Warner Bros. Actualités L'Actu Cinéma

L'Art du mensonge : les confidences du casting du film de la rentrée

Publié

Le cinéma ne prend pas de vacances ! Ça, Ian McKellen et Helen Mirren le savent bien puisqu’ils seront à l’affiche de L’Art du mensonge dès ce 1er janvier 2020 ! Adapté d’un roman de Nicholas Searle, ce film de Bill Condon met en effet en scène le duo dans une intrigue riche en rebondissements, et en arnaques ! Confidences du casting à quelques jours de la sortie du long-métrage.

Du livre à l’écran

Ian McKellen, dans l'Art du mensonge.

Ouvrant l’année en beauté, L’Art du mensonge sort le 1er janvier prochain et son intrigue est issue du livre Le Menteur, écrit par Nicholas Searle. C’est d’ailleurs Greg Yolen, le coproducteur du film, qui a découvert le roman et l’a offert au réalisateur Bill Condon, son partenaire de cinéma depuis plus de dix ans, tandis que celui-ci embarquait pour un vol transatlantique. “Quand Bill a atterri, six heures plus tard, j’ai tout de suite reçu un mail, raconte Greg Yolen. Il disait : ‘On tient un film !’. Je pense qu’un des grands talents de Bill en tant que réalisateur c’est d’être capable de se plonger dans des personnages complexes et des histoires qui soulèvent de nombreuses questions, et de créer une œuvre sophistiquée qui soit en même temps un pur divertissement."

De son côté, l’auteur du Menteur n’a pas mis longtemps à approuver ce projet d’adaptation.J’ai adoré le scénario", s’exclame Nicholas Searle. "Jeffrey a fait un travail formidable. C’est différent, mais on retrouve l’esprit du roman et cela ne m’a posé aucun problème. Bill était l'homme de la situation. Il a une psychologie très fine concernant les personnages. Il a réalisé des films très divers, toujours avec beaucoup de sensibilité, et j’apprécie sa façon de s’intéresser non seulement à l’histoire au sens large, mais également aux individus.” Connu pour les réalisations de Dreamgirls, et des chapitres IV et V de Twilight, Bill Condon a beaucoup aimé travailler sur ce projet, surtout lorsqu’il a fallu s'atteler au montage. "Je dois dire que ce film a été un vrai bonheur du début à la fin, mais j'ai particulièrement apprécié le montage, confie-t-il. Le simple ajout ou retrait d'un plan – ou d'un dialogue – avait une telle incidence sur le résultat final que j'avais l'impression de devoir participer à un championnat de mots croisés !" Et le résultat justement, il est là : une intrigue rythmée en rebondissements et dans laquelle il faut se méfier des apparences…

Un puzzle réjouissant

Helen Mirren et Ian McKellen, dans l'Art du mensonge.

L’Art du mensonge raconte l’histoire de l’escroc professionnel Roy Courtnay (Ian McKellen) qui a déjà en vue sa prochaine cible : Betty McLeish (Helen Mirren), veuve depuis peu et dont la fortune s'élève à des millions de dollars. Bill Condon sait que les spectateurs aiment être déstabilisés par ce genre d’histoire. “Ce qui me plait le plus, c’est d’imaginer comment le public va reconstituer ce puzzle complexe avec tous ses rebondissements. Ce ne sont pas seulement les rebondissements qui vont surprendre les gens, mais comment ils surviennent et leur raison d’être.” Campant l’arnaqueur, Ian McKellen explique : “Les intrigues et les rebondissements nourrissent une histoire très divertissante. Mon premier critère quand j’examine un scénario, c’est de savoir s'il s'agit d'un film que j’aimerais aller voir au cinéma. J’aime les histoires où on ne sait pas ce qui va se passer à la seconde d'après. Il y a des moments où les spectateurs seront très surpris car on ne peut rien prévoir.” Un film où les apparences sont souvent trompeuses, comme le souligne le réalisateur. “C’est un thriller d’inspiration hitchcockienne, qui croise suspense, intrigue criminelle et émotions. Le récit s'articule autour de deux personnages d’une très belle complexité, interprétés par deux des plus grands acteurs de tous les temps au sommet de leur art. Ils savent vous maintenir jusqu’au bout dans l’incertitude, comme dans un bon polar. C’est terriblement amusant”. S’il brille par ses péripéties inattendues, le long-métrage peut en effet compter sur un tandem de choc, composé par Helen Mirren et Ian McKellen.

Le duo Mirren/Kellen au sommet

Le grand atout du film, c’est de voir ces deux stars se donner la réplique et nourrir leurs personnages de nuances et d'un style qui leur appartient. C’est un duo fabuleux qu’on attendait depuis bien trop longtemps à l’écran”, lâche le producteur Greg Yolen. Apparaissant sous les traits de Betty, Helen Mirren a beaucoup apprécier endosser ce rôle d’une veuve millionnaire et moins cupide qu’elle en a l’air. “J’aime les personnages qui ont de l’étoffe et une certaine complexité, affirme-t-elle. Mais Betty est très touchante. Elle n’a pas du tout l’air d’être forte.” Pour ce qui est de Ian McKellen, très prudent lorsqu’il lui faut parler de la personnalité de Roy Courtnay, il explique “qu’il risquerait de dire quelque chose que Roy ne voudrait pas que je vous dise. On comprend très vite que c’est un arnaqueur, mais pour savoir qui il est, d’où il vient et quelles sont ses motivations, il faut voir l’histoire se dérouler tout au long du film.” Et de glisser avec malice : “En tout cas, sa moustache est vraie, ça je peux vous le garantir !

L'Art du mensonge, au cinéma le 1er janvier.

Sur le plateau, les deux comédiens avaient une manière différente de travailler. “Pour Helen, ce qui importe le plus c’est l’expérience immédiate – la manière dont les choses se passent sur le moment”, souligne Bill Condon. En revanche, Ian s’appuie beaucoup sur les répétitions et les échanges : il étudie le scénario sous toutes les coutures, de même que les décors et les costumes. C’était fascinant de les voir fonctionner ensemble. À un moment donné, ils m’ont pris à part l’un après l’autre pour me dire à quel point ils étaient admiratifs l’un de l’autre et encenser leurs techniques respectives, si différentes, qui sont autant de façons de voir le monde.” Le comédien Russel Tovey (Stephen) confie quant à lui que : “Ian est vraiment super ! Il ne fait pas du tout son âge, c’est comme un pote, j’adore passer du temps avec lui. Quant à Helen, c’est un bonheur de travailler avec elle ! À un moment, je me suis rendu compte que j’étais assis à côté de Gandalf et de la Reine Elizabeth. Ce sont des acteurs extrêmement respectés avec des carrières immenses, mais qui restent modestes et ont les pieds sur terre. Quand on tourne des scènes ensemble et qu’ils s'investissent dans la scène avec vous, c’est une expérience très gratifiante.” Deux acteurs majestueux donc, à retrouver dès la rentrée au meilleur de leur forme, dans L’Art du mensonge, de Bill Condon.

L’Art du mensonge, de Bill Condon, avec Helen Mirren et Ian McKellen, au cinéma le 1er janvier 2020.

Attention

 
 
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×

Produit ajouté au panier