwin, dans Brooklyn Affairs.

Working boy

Ce premier rôle en précède rapidement de nombreux autres. Mari mafieux de Michelle Pfeiffer, dans Veuve mais pas trop, compagnon infidèle de Melanie Griffith dans Working Girl, époux aimant de Geena Davis dans Beetlejuice, ou même cousin prédicateur de Jerry Lee Lewis dans Great Balls of Fire : Alec Baldwin crève le grand écran, tout en poursuivant le théâtre à Broadway avec des pièces acclamées comme Loot de Joe Orton et Le Baiser empoisonné. En 1990, Steven Spielberg lui propose le film Always qu’il refuse, lui préférant À la poursuite d’Octobre rouge de John McTiernan. Et c’est un coup gagnant, puisque son interprétation de l’analyste de la CIA, Jack Ryan, le hisse en tête d’affiche et lui ouvre définitivement les portes du succès. Succès qu’il rencontre en revêtant bien souvent le costume d’homme malveillant, dans Malice, La Jurée, A couteaux tirés ou Code Mercury. Dans le même temps que son triomphe à Hollywood, Alec Baldwin rencontre l’amour en la personne de Kim Basinger, sur le tournage de La chanteuse et le Milliardaire, en 1991. 1993, la même année que son apparition dans Guet-apens, le couple se dit “oui” et donne naissance à une petite Ireland le 23 octobre 1995.

Portrait d'Alec Baldwin.

Pas si simple

2001 : à peine leurs noces d’étain célébrées que la flamme s’éteint entre Alec Baldwin et Kim Basinger. Le feu de la colère s’allume alors pour les deux acteurs qui se livrent une bataille juridique acharnée dans la garde de leur fille. Ce divorce compliqué éloigne un temps le comédien du grand écran, qui se cantonne à de petits rôles. Très engagé dans la protection animale et fervent soutien de la PETA, il accepte tout de même de prêter sa voix au documentaire Meet your Meat en 2002, et de jouer au guest dans la 8e saison de Friends la même année. En 2004, il s’essaye à la réalisation, sans grand succès, avec Sexy Devil. Brisé par le jugement qui lui accorde la garde partagée, Alec Baldwin écrit le livre A Promise to Ourselves, dans lequel il s’en prend à la justice et accuse son ex-femme de l'empêcher de voir sa fille. Une mauvaise passe qui prend heureusement fin avec l’arrivée de la série 30 Rock, en 2006, dans laquelle il tient le premier rôle et qui lui offre de nombreux prix d’interprétation aux Golden Globes ou aux Emmy.

Alec Baldwin, face à Erdward Norton, dans Brooklyn Affairs.

Rock Forever

Alec Baldwin retrouve alors le haut de l’affiche dans Les Infiltrés de Scorsese, Raisons d’Etat de Robert de Niro, ou même dans la comédie romantique Pas si simple où il donne la réplique à Meryl Streep. 2013 marque sa troisième collaboration avec Woody Allen, dans Blue Jasmine, après Alice en 1990 et To Rome with Love en 2012. La même année, il épouse Hilaria Lynn Thomas, de 26 ans sa cadette, avec laquelle il aura quatre enfants. Un mois avant l’élection présidentielle de Donald Trump, l’acteur avoue son désamour pour le futur Président dans un sketch ovationné au Saturday Night Live. Et après des caméos dans BlacKkKlansman : J'ai infiltré le Ku Klux Klan, ou A Star is born, une apparition dans Mission impossible : Fallout, ou encore le doublage du héros de Baby Boss, Alec Baldwin retrouve donc son costume tant aimé d’homme antipathique avec le rôle de Moses Randolph, dans le Brooklyn Affairs d’Edward Norton. Rendez-vous pris le 4 décembre dans les salles obscures.

Brooklyn Affairs, de et avec Edward Norton, Alec Baldwin et Bruce Willis, au cinéma le 4 décembre.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier