Game of Thrones - Saison 1

Un junket vu de l’intérieur

02/04/2012

Publication désactivée

 

 

Par Kameyoko, blogger.


 

Pour le lancement européen de la première saison de Game of Thrones, un Junket était organisé à Londres.
Un Junket, comme c’est appelé dans le milieu, c’est la réunion de journalistes avec l’équipe créative d’un film ou d’une série.
Journalistes et talents se réunissent autour de tables rondes minutées, dans un hôtel, sur une journée.
C’est quelque chose d’assez commun pour des journalistes.

 

Ça l’est moins pour un blogger.

 

Un jour, je reçois un mail de Warner Bros., le distributeur de la série.
Ils cherchent un regard nouveau sur ce genre d’évènement, le regard de quelqu’un qui n’y est pas habitué.
Ni une ni deux, je pose un RTT et me voici donc, mercredi 29 février à 7h13, dans l’Eurostar direction Londres et le Soho Hotel, où a lieu le Junket.

 

2h30 plus tard, arrivé à l’hôtel, à peine le temps de poser mes affaires que déjà sont constitués des groupes de 6-7 journalistes de toute nationalité.
Je me retrouve, dans le groupe 3, avec une française, 2 anglais, 1 polonais, un allemand et un hollandais.
Tous plutôt jeunes, probablement de médias web, ils connaissent la série sur le bout des doigts.

 

Nous sommes dans une des chambres de hôtel, débarrassée du lit, remplacé par une grande table ronde.
Seule la disparition du lit et la présence de cette grande table montrent que ce lieu a été mis à disposition d’un évènement particulier.

 

On se positionne tout autour de la table, attendant la première session de questions/ réponses.

 

Chaque groupe disposera de 20 minutes pour poser des questions à un acteur de la distribution.

Dans l’ordre, se présenteront:

 

- Nikolaj Coster-Waldau alias Jaime Lannister
- Kit Harington alias Jon Snow
- Alfie Allen alias Theon Greyjoy
- D.B Weiss et David Benioff les deux créateurs de la série
- Michelle Fairley alias Catelyn Stark
- et enfin la ravissante Emilia Clarke alias Daenerys Targaryen

 

Vu mon inexpérience de ce genre d’évènement, je suis à la fois intimidé, impatient et surexcité. Autour de moi, les autres journalistes semblent plus à l’aise, plus habitués à ce genre de confrontations.

 

 Allais-je réussir à poser les bonnes questions ?


 

Une attachée de presse annonce l’arrivée imminente de Nikolaj Coster-Waldau, alias Jaime Lannister, dit le Régicide

 

Un grand gaillard, assez costaud entre.
Il écœure dès le premier regard.
C’est définitivement un beau gosse, charismatique, proche de l’idéal du Prince Charmant.
Et, ce qui ne gâche rien, vraiment sympathique.

 

Il n’avait pas lu les livres auparavant, mais la qualité du script l’a conquis.

 

« Quand j’ai lu le script, j’ai été surpris lorsque mon personnage pousse Bran. Je me suis dit “waooo !”. Mais en même temps j’étais excité à l’idée de tourner cette scène. » Il sourit.
« En plus de l’inceste, j’étais curieux de voir comment ces scènes seraient accueillies par le public »

 

Une fois le tournage commencé il a été impressionné par la qualité de la production.
« Game of Thrones est un projet important avec de gros moyens, avec ces différentes plateaux et équipes de tournage, dans des lieux différents. C’était assez impressionnant. »

Un projet qui, du coup, lui prend aussi beaucoup de temps.« Le tournage de Game of Thrones dure environ six mois. Ce qui me laisse peu de temps pour d’autres projets. »

 

Mais il ne chôme pas. « J’ai un projet de film à Noël, intitulé Mama. C’est une histoire de fantôme. »

 

Cette première rencontre me met dans le bain, Le déroulement des interviews est assez libre.
Ni d’ordre préétabli, ni roulement.
Chaque journaliste est libre de poser ses questions quand il le veut. Ce qui laisse la place à l’improvisation et la spontanéité. Les échanges sont fluides, personne ne cherche à monopoliser la parole.

 

Vient le tour de Kit Harington, alias Jon Snow.


De visu, il semble plus jeune que dans la série. Mais on le reconnaît sans mal, très proche de son personnage, avec sa tignasse bouclée, brune presque noire.
Beaucoup moins impressionnant et plus petit que Nikolaj Coster-Waldau, il dégage un charisme certain, avec son air sombre et posé.

 

Il vient du théâtre. C’est son premier grand rôle. « Et c’est pourquoi Game of Thrones tient une part importante dans ma vie », nous dit-il avant d’enchaîner, avec un léger sourire très significatif « et pour quelques années encore. »

« Participer à une si grosse production était terrifiant au départ. »

« Je n’avais pas lu les livres avant de passer les auditions. J’ai lu le premier tardivement, mais j’ai ensuite dévoré les suivants. »

« J’adore le personnage de Jon Snow, mais Tyrion en est un autre. »

Il nous raconte quelques anecdotes de tournage avec les loups (enfin je crois que c’est des huskys) et conclut, « ce n’était pas facile de tourner avec ces animaux qui ne faisaient que rarement ce qu’il fallait, quand il le fallait. »

 

David Benioff et D.B Weiss le remplace.

 

C’est l’équipe créative, instigatrice du projet. Ils sont très détendus, décontractés et n’hésitent pas à blaguer. Mais sans jamais perdre un vrai professionnalisme et un véritable attachement au matériel de base, derrière cette apparence très cool.

Ils parlent de leur adaptation, de l’accueil du public et de quelques unes de leurs craintes, notamment la perception du sexe par les téléspectateurs. Parce que le sexe est très présent, visible et peut choquer. Mais, ils ont surtout expliqué comment ils avaient réussi à convaincre Georges R.R. Martin.

 

« Nous avons invité Georges R.R. Martin à un déjeuner. Nous lui avons expliqué que nous souhaitions adapter ses livres. Que nous voulions être très fidèle et retranscrire au mieux son univers. Il n’était pas question d’aseptiser le contenu. C’est, je pense, cette approche qui l’a convaincu de nous laisser faire. »

Retranscrire fidèlement le livre oui, mais en prenant quelques libertés sur les âges de certains personnages, comme Daenerys et ses 13 ans:

« Bien sûr. Si nous avions respecté l’âge de Daenerys, nous serions en prison » dit D.B Weiss en rigolant.

« Nous n’aurions jamais été diffusé en prenant une jeune actrice jouant ces scènes de sexe et de nudité [...] Même si Emilia Clarke est plus vieille que son personnage, ça n’a pas d’importance. Nous voulions quelqu’un qui incarnerait parfaitement Daenerys. C’est le cas d’Emilia. [...] Ce qui importait c’était de trouver le bon casting, et les bons acteurs pour les différents rôles, même s’ils pouvaient être un peu plus vieux. »

 

 

C’est au tour d’Alfie Allen, Theon Greyjoy, d'entrer dans la pièce.

 

Avec ses cheveux tirant vers le roux, son gabarit peu imposant et ce physique bien britannique, on a du mal à l’imaginer comme un guerrier, comme un Greyjoy, des Îles de Fer.

Très décontracté, il nous parle de son rôle dans la première saison, un peu secondaire, mais qui deviendra plus important et plus intéressant dans la deuxième saison. Il raconte aussi ce que sa famille (sa sœur étant Lily Allen et son père Keith Allen, un acteur) a pensé de sa prestation et de son rôle et nous vivons notre première digression. Le journaliste anglais, qui a posé la question, insiste tellement sur ce point, qu’il provoque l’hilarité de l’ensemble des personnes autour de la table, Alfie compris. Je pense que beaucoup, étrangers comme moi, ne connaissant pas son père et découvrant qu’il est le frère de Lily Allen ont été surpris de voir le monde des 7 royaumes pris en otage par les gossips anglais. On en revient enfin au sujet quand un Alfie Allen, reprenant avec mal son serieux, détaille les 7 castings différents auquel il a dû prendre part pour devenir un fer-né.


 

C’est enfin une actrice qui s’assoit avec nous. La pétillante et dynamique Michelle Fairley alias Catelyn Stark.

 

Cette femme dans la force de l’âge, très fine et coquette respire la vie. Sans son costume de Lady Stark, elle apparaît très simple et naturelle, mais pourtant très élégante. Une vraie Tully.

On sent immédiatement que toute la table, moi y compris a eu un coup de cœur pour cette femme remarquable. Son dynamisme, sa fraîcheur et sa bonne humeur nous mettent dans sa poche. Elle nous explique, qu’elle aussi, n’avait pas lu les livres avant de tourner. Mais la qualité du scénario l’a accrochée immédiatement, surtout, Catelyn Stark et sa grande force de caractère. « Tous ceux qui ont lu le livre, savent comment va évoluer Catelyn, et ce qui lui arrivera [...] Ceci m’aide à mieux comprendre le chemin qu’elle emprunte et donc cela m’aide pour interpréter Catelyn »

Elle apprécie aussi grandement le rôle des femmes dans l’univers créé par Georges R.R Martin.

 

« Elles sont toutes fortes, qu’elles soient nobles, prostituées, servantes, ou sauvageonnes, car elles ont toutes une raison de l’être. Elles doivent exister dans un monde d’hommes. »

 

Par exemple, elle aime beaucoup le personnage de Daenerys.

Après avoir joué des rôles dans des séries ou films fantastiques (Game of Thrones, Misfits, Harry Potter), nous lui avons demandé si c’était son genre de prédilection. « Pas du tout ! Ce qui m’intéresse c’est d’abord le script. Pour Game of Thrones c’est avant tout une histoire humaine, avant d’être de la fantasy. »

L’univers mis en place par R.R. Martin l’a captivée. « Le côté humain de cette production, la nature des personnages… Ils vivent dans un monde avec des Dieux, un folklore, une histoire. » Elle en revient à Catelyn Stark, « ses relations avec les autres, ses connaissances, ses forces, ses faiblesses. C’est merveilleux de jouer cette mère, prête à se battre jusqu’à la mort pour protéger ses enfants. »

 

On finit notre marathon d’interviews avec Emilia Clarke, alias Daenerys Targaryen.

 

Premier constat, Emilia Clarke est encore plus ravissante en vrai que dans la série. On peine presque à la reconnaître tant sa chevelure brune la fait paraître différente. La voir ainsi, sans la chevelure blonde/argent de son personnage, et habillée normalement, la change radicalement. Il est difficile de s’imaginer que ce petit bout de femme, qui respire la gentillesse et sourit continuellement est bien la même femme qui campe l’héritière du Dragon.

« Mon agent m’a appelée pour le casting. J’en ai passé deux. Puis, j’ai lu les livres et je suis devenue une vraie fan. »

Un fois complètement accrochée au monde de Georges R.R. Martin, et ses personnages (ses préférés sont Jon Snow, Theon Greyjoy et Arya Stark). Il fallait vraiment qu’elle ait le rôle. Elle a attendu « j’ai fait plusieurs petits boulots comme serveuse » puis enfin « […] J’ai passé le screen test ».

 

Elle nous a aussi raconté sa vision du personnage de Daenerys :

« Je pense que Daenerys ne fait jamais deux fois la même erreur. Elle apprend très rapidement. [...] Elle doit apprendre à croire en elle-même, en ses instincts, pour devenir petit à petit un leader. »

Comme son personnage, Emilia a dû apprendre. L’équitation et les rudiments de la langue inventée des Dothrakis, par exemple.

« La langue Dothraki est une langue complète. Mais non, je ne suis pas bilingue [...] Mais comme Dany, dans un premier temps, apprend la langue, ça m’a été d’une grande aide, car j’étais dans le même cas. Je pouvais ainsi être plus approximative dans cette langue. Mais c’était intéressant...et difficile [...] Concernant l’équitation, j’en ai fait quand j’étais petite. Mais en faire de façon intensive, avec tout cet équipement et devant ces gens c’était compliqué. J’ai vraiment lutté »

 

Pour elle, le succès de la série vient beaucoup du fait que rien n’est caché, ou suggéré.

« Je pense que les gens aiment que les scènes de violence et de sexe ne soient pas cachées. Elles font parties de l’univers. Cela le rend plus réaliste et adulte [...] C’était risqué mais c’est une bonne chose que ces scènes aient été conservées dans Game of Thrones »

 

 

C’est sur cette dernière table ronde que c’est terminé le junket Game of Thrones. C’était une expérience exceptionnelle à plus d’un titre. L’espace de quelques heures, j’ai pu être dans la peau d’un journaliste, être partie intégrante d’un évènement aussi prestigieux.

Bien que blogger, je ne me considère pas le moins du monde journaliste. Pour les simples et bonnes raisons, que mon écriture est à des années lumières d’égaler celle d’un journaliste.

Mais surtout, parce que je serais bien incapable d’écrire sur quelque chose qui ne me passionne pas.

J’ai pu temporairement emprunter ce costume de journaliste et faire illusion.

Dépasser le statut de simple spectateur, passif, pour être dans une position plus proactive, était vraiment un moment unique. J’ai essayé de le retranscrire tel que je l’ai vécu. Le passage entre la fiction, imaginaire, intangible pour le spectateur, à celui de la réalité est toujours très étrange. Visionner une série, chez soi, a quelque chose de très personnel, de très intime, voire de possessif. Dans la réalité les acteurs sont avant tout des personnes physiques, bien palpables. Rencontrer le casting démystifie cette approche pour la rendre encore plus universelle, mais paradoxalement, plus personnelle, avec l’appropriation de souvenirs uniques et, par définition, égoïstes, que peu de gens sont à même de vivre. J’espère, malgré tout, les avoir partagé au mieux.`

 


 

 

Kameyoko est le rédacteur du site Fant’asie, spécialisé dans la Fantasy, les comics et les mangas.

Partagez avec vos amis

Fermer
Voir la fiche Game of Thrones - Saison 1 Voir la fiche Game of Thrones - Saison 1

Aimez, découvrez, partagez

MY Warner vous récompense

Connexion avec Facebook

En vous inscrivant accédez à tous les services de My Warner :

Participez aux challenges My Warner

Recevez des invitations pour des avants première

Remportez des cadeaux exclusifs

Vous quittez l’espace séries limitées pour accéder à la e-boutique.

Si votre panier contient des articles séries limitées, veuillez d’abord finaliser votre commande.
En effet tout ajout d’un autre produit à votre panier annulera votre sélection d’une série limitée.

Accéder à la e-boutique Terminer ma commande

Vous quittez la e-boutique pour accéder à nos offres séries limitées.

Si votre panier contient des articles de la e-boutique, veuillez d’abord finaliser votre commande.
En effet tout ajout d’un produit série limité à votre panier annulera votre choix de produits antérieur.

Accéder aux Séries limitées Terminer ma commande
Votre action a bien été publié sur Facebook
Fermer la popin
Votre action a bien été supprimé sur Facebook
Fermer la popin
Chargement...