Warner Bros. Actualités L'Actu Cinéma

Le Cas Richard Jewell : les confidences du casting du film de Clint Eastwood

Publié

Pour son 38e film sous la casquette de réalisateur, Clint Eastwood a choisi de revenir sur Le Cas Richard Jewell et de redonner son statut de héros à ce vigile. Au cinéma le 19 février 2020, le long-métrage peut compter sur des acteurs de talent comme Kathy Bates, Sam Rockwell ou le saisissant Paul Walter Hauser. Zoom sur les confidences de ces comédiens de choix.

Le mythe Clint Eastwood

Clint Eastwood, réalisateur du Cas Richard Jewell.

À bientôt 90 ans, et après avoir dressé des portraits d’hommes historiques comme Nelson Mandela dans Invictus ou J. Edgar dans son biopic, conté de sublimes love stories et levé le voile sur des thrillers mémorables, Clint Eastwood a porté son choix l’histoire vraie de Richard Jewell. En 1996, cet agent de sécurité avait découvert une bombe aux Jeux d’Atlanta, avant d’être suspecté d’avoir commis l’attentat. Pour réaliser son film, le cinéaste est parti d’un article du Vanity Fair écrit par Marie Brenner en 1997. Lorsque cette dernière a appris que Clint Eastwood souhaitait porter cet article à l'écran, elle n’en revenait pas : “J’étais abasourdie et folle de joie. Pour moi, c’est presque inimaginable que, 23 ans après l’attaque, une icône comme Clint Eastwood, qui s’est maintes fois intéressé aux droits des héros invisibles de la société, décide de raconter cette histoire-là avec le talent qu'on lui connaît, et ainsi de rendre enfin justice à Richard et Bobi Jewell.” Au cœur du long-métrage, Bobi Jewell et Watson Bryant ont eux aussi été très flattés de savoir que Clint Eastwood comptait relater cet épisode de leur vie. En témoigne le souvenir du producteur Tim Moore lorsqu’il a pris contact avec la maman de Richard Jewell et l’avocat : “Quand je leur ai dit que ce serait un film de Clint Eastwood, ils étaient surexcités parce qu’ils savaient que Clint saurait raconter la véritable histoire et qu’il saurait présenter Richard comme le héros qu’il méritait d'être”. Un respect pour le cinéaste qu’ils ne sont pas les seuls à éprouver.

Le Cas Richard Jewell, au cinéma le 19 février 2020.

À la tête d’une longue carrière qui force le respect, Kathy Bates (Bobi Jewell) n’avait pourtant jamais tourné sous la direction de l’Américain. C’est d’ailleurs l’idée de cette collaboration qui lui a fait accepter le rôle : “Je dois avouer qu’au départ, j’ai eu envie de faire le film pour travailler avec Clint Eastwood. J’étais enchantée d’avoir enfin une telle opportunité.” Tout comme elle, Paul Walter Hauser (Richard Jewell) était honoré de pouvoir travailler avec ce pillier du cinéma, et n’a pas été déçu par son expérience : “J’ai toujours rêvé de travailler avec Clint Eastwood et maintenant que je l’ai fait, je comprends pourquoi les acteurs l’adorent. Il est charmant, intelligent et il sait ce qu’il fait en tant que réalisateur. Il a une vision bien définie. Mais en même temps, il nous laisse assez libre : il veut qu’on trouve le personnage qu’on veut interpréter. Il nous fait entièrement confiance et j’en ai été personnellement très flatté.

Richard Jewell : un homme à qui l’on rend enfin justice

C’est pour cela que je voulais faire ce film, pour réhabiliter l’honneur de Richard. C’est un homme comme les autres, qui aspirait à devenir policier avant tout pour contribuer au progrès de l’humanité. Le jour où il a commis un acte héroïque, il l’a payé au prix fort et a été jeté en pâture aux lions.” Voici ce que déclare Clint Eastwood lorsqu’il s’agit d’expliquer pourquoi son nouveau long-métrage se concentre sur ce fait divers. Auteure de l’article du Vanity Fair, Marie Brenner raconte : “C’est rare qu’une histoire m'obsède à ce point et c’est encore plus rare que je reste en contact avec les personnes sur lesquelles j’ai enquêté. J’ai fini par me donner pour mission de rendre justice à cet homme.

C’est ce souci de réhabilitation qui a poussé Paul Walter Hauser à accepter de participer au film : “En tant qu’acteur, j’ai apprécié que le scénario montre l’envers de l’enquête et la façon désastreuse dont Richard a été traité. C’est une rédemption pour cet homme dont la vie a été bouleversée, voire anéantie par ces circonstances tragiques.” Le comédien voulait tellement rendre justice à cet homme, ainsi qu’à ceux qui l’ont connu, qu’il a travaillé d’arrache-pied pour s’approprier les mimiques et l'élocution de Richard Jewell. “C’est un privilège de rendre hommage à quelqu’un comme Richard mais il ne s’agit pas de l’imiter : l’idée est plutôt d’évoquer ce qu’il a été à ce moment-là et à cet endroit-là. Il était pétri de bonnes intentions – on a parfois du mal à croire que des personnes comme ça existent encore – et c’est pour ça qu’on a envie de prendre sa défense dans la vie et, je l’espère, également dans le film.

Sam Rockwell et Paul Walter Hauser, dans Le Cas Richard Jewell.

Clint Eastwood remarque : “J’ai eu de la chance à plusieurs reprises de faire des films où tout fonctionnait à merveille et dans le cas présent on peut dire que Paul est né pour jouer ce rôle. C’est un acteur exceptionnel. Il s’est effacé et a interprété Richard comme l’homme appliqué et candide qu’il était.” Si Paul Walter Hauser est impressionnant de justesse sous les traits de Richard Jewell, il n’est pas le seul à livrer une performance remarquable. Incarnant respectivement l’avocat Watson Bryant et Bobi Jewell, Sam Rockwell et Kathy Bates ont pu rencontrer leur alter ego pour étoffer leur interprétation.

Les rencontres entre le casting et les vrais personnages

Très soucieux de relater la véritable histoire de Richard Jewell, Clint Eastwood avait à cœur de faciliter la rencontre entre ses acteurs et ceux qu'ils allaient camper : “D’une part, je voulais aider Sam et Kathy à mieux comprendre qui ils incarnaient, et d’autre part, je voulais m’assurer que Bobi Jewell et Watson Bryant étaient satisfaits de notre travail, par respect pour eux et pour Richard, et je voulais recueillir leur avis.” C’est donc avec émotion que Kathy Bates se souvient de sa rencontre avec celle qu’elle incarne à l’écran : “Quand je lui ai parlé, elle m’a dit qu’elle pensait que les épreuves de Richard avaient contribué à son décès prématuré et que cela pouvait arriver à n’importe qui. [...] Elle s’est assise à côté de moi sur le canapé, on a regardé le scénario page par page et, à chaque fois, elle m’a expliqué ce qu’elle avait ressenti à ce moment-là. Elle m’a dit ce qu’elle avait éprouvé quand 15 ou 20 agents du FBI ont débarqué chez elle pour fouiller son appartement : ses papiers, ses carnets et ses journaux intimes, et même son tiroir à sous-vêtements.” Et de conclure : “Elle a maintenant plus de 80 ans mais comme c’était mon anniversaire quand on s’est rencontrées, elle m’a fait un quatre-quarts.

Kathy Bates est Bobi Jewell, dans Le Cas Richard Jewell.

De son côté, Paul Walter Hauser était bien évidemment très inquiet de l’avis que Bobi allait porter sur lui.Ça m’a plus intimidé de rencontrer Bobi Jewell que de rencontrer Clint Eastwood parce qu’elle est la mère du héros de notre histoire, se remémore le comédien. Elle aurait pu se méfier de moi ou être distante… Elle a été tout le contraire et la seule assurance dont j’avais besoin c’était de savoir que la mère de Richard était d’accord pour que je joue son fils.” La maman de Richard Jewell se souvient elle aussi très bien de l’instant où elle a découvert l’acteur : “Watson et moi avons pris l’avion pour la Californie le 1er mai. On nous a emmenés faire un tour des bureaux de Clint Eastwood. Dans l’une des pièces, il y avait le portrait de Richard au mur, puis ils ont amené le portrait de Paul. J’ai donné un coup à Watson, il s’est retourné et m’a dit :Mon dieu, il ressemble tellement à Richard. Ensuite j’ai rencontré Paul et ça m’a fait tout drôle. J’ai compris qu’il avait beaucoup visionné les vidéos car il avait même adopté sa démarche.”

Watson Bryant a également approuvé le choix de Paul Walter Hauser. “Paul a fait un boulot formidable, confie-t-il. Il a parfaitement cerné Richard et quand je le regarde, je vois que ce n’est pas Richard mais qu’il s’en approche beaucoup. Sa prestation a beaucoup touché Bobi. Avec Sam [Rockwell], ils sont tous les deux géniaux, ce sont des hommes formidables et on s’est très bien entendus.” Un avis partagé par Sam Rockwell : “J’ai passé environ sept heures avec [Watson Bryant] et sa femme quand je suis arrivé à Atlanta ; je lui ai posé des questions et je lui ai demandé d’enregistrer mes répliques. Cela m’a beaucoup aidé à construire mon personnage dans le film.” Des interprétations tout en justesse, pour une histoire importante et en plein dans l’actualité, à découvrir au cinéma dès le 19 février prochain.

Le Cas Richard Jewell, de Clint Eastwood, avec Paul Walter Hauser et Kathy Bates, au cinéma le 19 février 2020.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier